DIRICHLET PETER GUSTAV LEJEUNE- (1805-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec son ami et contemporain Jacobi et son cadet de quelques années Kummer, Dirichlet constitue la première génération des mathématiciens allemands après Gauss, dont naturellement ils subissent très fortement l'influence ; mais, alors que celui-ci était resté très à l'écart et n'avait pratiquement pas eu d'élèves, ce sont eux qui fondent véritablement la grande école allemande du xixe et du xxe siècle.

Les travaux de Dirichlet en analyse et dans les applications de cette dernière à la mécanique ou à la physique mathématique témoignent d'une grande virtuosité de calcul, mais à laquelle s'allient un sens aigu de la rigueur et un penchant tout moderne pour les preuves « conceptuelles » débarrassées de calculs parasites.

Mais le sujet de prédilection de Dirichlet, pendant toute sa carrière, a été la théorie des nombres, où il a fait ses plus belles découvertes. On lui doit deux outils puissants : le célèbre principe des tiroirs et les séries de Dirichlet dont il sut montrer toute la fécondité.

Travaux d'analyse

Dirichlet est beaucoup plus soigneux et rigoureux que Cauchy lui-même, et ses démonstrations de convergence (les premières en date) des développements en série de Fourier ou en série de polynômes de Legendre sont restées des modèles à cet égard.

Dans une étude de quelques pages sur le potentiel, il introduit l'intégrale de Dirichlet :

pour prouver l'unicité de la distribution de masses ayant un potentiel donné, inaugurant ainsi ce que, depuis Riemann, on appelle encore aujourd'hui le problème de Dirichlet pour les équations aux dérivées partielles elliptiques et leur généralisations.

En mécanique, enfin, on ne peut omettre de mentionner sa célèbre démonstration en quelques lignes de la condition classique d'équilibre d'un système matériel, là où ses prédécesseurs se perdaient en considérations peu probantes fondées sur des développements en série plus ou moins valables.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIRICHLET PETER GUSTAV LEJEUNE- (1805-1859)  » est également traité dans :

DIOPHANTIENNES APPROXIMATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel DAVID
  •  • 4 883 mots

Dans le chapitre « Approximations simultanées »  : […] Étant donné k irrationnels τ 1 , τ 2 , ..., τ k , on peut soit chercher à les approcher par des fractions p 1 / r , p 2 / r , ..., p k / r de même dénominateur (pas obligatoirement toutes irréductibles), soit chercher à rendre minimum pour des entiers u i et w . Ces deux problèmes duals l'un de l'autre sont également délicats. Le premier problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/approximations-diophantiennes/#i_26297

DIOPHANTIENNES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COLLIOT-THÉLÈNE, 
  • Marcel DAVID, 
  • Universalis
  •  • 6 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le grand théorème de Fermat »  : […] Pierre de Fermat (1601-1665) fut un mathématicien d'une érudition extraordinaire (géométrie analytique, fondements du calcul infinitésimal, lois de l'optique, fondements du calcul des probabilités et surtout théorie des nombres). Malheureusement, presque tous ses théorèmes étaient donnés sans démonstration, car il était alors d'usage de proposer se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-diophantiennes/#i_26297

KRONECKER LEOPOLD (1823-1891)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 144 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un arithméticien hors pair »  : […] Né à Liegnitz, dans une famille de riches commerçants, Leopold Kronecker suivit au gymnase les cours d'Ernst Kummer, qu'il devait retrouver plus tard comme professeur à l'université de Breslau, puis comme collègue à Berlin, et qui, avec Peter Gustav Lejeune-Dirichlet, devait avoir l'influence la plus profonde sur le développement de sa pensée. Aprè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-kronecker/#i_26297

KUMMER ERNST EDUARD (1810-1893)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 200 mots

Dans le chapitre « Éléments biographiques et premiers travaux »  : […] Ernst Eduard Kummer est le second fils d'un médecin de Sorau, dans l'ancienne Prusse, actuellement en Pologne. Il avait trois ans lorsqu'il perdit son père. La veuve, malgré sa pauvreté, fit faire des études à ses deux enfants, et, à dix-huit ans, Ernst Eduard fut inscrit en théologie à l'université de Halle. Le professeur de mathématiques, F. Sche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-eduard-kummer/#i_26297

NOMBRES (THÉORIE DES) - Théorie analytique

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 185 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théorème de la progression arithmétique »  : […] La méthode d'Euclide prouvant l'existence d'une infinité de nombres premiers peut, convenablement modifiée, établir par exemple qu'il y a une infinité de nombres premiers de la forme 4  n  + 3 ou de la forme 6  n  + 5. Le théorème de la progression arithmétique affirme que, quels que soient les entiers k et l premiers entre eux, il y a une infini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-theorie-analytique/#i_26297

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Entiers algébriques »  : […] Parmi les nombres algébriques, les entiers algébriques sont définis de manière à former un anneau dont l'intersection avec Q soit réduite à Z  ; on veut de plus que tous les conjugués d'un entier algébrique (c'est-à-dire les racines de son équation minimale à coefficients rationnels) soient encore entiers. Alors les coefficients de l'équation min […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_26297

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Approximation des fonctions »  : […] Le problème consiste à approcher une fonction f sur un intervalle [ a ,  b ] par des fonctions se prêtant mieux au calcul. Au xvii e siècle, on a utilisé l'interpolation par des polynômes de petit degré. Avec Newton et Leibniz apparaît l'emploi de développements en série entière. L'optimisation de telles approximations a fait l'objet de nombreux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_26297

SÉRIES TRIGONOMÉTRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre KAHANE
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] Quoique certaines sommes de séries trigonométriques aient déjà été calculées par L. Euler (cf. analyse harmonique ), on peut considérer que l'histoire des séries trigonométriques remonte à la solution, donnée par D.  Bernoulli, du problème des cordes vibrantes . Le problème est de calculer le mouvement d'une corde, de longueur l , fixée en ses ext […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/series-trigonometriques/#i_26297

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DIEUDONNÉ, « DIRICHLET PETER GUSTAV LEJEUNE- (1805-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dirichlet-lejeune/