CATULLE (82-52 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu d'œuvres antiques sont aussi fertiles en surprises que les poésies de cet « Alexandrin », avec leurs contrastes de ton, de facture, d'inspiration. Peu d'œuvres antiques, cependant, sont animées, emportées par un souffle lyrique d'une aussi constante authenticité. Le chantre de Lesbie a conféré au sentiment amoureux une nouvelle dimension : une profondeur d'émotion et d'attachement inconnue avant lui, en poésie, dans un cœur masculin.

La vie dissolue qu'a menée Catulle ne l'a point empêché d'être un martyr de la foi en la morale des ancêtres : pietas (soumission à la volonté divine, accomplissement de tous nos devoirs, humains comme religieux), fides (respect de la foi jurée), concordia des unanimi. S'il est resté, à tous égards, marqué par son terroir transpadan, le Véronais n'en reflète pas moins une « urbanité » romaine en pleine mutation, et aussi le climat éthique et oratoire qui fut celui du siècle de Cicéron.

Héritier, certes, de la plus savante virtuosité hellénistique, Catulle a su, en même temps, exploiter toutes les ressources de la langue et de la poésie populaires. Son art fait concourir avec bonheur imagerie, syntaxe et rythmes à la traduction des conflits psychologiques, jusque dans les affabulations des grands poèmes narratifs. Semblable maîtrise artistique triomphe dans une diatribe, souvent très crue, contre les rivaux en littérature ou en amour, ou contre les scandales de la haute société.

Fureur, jalousie, haine font perdre à Catulle toute mesure. Mais l'amitié, le deuil fraternel, le sentiment de la nature, la passion amoureuse ont trouvé, dans ses vers, des accents d'une justesse éternelle.

La critique et ses divergences

Popularité de Catulle

En dehors de certaines périodes médiévales qui semblent n'avoir pas eu connaissance de son œuvre, en dehors aussi de nos xviie et xviiie siècles, rebutés en général par ses « ordures » ou par son « pédantisme », la gloire de Catulle n'a guère connu d'éclipse : pas même auprès des diverses écoles poétiques du xixe siècle, qui s'accordaient à juger la littérature latine inférieure à la grecque.

Favori de notre temps, Catulle n'exerce pas seulement la sagacité des érudits. Il faut aussi noter sa survie dans les mouvements poétiques, musicaux et chorégraphiques : Ezra Pound, Carl Orff, W. Fortner, A. Gürsching, Franz Tischauser, G. Wand.

Exégèses incompatibles

Toutefois, dans la critique savante du xxe siècle, la physionomie du Véronais apparaît sous les traits les plus contradictoires. Selon l'image que nous dessinent de sa personnalité tels ou tels travaux, le lecteur se représentera Catulle comme un agnostique ou, au contraire, un mystique, comme un épicurien apolitique ou, au contraire, un partisan très « engagé » ; il le trouvera plein de scrupules et de délicatesse, ou d'un cynisme éhonté ; il verra dans sa poésie une création instinctive et spontanée ou, à l'opposite, la mise en œuvre très préméditée de la mathématique du nombre d'or !

Les divergences, il est vrai, ne sont pas moins aiguës en ce qui concerne son contemporain Lucrèce, lequel avait pourtant pris soin de prévenir tout malentendu sur ses desseins.

Reposant sur des anachronismes ou sur une sollicitation du texte catullien, toutes ces exégèses trop dogmatiques ont suscité de pertinentes réfutations. Une critique scientifique digne de ce nom n'a garde d'oublier que l'auteur le plus personnel ne saurait échapper complètement à l'emprise de son milieu et de son époque, ni que le lyrisme léger n'a jamais fait bon ménage avec l'hermétisme ou l'ésotérisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de grammaire, docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Nice

Classification

Autres références

«  CATULLE (82-52 av. J.-C.)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un second souffle »  : […] De la foule des petits poètes qui, pendant la première moitié du i er siècle avant J.-C., occupent le devant de la scène, émergent deux grands noms : Catulle et Lucrèce . Catulle, venu d'Italie du Nord, commence par écrire de petits poèmes, des épigrammes et des pièces amoureuses. Mais, au lieu de les projeter dans un passé légendaire, il choisit pour héroïne celle qu'il appelle Lesbia, une « gra […] Lire la suite

POÉSIES, Catulle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots

Les Poésies de Catulle, c'est-à-dire le Liber Valerii Catulli , est un recueil dû à Gaïus Valerius Catullus (82-52 av. J.-C.), comprenant cent seize pièces, ordonnées à la fois selon leur genre et leur structure métrique : au début et à la fin des poèmes plus courts, des sujets légers, le corps du texte étant formé d'œuvres savantes et plus développées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GRANAROLO, « CATULLE (82-52 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catulle/