ECK JOHANN MAIER dit JOHANN (1486-1543)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien catholique, l'un des principaux contradicteurs des réformateurs, parfois appelé Mayr, ou Mai(e)r. Après des études de théologie et de droit à Heidelberg, à Tübingen, à Cologne et à Fribourg-en-Brisgau, Johann Eck fut ordonné prêtre à Strasbourg en 1508 ; reçu docteur en théologie, il alla enseigner à Ingolstadt (1510).

D'abord connu pour un traité sur le droit à l'intérêt (1515), il intervint lors du conflit sur les indulgences en publiant ses Obelisci. Dès lors, partisan d'une réforme dans l'Église, mais discernant dans la prédication luthérienne les germes d'un bouleversement des fondements de la foi et de la théologie, il devint et demeura sa vie durant l'interlocuteur et le contradicteur des théologiens réformateurs. En 1519, à Leipzig, Eck s'opposa à Carlstadt et à Luther, à l'instruction du procès duquel il prit part. Il écrivit alors ses premiers traités de polémique (notamment le De primatu Petri, 1521) et de réflexion théologique (en particulier sur les thèmes de la justification et de la pénitence).

Après divers séjours à Rome, il fit paraître, en réponse aux Loci communes de Melanchthon, un Enchiridion locorum communium adversus ludderanos (1525). Devenu un manuel classique auquel on avait recours dans les disputes religieuses, ce livre (dont une édition critique est en préparation) devait connaître de multiples éditions, remaniements, traductions. En 1526, Eck prit part à la dispute de Baden contre les réformateurs suisses. En 1530, à Augsbourg, auteur de « 404 articles contre les luthériens », il rédige, avec Cochlaeus et Fabri, une réfutation de la Confession d'Augsbourg. Lors des colloques interconfessionnels de Haguenau (1540), Worms et Ratisbonne (1542), il apparut comme un interlocuteur et un témoin d'abord réticent puis nettement hostile aux tentations d'une « voie moyenne ». Bon connaisseur des livres bibliques et de la tradition patristique, il s'efforça sa vie durant de discerner l'enjeu théologique des mouvements de réforme. Par ailleurs, grand prédicateur, il trouva le temps de préparer, en s'appuyant sur les travaux d'Emser pour le Nouveau Testament, une traduction de la Bible en haut allemand.

—  Bernard ROUSSEL

Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification


Autres références

«  ECK JOHANN MAIER dit JOHANN (1486-1543)  » est également traité dans :

EXSURGE DOMINE BULLE (1520)

  • Écrit par 
  • Armand DANET
  •  • 662 mots

La légende est peut-être plus vraie que l'histoire, qui représente Léon X, pape Médicis de la beauté, arrêtant à peine une chasse à courre pour signer, dans une clairière des monts Albins, la condamnation d'un moine déviant inconnu qui perturbe l'Allemagne. Cette bulle, publiée à Rome le 15 juin 1520, a été préparée au cours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulle-exsurge-domine/#i_20780

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « ECK JOHANN MAIER dit JOHANN - (1486-1543) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eck-johann-maier-dit-johann/