DROSOPHILE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petite mouche, de 2 à 3 millimètres de longueur, que l'on rencontre sur les fruits en décomposition et qui est très utilisée dans les laboratoires pour les recherches en génétique.

Classe : Hexapodes ; ordre : Diptères ; sous-ordre : Brachycères ; famille :Drosophilidés

L'espèce Drosophila melanogaster, encore appelée « mouche du vinaigre », a été décrite pour la première fois en 1830 par Meigen. Cosmopolite, cette petite mouche se rencontre dans tous les pays chauds et peut s'établir par migrations dans les zones tempérées. C'est l'espèce la mieux connue du genre Drosophila, et c'est sans doute l'organisme le plus étudié de tous les êtres vivants : elle est utilisée depuis le début du xxe siècle comme modèle de recherche en biologie, dans les domaines de la génétique et du développement. Cette drosophile a permis au généticien américain Thomas H. Morgan (1866-1945) d'établir la théorie chromosomique de l'hérédité. Du point de vue expérimental, elle présente en effet des avantages exceptionnels : son génome diploïde est formé d'un petit nombre de chromosomes, 4 paires seulement, et est estimé à 165 millions de paires de bases, pour environ 12 000 gènes. En termes de quantité d'ADN, et donc de complexité, cela représente un bon intermédiaire entre le génome des bactéries (33 fois moindre) et celui des mammifères (20 fois supérieur). De plus, l'existence de chromosomes polyténiques géants (constitués d'un grand nombre de nucléofilaments identiques) dans les cellules des glandes salivaires a permis de localiser physiquement les gènes sur les chromosomes et d'établir des cartes dites cytogénétiques. Les innombrables mutations, spontanées ou provoquées expérimentalement, et les facilités de la transgenèse chez cet organisme permettent également l'étude fonctionnelle des gènes et de leur régulation. Enfin, la grande facilité d'élevage de la drosophile et son temps de génération très court ont contribué à son im [...]

Drosophile

Photographie : Drosophile

Photographie

Communément appelée mouche du vinaigre, la drosophile (Drosophila melanogaster) est certainement l'un des animaux les plus étudiés par les généticiens et les comportementalistes. Paradoxalement, son comportement dans la nature et son écologie demeurent encore mal connus. Elle trouve dans les... 

Crédits : A. Calegari/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Un mutant de drosophile à quatre ailes: Ultrabithorax

Photographie : Un mutant de drosophile à quatre ailes: Ultrabithorax

Photographie

Les drosophiles sont des diptères, donc dotés de deux ailes articulées sur le thorax. Certains mutants de la drosophile ont quatre ailes, deux ailes surnuméraires s’étant développées sur un second segment thoracique. L’étude de ces mutants, dits mutants homéotiques (l’homéose est le... 

Crédits : D. Scharf/ Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Drosophile

Drosophile
Crédits : A. Calegari/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Un mutant de drosophile à quatre ailes: Ultrabithorax

Un mutant de drosophile à quatre ailes: Ultrabithorax
Crédits : D. Scharf/ Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DROSOPHILE  » est également traité dans :

ANIMAUX MODÈLES, biologie

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 9 531 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  De l'animal expérimental à l'animal modèle »  : […] Au sein de l'édifice de l'expérimentation en biologie qui vient d'être décrit, le glissement d'un très petit nombre d'espèces animales vers un statut plus particulier d'animal modèle défini comme tel est associé à – sinon provoqué par – une approche de plus en plus génétique de la biologie et de la médecine, qui va surtout s'affirmer au cours du dernier tiers du xx e  siècle avec l'envahissement d […] Lire la suite

BEADLE GEORGE WELLS (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 663 mots

Après avoir obtenu son doctorat de génétique, en 1931, à l'université Cornell d'Ithaca (N.Y.), Beadle entra au laboratoire de Thomas Hunt Morgan au California Institute of Technology, où il effectua de nouveaux travaux sur la drosophile, Drosophila melanogaster , devenue, grâce à Morgan, l'un des matériels les plus prometteurs pour la recherche en génétique. Beadle comprit que les gènes, points di […] Lire la suite

BIOLOGIE - La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les gènes de développement »  : […] Ces gènes ont été découverts chez la drosophile grâce aux mutations du développement, apparues spontanément ou plus souvent induites par des mutagènes, qui ont été décrites chez cet Insecte. Le généticien américain Edward B. Lewis a posé les bases de ces recherches en analysant les mutations homéotiques qui entraînent la substitution de certaines parties du corps par d'autres. La mutation du gène […] Lire la suite

CHROMOSOMES ET GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 194 mots

Pour étudier les mécanismes de l'hérédité, le généticien américain Thomas H. Morgan (1866-1945) choisit de travailler sur la mouche du vinaigre (drosophile). Alors que la drosophile possède normalement des yeux rouges, Morgan remarque certains individus aux yeux blancs. Ce caractère n'étant observé que chez les mâles, il avance que le facteur déterminant ce caractère est porté par le chromosome se […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Fonctions des gènes homéotiques »  : […] L' identité de chaque segment de l'animal est contrôlée par une série de gènes appelés gènes homéotiques. Ces gènes ont été découverts par E. Lewis, qui a commencé l'étude des mutants dans les années 1950. Le mot homéotique signifie « substitution d'une partie du corps par une autre normalement située ailleurs ». Ainsi, un mutant homéotique entraîne une transformation d'une partie du corps vers d […] Lire la suite

DIPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 258 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les mouches domestiques »  : […] La plus connue est Musca domestica , la petite mouche domestique qui ne pique jamais l'homme mais l'importune et souille ses aliments. Parmi les grosses mouches à viande, on peut distinguer au premier coup d'œil trois espèces principales : la mouche bleue ( Calliphora erythrocephala ), la mouche verte ( Lucilia sericata ), la mouche noire ( Sarcophaga ). Mais bien d'autres espèces peuvent vivre au […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 096 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une patte prend sur la tête […] Lire la suite

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La cytogénétique »  : […] Ainsi qu'il a été montré précédemment, le rapprochement entre ségrégation mendélienne et comportement des chromosomes à l'occasion de la reproduction sexuée avait amené, dès le début du xx e  siècle, à reconnaître l'importance génétique des chromosomes. Quelques années plus tard, une équipe de biologistes célèbres, dont le leader fut T. H.  Morgan, entreprit des recherches en utilisant comme maté […] Lire la suite

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 938 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le ciblage de l’ADN : les méganucléases »  : […] Les limitations de la recombinaison homologue ont poussé à chercher des méthodes plus efficaces. En effet, sur un autre front de la recherche, les techniques de séquençage de l’ADN, qui permettent de connaître l’ordre d’enchaînement des nucléotides, ont progressé d’une manière fulgurante, de sorte que l’on dispose de plusieurs milliers de génomes complets d’organismes différents, allant de l’hydr […] Lire la suite

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Drosophile »  : […] Les mouches du vinaigre ( Drosophila ) transgéniques sont principalement utilisées pour étudier le rôle de certains gènes dans le développement ou confirmer les effets de certaines mutations. Le mode de transfert de gène chez la drosophile, ou mouche du vinaigre, très utilisée par les généticiens, est particulier. Il met à profit l'existence de séquences, les éléments P, qui ont la capacité de se […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine MAÏBECHE, « DROSOPHILE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/drosophile/