TATUM EDWARD LAWRIE (1909-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste américain, professeur à l'université Stanford (Californie), puis à l'Institut Rockefeller (New York). Formé à l'université de Chicago, Edward Tatum étudie successivement la chimie, la microbiologie et la biochimie. En 1934, il soutient une thèse sur la nutrition et le métabolisme des bactéries, un travail qui sera la base de sa fructueuse collaboration avec le généticien G. W. Beadle dès 1936, à l'université Stanford. Beadle s'intéresse alors au rôle des gènes dans l'hérédité et plus précisément à leur action chimique. En exposant des organismes aux rayons X, on peut provoquer des mutations et les modifications biochimiques qui s'ensuivent peuvent être analysées. Le premier modèle d'étude – biosynthèse des pigments oculaires de la drosophile Drosophila melanogaster – étant trop complexe, Tatum et Beadle décident de développer un système expérimental plus simple avec la moisissure Neuspora crassa. Tatum met au point les conditions de culture nécessaires à la croissance optimale de ce champignon. Une fois la moisissure irradiée, son aptitude ou non à croître sur des milieux synthétiques de composition connue permet de révéler des modifications biochimiques associées à une mutation génétique aisément identifiable et localisable. Ainsi, à un gène muté correspond une enzyme altérée, d'où le dogme « un gène-une enzyme » ou, plus généralement « un gène-une protéine », qui dominera la génétique pendant quelques décennies.

De 1945 à 1948, Tatum enseigne la microbiologie à l'université Yale et y a pour étudiant Joshua Lederberg, qui appliquera avec succès le système expérimental de Beadle et Tatum à l'étude de la génétique des bactéries. Pour le concept « un gène-une enzyme », Tatum a reçu avec Beadle le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1958. Lederberg en fut le troisième lauréat.

—  Samya OTHMAN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TATUM EDWARD LAWRIE (1909-1975)  » est également traité dans :

BEADLE GEORGE WELLS (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 663 mots

Après avoir obtenu son doctorat de génétique, en 1931, à l'université Cornell d'Ithaca (N.Y.), Beadle entra au laboratoire de Thomas Hunt Morgan au California Institute of Technology, où il effectua de nouveaux travaux sur la drosophile, Drosophila melanogaster , devenue, grâce à Morgan, l'un des matériels les plus prometteurs pour la recherche en génétique. Beadle comprit qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-wells-beadle/#i_10531

CONCEPT "UN GÈNE-UNE ENZYME"

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 246 mots

Pour démontrer que les gènes influent chimiquement sur l'hérédité, George W. Beadle (1903-1989) décide de travailler sur un champignon microscopique, Neurospora crassa , facilement cultivable sur un milieu artificiel qui ne contient que du sucre et des sels minéraux. Associé au microbiologiste Edward L. Tatum (1909-1975), il isole des mutants incapables de se développer sur c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-un-gene-une-enzyme/#i_10531

PARASEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • Jacques THÈZE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT, 
  • Philippe VIGIER
  •  • 5 378 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La conjugaison  »  : […] Le facteur sexuel F d' Escherichia coli est un épisome dont la taille est d'environ 1 p. 100 de celle du chromosome et dont la propriété essentielle est de rendre « fertiles » les bactéries qui le portent. Cette fertilité se manifeste de différentes manières suivant que le facteur sexuel est autonome (bactérie F + ) ou intégré dans le chromosome (bac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasexualite/#i_10531

Pour citer l’article

Samya OTHMAN, « TATUM EDWARD LAWRIE - (1909-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-lawrie-tatum/