FITZGERALD ELLA (1918-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ella Fitzgerald

Ella Fitzgerald
Crédits : Time&Life Pictures/ Getty

photographie

Barney Kessel

Barney Kessel
Crédits : Hulton Getty

photographie

Illinois Jacquet

Illinois Jacquet
Crédits : Hulton Getty

photographie

Ella Fitzgerald

Ella Fitzgerald
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


« Total Jazz »

Concerts et disques se succèdent alors à un rythme effréné. Si Ella Fitzgerald se produit beaucoup en trio avec l'élite des pianistes – Oscar Peterson, Ellis Larkins, Hank Jones, Don Abney, Paul Smith, Lou Levy, Tommy Flanagan, Ray Bryant, Jimmy Jones, Jimmy Rowles –, on trouve à son côté des musiciens de la stature de Ray Brown (qui fut son mari), Dizzy Gillespie, Joe Pass, Barney Kessel, Lester Young, Benny Goodman, Illinois Jacquet, Paul Gonsalvez, Coleman Hawkins ou Roy Eldridge. À de nombreuses reprises, elle est l'invitée de Count Basie et de Duke Ellington. Ce dernier lui offre un imposant Portrait of Ella Fitzgerald en quatre mouvements aux titres évocateurs : Royal Ancestry, All Heart, Beyond Category et Total Jazz... Elle est la voix qui casse le verre dans la mémorable publicité pour la cassette Memorex. Jusqu'à la fin des années 1970, son activité reste très soutenue, au concert comme au disque, ce qui ne lui vaut pas moins de onze Grammy Awards, sortes d'oscars pour la musique aux États-Unis. Les présidents Ronald Reagan et Bill Clinton tiendront à saluer cette personnalité hors du commun. Très sollicitée par le cinéma, elle participe à de nombreux films : Pete Kelly's Blues (Jack Webb, 1955), Saint Louis Blues (Allen Reisner, 1958), Let no Man Write my Epitaph (Philip Leacock, 1960), Duke and Ella in Antibes (Norman Granz, 1966). Jack Lang lui remet en 1990 les insignes de commandeur des Arts et Lettres. Elle n'a pas cédé aux délices et ravages de la drogue, mais connaît d'incessants problèmes de santé : perte progressive de la vue, double pontage coronarien, diabète. Elle doit même endurer, en 1993, une amputation des deux jambes. Ella Fitzgerald disparaît le 15 juin 1996, à Beverly Hills, en Californie.

Barney Kessel

Barney Kessel

Photographie

Le guitariste américain au côté du contrebassiste Ray Brown en 1953. Barney Kessel a pratiqué avec un égal bonheur l'accompagnement et l'improvisation mélodique, alliant avec subtilité le langage bop au blues et au swing le plus pur. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Illinois Jacquet

Illinois Jacquet

Photographie

De gauche à droite, Illinois Jacquet, la chanteuse Ella Fitzgerald, le pianiste et chef d'orchestre Count Basie, le batteur Buddy Rich, le trompettiste Roy Eldridge (tous trois assis), le saxophoniste et chef d'orchestre Charlie Ventura (debout; à l'extrême droite, une personne non identifiée).... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FITZGERALD ELLA (1918-1996)  » est également traité dans :

BROWN RAY (1926-2002)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 876 mots
  •  • 1 média

Disciple de Jimmy Blanton, qui avait transformé la contrebasse, jusqu'alors cantonnée dans un rôle de simple soutien rythmique, en un instrument soliste capable d'improvisation mélodique, l'Américain Ray Brown s'est affirmé comme un des contrebassistes les plus accomplis de l'histoire du jazz. On peut certes trouver virtuoses plus agiles ou improvisateurs plus inventifs. Mais ce maître rythmicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ray-brown/#i_18115

FLANAGAN TOMMY (1930-2001)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 682 mots

Le style du pianiste américain Tommy Flanagan s'inscrit indiscutablement dans l'esthétique bop et dans la lignée des conquêtes rythmiques et harmoniques de Bud Powell. Sa manière reste cependant inimitable : un jeu sûr et précis qui sait éviter le piège des effets appuyés et du brillant facile, un lyrisme délicat, un phrasé à la fois élégant et souple. Offrant un soutien rythmique d'une grande ric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tommy-flanagan/#i_18115

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 10 989 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le « middle jazz » (1930-1944) »  : […] Le jazz s'évade de l'intimité du cabaret pour s'intégrer à l'univers du spectacle et animer les grands dancings populaires, à New York notamment (Savoy, Cotton Club). Il entreprend de se discipliner et de s'établir en formations plus spectaculaires, donc plus étoffées : les années 1930 sont celles du grand orchestre ou big band. Le jazz, aux États-Unis, connaît une vogue croissante qui culminera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jazz/#i_18115

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « FITZGERALD ELLA - (1918-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ella-fitzgerald/