EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Graine

Graine
Crédits : Steve Taylor, Getty Images

photographie

Sac embryonnaire (1)

Sac embryonnaire (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sac embryonnaire (2)

Sac embryonnaire (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Taxonomie et embryogenèse

Dans la division des Bryophytes (comprenant les classes des Mousses, des Hépatiques et des Anthocérotes), le premier cloisonnement du zygote est transversal par rapport à l'axe de l'archégone ; puis, par des divisions en biais, il s'individualise deux cellules apicales. Celle du pôle inférieur suscite le pied-suçoir qui implante l'embryon sur l'individu sexué porteur de l'archégone, qu'on appelle le gamétophyte, celle du pôle supérieur est à l'origine du méiosporange-capsule et de la tige, très courte ou allongée en une soie, qui le porte. Dans le premier cas, chez les Sphaignes par exemple, tout le sporophyte reste protégé par l'enveloppe archégoniale, qui s'est accrue en une calyptra en même temps que lui ; tandis que lorsque la soie s'allonge, elle force la capsule à traverser le col archégonial (chez les Anthocérotes, les Hépatiques telle pellia), évoquant un accouchement, ou bien (chez les « vraies Mousses ») la Calyptra archégoniale est alors rompue transversalement, suggérant une césarienne. Ces embryons sont dits « exoscopiques », car ils « regardent » vers l'extérieur du gamétophyte plus qu'ils ne s'y enfoncent.

Dans la division des Ptéridophytes, on retrouve le premier cloisonnement transversal dans les taxons dits eusporangés (prêles, ophioglosse, ayant, comme les Bryophytes, des méiosporanges à base massive). Chez les Leptosporangées (dont le nom rappelle les méiosporanges finement [lepto] pédicellés), surtout représentées par la grande famille des Polypodiaceae, la paroi séparant les deux premières cellules filles du zygote est déposée en long, parallèlement au grand axe de l'archégone. Par la suite, il s'édifie, au sein de la cavité archégoniale, un massif cellulaire tétrapolaire ; quatre cellules initient : a) le pied-suçoir implantant le sporophyte embryonnaire dans le prothalle gamétophytique ; b) l'ébauche de la tig [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE  » est également traité dans :

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 4 999 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tropismes, polarité et symétrie embryonnaire »  : […] Les plantes répondent à des signaux directionnels (lumière, gravité) par une croissance inégale d'un coté ou de l'autre de la tige ou des racines, provoquant une courbure et donc une réorientation. Ce n'est généralement pas l'ensemble de la plante qui se courbe, mais une zone particulière de la tige ou des racines dans laquelle les cellules s'allongent ou non. En réponse à un stimulus, un grad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auxines/#i_89026

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Deux processus à l'œuvre dans la formation de l'embryon »  : […] Suivant les mutations, les phénotypes s'expriment à deux moments différents de l'embryogenèse précoce de la plantule. Ainsi, on a comparé le développement du zygote du phénotype gnom avec celui du zygote sauvage. Chez ce dernier, la première division est asymétrique ; elle donne une petite cellule apicale et une très grande cellule basale. Chez le mutant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_89026

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'utilisation des réserves »  : […] La mobilisation des réserves est liée à la réhumidification des graines. Avec celle-ci s'instaure un métabolisme actif qui est révélé par une respiration intense et une synthèse de nouvelles protéines servant à la croissance de la jeune plantule. Ces phénomènes débutent avec l'intervention d'enzymes dont l'action est déclenchée par des commandes hormonales venant en général de l'embryon. Ils ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/#i_89026

Voir aussi

ALBUMEN    COTYLÉDONS    DICOTYLÉDONES    GAMÉTOPHYTE    GEMMULE botanique    MONOCOTYLÉDONES    PLANTULE    RADICULE    SAC EMBRYONNAIRE    SPOROPHYTE

Pour citer l’article

Michel FAVRE-DUCHARTRE, « EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie-vegetale/