EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Graine

Graine
Crédits : Steve Taylor, Getty Images

photographie

Sac embryonnaire (1)

Sac embryonnaire (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sac embryonnaire (2)

Sac embryonnaire (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Anomalies embryogéniques

Après avoir proposé ce bref panorama de l'embryogenèse chez les Archégoniates, envisageons diverses déviations spontanées ou provoquées par l'homme, et d'où proviennent des organismes, dits apomictiques, qui ont toutes les apparences d'embryons sans en avoir le caractère essentiel qu'est leur origine zygotique.

Les embryons parthénogénétiques dérivent d'une oosphère marginale non fécondée qui prolifère comme si elle l'avait été, chez le pissenlit par exemple. Son ensemble haploïde de chromosomes double souvent spontanément, mais il reste, évidemment, purement femelle.

Plus fréquente (chez le citronnier, par exemple) est la prolifération de cellules diploïdes voisines du sac embryonnaire : les pseudo-embryons ainsi formés perpétuent donc sans changement le sporophyte d'origine.

On sait réaliser artificiellement une sorte de polyembryonie de clivage en morcelant un massif embryonnaire d'orchidacée en début de germination : cultivant au début in vitro ses fragments, chacun reconstitue un embryon puis une plante entière beaucoup plus sûrement et rapidement que cela se fait dans la nature à partir des minuscules graines.

Il arrive qu'en culture in vitro une seule cellule d'un pétiole de carotte ou une microspore de solanacée, alors sorties de leurs contextes habituels, donnent naissance à des « embryoïdes » auxquels il ne manque que le suspenseur. L'intérêt pratique, dans le domaine génétique en particulier, de ces organismes capables de se développer en plantes adultes serait considérable si on savait en généraliser l'obtention.

Tous ces faits semblent démontrer que des cellules diploïdes ou haploïdes de nombreux types sont capables de devenir des embryons. Cela fait, dès lors, que les zygotes apparaissent comme de simples cas particuliers tout de même justifiés par leur rôle de creuset des génomes femelles et mâles et par leur situation au sein d'archégones, d'ovules, permettant de protéger les embryogenèses.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE  » est également traité dans :

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 4 999 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tropismes, polarité et symétrie embryonnaire »  : […] Les plantes répondent à des signaux directionnels (lumière, gravité) par une croissance inégale d'un coté ou de l'autre de la tige ou des racines, provoquant une courbure et donc une réorientation. Ce n'est généralement pas l'ensemble de la plante qui se courbe, mais une zone particulière de la tige ou des racines dans laquelle les cellules s'allongent ou non. En réponse à un stimulus, un grad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auxines/#i_89026

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Deux processus à l'œuvre dans la formation de l'embryon »  : […] Suivant les mutations, les phénotypes s'expriment à deux moments différents de l'embryogenèse précoce de la plantule. Ainsi, on a comparé le développement du zygote du phénotype gnom avec celui du zygote sauvage. Chez ce dernier, la première division est asymétrique ; elle donne une petite cellule apicale et une très grande cellule basale. Chez le mutant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_89026

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'utilisation des réserves »  : […] La mobilisation des réserves est liée à la réhumidification des graines. Avec celle-ci s'instaure un métabolisme actif qui est révélé par une respiration intense et une synthèse de nouvelles protéines servant à la croissance de la jeune plantule. Ces phénomènes débutent avec l'intervention d'enzymes dont l'action est déclenchée par des commandes hormonales venant en général de l'embryon. Ils ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/#i_89026

Pour citer l’article

Michel FAVRE-DUCHARTRE, « EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie-vegetale/