Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par

Les années terribles

Désormais, la vie du musicien sera marquée par une alternance entre les plus hautes récompenses et de nouveaux rappels à l’ordre. Le retour définitif de Prokofiev en URSS, dans les années 1930, contraint Chostakovitch à partager avec lui sa place de chef de file de la musique soviétique. En 1941, sa Symphonie no 7Leningradop. 60, interprétée l’année suivante aux États-Unis par Toscanini, lui vaut rapidement une célébrité mondiale et devient l’emblème musical de l’opposition au nazisme. Le thème de l’invasion du premier mouvement, se répétant à la manière du Boléro de Ravel, à mesure que l’instrumentation se charge, donne la sensation d’un rouleau compresseur dont la progression envahit tout l’espace. C’est dans sa Symphonie no 8 op. 65 (1943) que la tragédie que l’URSS et le monde sont en train de vivre trouve son expression la plus forte, en particulier dans la « toccata de la mort » de son deuxième mouvement. En revanche, en 1945, alors qu’on attend de lui une grande symphonie victorieuse avec chœur qui deviendrait l’équivalent soviétique de la Neuvième Symphonie de Beethoven, Chostakovitch prend le risque de tourner la célébration en dérision, en concluant sa Symphonie no 9 op. 70 sur un mouvement d’une ironie désinvolte.

Les années de guerre sont aussi celles, en 1942, de la Sonate pour piano no 2 op. 61, de l’opéra inachevé Les Joueurs, d’après une comédie de Gogol, de Six Romances sur des vers de poètes anglais op. 62, et en 1944 du grand Trio pour piano, violon et violoncelle op. 67 à la mémoire du musicologue Ivan Sollertinski, qui avait exercé une forte influence sur ses choix musicaux. Alors que Chostakovitch semble définitivement rentré en grâce, après avoir reçu entre 1941 et 1946 plusieurs prix d’État pour ses œuvres, le manifeste « antiformaliste » d’Andreï Jdanov, commissaire du peuple à la Culture, lance en 1948 une nouvelle vague de dénigrement et de menaces contre des artistes jugés esthétiquement trop déviants. Ce mouvement est relayé par Tikhon Khrennikov, devenu le tout-puissant secrétaire général de l’Union des compositeurs soviétiques. Chostakovitch se retrouve en première ligne des accusés, avec Prokofiev, Miaskovski, Khatchaturian, entre autres. À nouveau contraint de s’amender, il écrit en 1949 la cantate patriotique Le Chant des forêts op. 81, dans un langage tonal et mélodique convenu. Son Concerto pour violon no 1 op. 77, composé en 1947 et dédié à David Oïstrakh, attendra jusqu’en 1955 avant d’être créé. Quant au cycle vocal Extraits de la poésie populaire juive op. 79 (1948), il confirme son empathie pour la cause des Juifs de Russie et son hostilité à un antisémitisme d’État qui se dissimule derrière la stigmatisation du « cosmopolitisme ». En 1950, les festivités du bicentenaire de la mort de J.-S. Bach inspirent les 24 Préludes et Fugues pour piano op. 87, cycle qui constitue une première dans la musique russe.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en musicologie, maître de conférences à l'université d'Évry, retraité

Classification

Pour citer cet article

André LISCHKE. CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Média

Dmitri Chostakovitch, Mstislav Rostropovitch et Guennadi Rojdestenvski - crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty

Dmitri Chostakovitch, Mstislav Rostropovitch et Guennadi Rojdestenvski

Autres références

  • LADY MACBETH DE MZENSK (D. Chostakovitch)

    • Écrit par
    • 431 mots

    À l'automne de 1930, Dmitri Chostakovitch s'attelle à la composition d'un opéra en quatre actes sur un livret qu'il a élaboré avec le dramaturge Alexandre Preis d'après un court récit de Nikolaï Semenovitch Leskov Lady Macbeth du district de Mzensk (Ledi Makbet...

  • BABI YAR

    • Écrit par
    • 859 mots
    • 1 média

    Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour...

  • KONDRACHINE KYRIL (1914-1981)

    • Écrit par
    • 810 mots

    Lorsque l'Union soviétique commença à « exporter » régulièrement ses artistes dans le monde occidental, Kyril Kondrachine fut l'un des premiers chefs que l'on découvrit et, avec lui, l'existence d'une authentique école soviétique de direction d'orchestre.

    Kyril...

  • MRAVINSKI EVGENI (1903-1988)

    • Écrit par
    • 1 388 mots
    • 1 média
    ...des interprétations romantiques tout en lui donnant une profondeur dramatique rarement égalée. Il crée plusieurs partitions de Prokofiev et, surtout, de Chostakovitch, avec lequel il restera très lié jusqu'au début des années 1960, lorsque les événements politiques les sépareront, Chostakovitch ne pardonnant...
  • RÉALISME SOCIALISTE

    • Écrit par , et
    • 3 542 mots
    • 1 média
    ...les compositeurs qui demeuraient en U.R.S.S. furent obligés de respecter les directives du parti. En témoigne une œuvre comme la Cinquième Symphonie de Dimitri Chostakovitch (créée à Leningrad le 21 novembre 1937 sous la direction d'Evgeni Mravinski), qui représentait une sorte de compromis, après les...