Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE

Les techniques de l'embryologie végétale restent celles de l' histologie tant qu'il s'agit d'analyser les structures embryonnaires : fixations à divers stades, inclusions, coupes sériées au microtome, étalage sur lame et colorations permettent de reconstituer, dans leurs cadres archégoniaux ou/et ovulaires, les mises en place des premières cellules et des premiers organes. La présence de parois cellulaires rigides exclut les invaginations tissulaires et les migrations cellulaires courantes chez les embryons animaux ; mais les localisations et orientations des divisions cellulaires, parfois inégales, prennent d'autant plus d'importance. Les colorations au vert de méthyle-pyronine, précédées ou non d'un traitement par la ribonucléase, et aussi la microscopie électronique, situent les accumulations de ribosomes qui annoncent ces événements.

La cinétique de l'embryogenèse fait appel à d'autres ressources technologiques : en disséquant dans une solution appropriée des ovules fécondés de Jasione montana (Campanulaceae), O. Erdelska peut filmer in vivo et étudier les dynamiques de croissance des tout jeunes albumens et embryons.

Quant à l'expérimentation, elle cherche surtout à sortir l'embryon, aux stades les plus précoces possibles, de son contexte maternel (impliqué par définition) pour suivre son développement in vitro. On essaye de se passer du trop naturel lait de coco (qui représente la portion immature d'un albumen à fonction nourricière) pour mettre au point des milieux et des conditions aussi contrôlables que possible. Mais, quand on réalise qu'une microspore, une cellule nucellaire ou épidermique et (on présume) n'importe quelle cellule vivante de Cormophyte peuvent, à elles seules, régénérer un méristème puis la plante adulte, le problème de morphogenèse le plus crucial devient : pourquoi l'embryogenèse est-elle habituellement réservée aux seuls zygotes ?

La notion d'embryon dans le règne végétal

D'une façon générale, un embryon est un très jeune être vivant issu de la prolifération d'un zygote, cellule diploïde ( à 2 n chromosomes) originale provenant de l'union d'une cellule sexuelle femelle et d'un spermatozoïde. Chez les Plantes, il va de soi qu'un embryon se définit par le fait que son développement se réalise au sein de l'organisme maternel. On a, pour cette raison, appelé « Embryophytes » le vaste ensemble des «  Cormophytes », autrement dit « Archégoniates », car les gamètes femelles de ces plantes à tiges sont incorporés dans des organes, les archégones, où débutera la vie à l'état diploïde des nouveaux être vivants qu'on appelle embryons sporophytiques.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sac embryonnaire (1) - crédits : Encyclopædia Universalis France

Sac embryonnaire (1)

Sac embryonnaire (2) - crédits : Encyclopædia Universalis France

Sac embryonnaire (2)

Autres références

  • AUXINES

    • Écrit par Catherine PERROT-RECHENMANN
    • 5 008 mots
    • 2 médias
    Desgradients localisés d'auxine se forment aussi au cours de l'embryogenèse, pour l'organisation des cellules au sein de l'embryon. Cette organisation concerne l'acquisition de l'axe de symétrie de la future plantule et l'individualisation d'un pôle apical (future partie aérienne) et basal (future racine)....
  • DÉVELOPPEMENT, biologie

    • Écrit par Georges DUCREUX, Hervé LE GUYADER, Jean-Claude ROLAND
    • 19 221 mots
    • 14 médias
    ...stades de développement du sporophyte de trois algues brunes (fig. 1, à gauche) choisies pour leur complexité croissante montre que l'existence d'une véritable embryogenèse semble être associée à la présence de cellules initiales, c'est-à-dire de vraies cellules méristématiques localisées, permanentes...
  • RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

    • Écrit par Jacques MIÈGE
    • 8 617 mots
    • 13 médias
    La mobilisation des réserves est liée à la réhumidification des graines. Avec celle-ci s'instaure un métabolisme actif qui est révélé par une respiration intense et une synthèse de nouvelles protéines servant à la croissance de la jeune plantule. Ces phénomènes débutent avec l'intervention d'enzymes...

Voir aussi