AKHṬAL AL- (640 env.-env. 709)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le Disert », sobriquet sous lequel est resté célèbre Ghiyāth b. Ghawth b. al-Ṣalt, l'un des panégyristes les plus représentatifs du genre sous les Umayyades de Damas.

Al-Akhṭal appartenait à la tribu des Taghlib qui nomadisait sur l'Euphrate moyen et jusqu'en Djazīra et était restée de confession chrétienne. Il naquit soit à Ḥīra, en basse Babylonie, soit à Ruṣāfa (l'ancienne Sergiopolis). Sa vie durant, al-Akhṭal demeura fidèle au monophysisme. Son adolescence semble s'être écoulée en Djazīra, ce qui fit de lui un poète de tribu. Sous le calife umayyade Mu‘āwiya (de 661 à 680), al-Akhṭal est admis dans le milieu gouvernemental. Sous Yazīd Ier, en 680, il fait son entrée en composant des pièces satiriques contre le parti des Anṣār de Médine, geste sacrilège, car il visait les descendants de ceux qui avaient embrassé la cause de Mahomet lors de son émigration à Médine, en 622. Soutenu par le calife, al-Akhṭal décidait de son option politique et marquait son attachement à la dynastie régnante. Le poète prenait en effet position dans le long conflit tribal qui devait opposer des groupes se donnant une origine sud-yéménite à d'autres tribus qui se réclamaient d'une généalogie nord-arabe. Al-Akhṭal sut se réserver des intelligences dans chaque parti.

Chantre des souverains, al-Akhṭal sert aussi les intérêts de sa tribu. Dans les luttes sans merci contre les Bakr de Mésopotamie, par exemple, il révèle tout ce qui subsiste en lui d'atavisme bédouin et d'esprit de clan. Sous le calife ‘Abd al-Malik (de 685 à 705), al-Akhṭal connaît l'apogée de son crédit à la cour de Damas. Sous al-Walīd Ier, la disgrâce se produit ; elle pourrait s'expliquer par l'ascension de Djarīr, ennemi d'al-Akhṭal. Miné, peut-être par le vin et la débauche, le poète disparaît en Djazīra, au sein de sa tribu.

De l'œuvre d'al-Akhṭal ne subsiste qu'une faible partie, une soixantaine de pièces et fragments, soit environ deux mille vers. L'explication de ce fait peut être trouvée d'une part dans le déclin définitif, au ixe siècle, des Taghlib qui n'étaient plus là pour conserver l'œuvre poétique de leur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  AKHTAL AL- (640 env.-env. 709)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une poésie officielle »  : […] Le terme de poésie officielle n'est pas encore péjoratif. Il le deviendra. Il désigne l'énorme production consacrée depuis l'Islam et jusqu'à Šawqī et Ḥāfiẓ Ibrāhīm (morts tous deux en 1932) à des personnages puissants de la classe politique. Elle est faite des poèmes les plus longs et les plus nombreux que compte la poésie arabe. C'est par cette épreuve que doit passer le poète s'il veut conquéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_15747

Pour citer l’article

Régis BLACHÈRE, « AKHṬAL AL- (640 env.-env. 709) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-akhtal/