OÏSTRAKH DAVID (1908-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La seconde moitié du xxe siècle est le théâtre de modifications spectaculaires dans les grandes écoles de virtuosité. Ainsi, le violon, qui avait trouvé dans l'école franco-belge une série de maîtres incontestés, va chercher à l'Est un nouveau souffle. Déjà, le grand Joseph Joachim avait révélé un style et une technique hérités du monde tzigane, qui ouvrirent de nouveaux horizons. Mais, après la Seconde Guerre mondiale, l'arrivée en masse des jeunes violonistes soviétiques dans les salles de concert et les concours internationaux, révèle qu'en U.R.S.S. est née une nouvelle école de violon qui doit bouleverser nombre de données acquises. Et le maître incontesté de cette école s'affirme être David Oïstrakh.

David Oïstrakh

Photographie : David Oïstrakh

David Oïstrakh en 1963. «Aussi loin que remonte ma mémoire, il y a un violon. Mon premier violon, je l'ai reçu à l'âge de trois ans et demi. C'était un jouet. J'imaginais que j'étais un de ces musiciens de rue, position peu enviable certes mais très répandue à l'époque. Je ne me... 

Crédits : E. Auerbach/ Hulton Getty

Afficher

Une nouvelle ère

Né à Odessa, en Ukraine, le 30 septembre (nouveau style ; 17 septembre, ancien style) 1908, David Feodorovitch Oïstrakh fait ses études musicales au conservatoire de sa ville natale et travaille avec Piotr Solomonovitch Stoliarski – qui formera également, en partie, Nathan Milstein. En 1925, ses études achevées, il est engagé comme premier violon dans l'Orchestre symphonique d'Odessa. Cinq ans plus tard, il remporte le premier prix de violon du concours panukrainien et, en 1935, triomphe à Moscou en obtenant le premier prix fédéral soviétique. Hors des frontières de son pays, il se classe deuxième derrière Ginette Neveu au concours Henryk-Wieniawski à Varsovie (1935) et premier au concours Eugène-Ysäye à Bruxelles (1937). En 1934, il est nommé professeur au conservatoire Tchaïkovski de Moscou, titulaire d'une classe de violon qu'il ne quittera plus, formant pendant quarante ans l'élite des virtuoses soviétiques. Parmi ses disciples : son fils, Igor Oïstrakh, Viktor Pikaisen, Gidon Kremer, Oleg Kagan et Liana Issakadze.

De nombreuses distinctions ont couronné l'activité de David Oïstrakh : il a obtenu le prix Staline en 1942 et a été décoré de l'ordre de Lénine. Malgré plusieurs accidents cardiaques, il n'a jamais voulu interrompre ses tournées, et c'est au lendemain d'un concert avec l'Orchestre du Concertgebouw qu'il est terrassé à Amsterdam, le 24 octobre 1974.

David Oïstrakh a joué sur de nombreux Stradivarius, parmi lesquels le Comtesse Fontana de 1702, qu’il avait acquis en 1953, et le Marsick de 1705.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  OÏSTRAKH DAVID (1908-1974)  » est également traité dans :

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 822 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années terribles »  : […] Désormais, la vie du musicien sera marquée par une alternance entre les plus hautes récompenses et de nouveaux rappels à l’ordre. Le retour définitif de Prokofiev en URSS, dans les années 1930, contraint Chostakovitch à partager avec lui sa place de chef de file de la musique soviétique. En 1941, sa S ymphonie  n o  7 L e ningrad op. 60, interprétée l’année suivante aux États-Unis par Toscanini […] Lire la suite

KAGAN OLEG (1946-1990)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 730 mots

Dans le chapitre « Une carrière écourtée »  : […] Né à Ioujno-Sakhalinsk, centre administratif de l’île de Sakhaline, sur la côte du Pacifique, le 22 novembre 1946, Oleg Moïseievitch Kagan commence en 1953 ses études musicales au Conservatoire letton de Riga (aujourd’hui J̄azepa V̄itola Lavijas M̄uzikas Akad̄emija), où il fréquente notamment la classe de violon de Joachim Braun. En 1959, il vient à Moscou, où il entre à l'École centrale de musiqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « OÏSTRAKH DAVID - (1908-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-oistrakh/