KELLY ELLSWORTH (1923-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

New York et la reconnaissance américaine

Las du peu d'intérêt suscité par ses œuvres lors de leurs présentations parisiennes, Ellsworth Kelly décide en 1954 de retourner à New York. En dépit de nombreux encouragements, notamment de Georges Braque, seule une peinture, Antibes, avait été acquise par Henri Seyrig (père de l'actrice Delphine Seyrig, qui fut l'épouse de Jack Youngerman) lors de son séjour parisien. À New York, il fait la connaissance de Robert Rauschenberg et de Ad Reinhardt et trouve en la personne d'Alexander Calder un parrain qui allait promouvoir son travail auprès d'Alfred Barr et de James Johnson Sweeney, respectivement responsables du MoMA et du musée Guggenheim. La galeriste Betty Parsons présente ses travaux dès 1956. L'année suivante, l'artiste participe à l'exposition Young America 1957 au Whitney Museum de New York, qui est la première institution à acquérir l'une de ses œuvres. Son exposition personnelle à la galerie Maeght, en 1958, marque son retour triomphal sur la scène parisienne. Enfin, en 1959, Kelly présente ses travaux au MoMA dans le cadre de l'exposition collective Sixteen Americans, devenant ainsi l'un des chefs de file d'une nouvelle génération d'artistes qui cherche à se détacher du modèle expressionniste abstrait. Son ascension et son autorité ne sont dès lors plus à démontrer. Prix et expositions, tant personnelles que collectives, se succèdent aux États-Unis, en Europe et au Japon et couronnent sa pratique picturale mais aussi sculpturale, commencée depuis 1956-1957. Kelly intègre la Sidney Janis Gallery de New York en 1965, à laquelle il reste fidèle jusqu'en 1971. En 1966, il expose au pavillon américain de la Biennale de Venise en compagnie d'Helen Frankenthaler, Roy Lichtenstein et Jules Olitsky.

Les travaux conçus à la suite de son séjour parisien reflètent des interrogations semblables à celles amorcées en France, pays où il retourne régulièrement. Les rapports entre la figure et le fond, de même que ceux engageant l'objet tableau à son enveloppe architecturale, sans oublier les différentes procédures visant à retranscrire des motifs observés à des fins picturales et graphiques, demeurent au cœur de sa démarche. Le recours à des panneaux monochromes ne trahit pas pour autant une perspective téléologique. Contrairement à Rodtchenko, qui voyait dans sa série de 1921 l'incarnation d'un dernier tableau, Kelly cherche au contraire à développer des variations infinies à partir de données chromatiques et formelles dont il semble souligner le caractère extensible. Son approche chromatique se distingue, à ce titre, des trois figures emblématiques de la première génération de l'École de New York que sont Rothko, Newman et Reinhardt. À la différence de ces derniers, Kelly semble se détacher de toute expérience mystique, symbolique, voire nihiliste, que ces peintres avaient su traduire par le biais de plans chromatiques stratifiés ou juxtaposés. Certes, il arrive à Kelly de réaliser des œuvres comportant deux ou trois couleurs, et rarement plus, à l'image de Blue Green Yellow Orange Red (1966, Guggenheim Museum, New York), mais celles-ci sont toujours différenciées, jouissant d'une relative autonomie que la facture inexpressive de l'artiste vient accentuer. Seule compte à ses yeux l'interrelation entre les panneaux et l'espace environnant. D'où le recours fréquent à des châssis qui transgressent l'orthogonalité imposée par les usages sociaux de l'objet tableau. Dans la même optique, il emploie aussi des constructions « illusionnistes » qui ambitionnent justement d'ouvrir la deuxième dimension sur la troisième. La forme courbée expérimentée dès les années 1950 va, à ce titre, servir de véritable signature à l'artiste qui l'utilise abondamment dans les années 1970 dans ses œuvres de la série des curve – peinture, sculptures et collages. Autant de réminiscences d'éléments curvilinéaires propres à l'anatomie humaine, aux paysages et végétaux auxquels Kelly confère des survivances désincarnées. Autant de moyens de fédérer la forme, la ligne et la couleur au sein de constellations en apesanteur.

À partir de la fin des années 1960, triangles, parallélépipèdes (Yellow Black, 1970, National Gallery of [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification

Autres références

«  KELLY ELLSWORTH (1923-2015)  » est également traité dans :

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Morellet et l'art systématique »  : […] En France, la relève de l'art concret a été assurée très tôt par François Morellet (1926-2016). Autodidacte, il découvre l'œuvre de Bill en 1951 et imagine aussitôt ses premiers systèmes régissant à la fois l'organisation de la couleur et l'occupation tabulaire de la surface par de petites unités formelles identiques . L'objectif de réaliser un tableau comprenant le minimum de décisions subjecti […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'une identité artistique américaine »  : […] Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne […] Lire la suite

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Une autodéfinition de l'œuvre »  : […] Les premières manifestations internationales d'art conceptuel reflètent cette confusion signalée entre un art d'idées (à la manière des jeux d'esprit et des calembours de Duchamp) et cette auto-analyse de l'art. Ce fut le cas de l'exposition de Leverkusen, ce le fut également des manifestations organisées par un marchand américain reconverti en éditeur, Seth Siegelaub. Le premier, il réunit des ar […] Lire la suite

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 838 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monochrome, nouveau genre pictural »  : […] Alors que le monochrome était considéré sous les auspices d'une analytique réductionniste qui procédait par élimination, des artistes introduisent, au cours des années 1950, d'autres problématiques. Loin d'être un terme, la monochromie, table rase, peut apparaître comme un commencement. Les White Paintings et les Black Paintings exposées par Robert Rauschenberg (1925-2008) à la Stable Gallery ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Erik VERHAGEN, « KELLY ELLSWORTH - (1923-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ellsworth-kelly/