KHRENNIKOV TIKHON (1913-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire n'aurait peut-être pas retenu le nom de ce compositeur s'il n'avait joué un rôle déterminant dans l'application de la politique stalinienne en matière culturelle.

Tikhon Nikolaïevitch Khrennikov voit le jour à Elets, en Russie centrale (oblats de Lipetsk), le 10 juin (28 mai, ancien style) 1913, dans une famille modeste où tout le monde joue de la guitare russe ou de la mandoline et chante des chansons paysannes. Il commence à étudier le piano avant de partir pour Moscou en 1929, où Mikhail Gnessine l'accepte comme élève au sein du Technicum musical qu'il vient de fonder. Khrennikov travaille le piano avec Ephraïm Hellman et l'écriture avec Genrik Litinski. Il entre ensuite au Conservatoire de Moscou en 1932, où il étudie le piano avec Heinrich Neuhaus et la composition avec Vissarion Chebaline. En 1933, il joue en soliste à Moscou sa première œuvre importante, un concerto pour piano. Diplômé du Conservatoire de Moscou en 1936, Khrennikov poursuit ses études avec Chebaline. Il se fait remarquer avec une musique de scène pour la pièce de Shakespeare Beaucoup de bruit pour rien (1936), représentée au théâtre Vakhtangov. Son premier opéra, Les Frères, rebaptisé plus tard Dans la tempête (1939), est tiré d'un roman de Nikolaï Virta, Solitude, que Staline appréciait particulièrement. Khrennikov est attaché au corps musical de l'Armée rouge, qu'il suit pendant les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale.

La carrière politique de Khrennikov se développe à partir de 1947, lorsqu'il entre au parti communiste et devient député du Soviet suprême. Un an plus tard, Staline le nomme secrétaire général de l'Union des compositeurs soviétiques ; en 1949, il devient président de la section musique pansoviétique pour les échanges culturels avec l'Europe et l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  KHRENNIKOV TIKHON (1913-2007)  » est également traité dans :

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 821 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années terribles »  : […] Désormais, la vie du musicien sera marquée par une alternance entre les plus hautes récompenses et de nouveaux rappels à l’ordre. Le retour définitif de Prokofiev en URSS, dans les années 1930, contraint Chostakovitch à partager avec lui sa place de chef de file de la musique soviétique. En 1941, sa S ymphonie  n o  7 L e ningrad op. 60, interpr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dmitri-chostakovitch/#i_50099

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « KHRENNIKOV TIKHON - (1913-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tikhon-khrennikov/