TIOMKIN DIMITRI (1894-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Américain d'origine ukrainienne Dimitri Tiomkin fut, durant plus de trois décennies, l'un des plus prolifiques et des plus populaires compositeurs de musique de film de Hollywood, aux côtés d'autres Européens émigrés, au premier rang desquels les Autrichiens Erich Wolfgang Korngold et Max Steiner, le Hongrois Miklós Rózsa, l'Allemand Franz Waxman. Certains des thèmes qu'il a composés sont dans toutes les mémoires et son nom demeure attaché à des réalisateurs aussi prestigieux que Frank Capra, Alfred Hitchcock, Howard Hawks, Fred Zinnemann ou John Sturges.

Dimitri (parfois orthographié Dmitri dans les génériques) Tiomkin naît à Krementchouk, en Ukraine, le 10 mai 1894. Sa mère est pianiste et enseigne la musique, son père est un médecin renommé qui, après s'être exilé en Allemagne à la suite de la révolution de 1917, collaborera avec le biologiste Paul Ehrlich. Enfant, il manifeste un goût prononcé pour la musique, apprenant le piano avec sa mère et, en autodidacte, les rudiments du solfège et de l'harmonie. Il entre au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, qui est alors dirigé par un compositeur au sommet de son art, Alexandre Glazounov. Tiomkin étudie la composition avec ce dernier et le piano avec Isabelle Vengerova et Felix Blumenfeld, un des maîtres de Vladimir Horowitz. En peu de temps, ce professeur va faire de lui un véritable virtuose. Pour gagner quelque argent, Tiomkin improvise sur des films muets, acquérant une expérience qui lui sera plus tard précieuse. Puis il entame une brillante carrière de pianiste. En 1919, il quitte la Russie pour Berlin, où il va travailler avec Hugo Leichtentritt, Egon Petri et, surtout, Ferruccio Busoni, qui est alors professeur de composition à l'Académie des beaux-arts. Situé au carrefour de plusieurs courants esthétiques, Busoni permet à Tiomkin de surmonter l'héritage « nationaliste » du groupe des Cinq (Balakirev, Cui, Borodine, Moussorgski et Rimski-Korsakov).

À la recherche de sa propre identité, Tiomkin est désormais réceptif à différentes influences musicales, notamment au jazz. Il continue à se produire comme soliste en Allemagne, où il joue notamment avec l'Orchestre philharmonique de Berlin, et effectue en Europe des tournées en duo avec son ami pianiste Michael Khariton, un exilé russe rencontré à Berlin. En 1925, Tiomkin gagne les États-Unis et s'y établit définitivement ; il adoptera la nationalité américaine en 1937. À New York, où il fait la connaissance de Richard Rodgers et de Jerome Kern, il a la révélation : carrefour de toutes les tendances musicales, New York est la ville de tous les métissages ; les musiques populaires, le jazz en particulier, s'introduisent dans les salles de concert. La danseuse et chorégraphe d'origine autrichienne Albertina Rasch (1896-1967), qu'il épouse, lui fait rencontrer George Gershwin, qui synthétise ces influences musicales en transcendant tous les académismes. En 1927, Albertina Rasch chorégraphie la Rhapsody in Blue, dont Tiomkin assure la partie de piano. Ardent défenseur de Gershwin, c'est d'ailleurs lui qui créera en Europe, à l'Opéra de Paris, en 1928, son Concerto pour piano en fa majeur sous la direction de Vladimir Golschmann.

Après la grande crise de 1929, la situation devient difficile à New York. Les Tiomkin partent en 1930 pour Hollywood, qui est relativement épargné par la récession économique. Entre 1930 et 1940, la manufacture hollywoodienne tourne en effet à plein régime : chaque studio, à l'affût de la nouvelle mode et du nouveau visage à propulser, produit un nombre de films sans cesse croissant. La musique y jouant un rôle important, Dimitri Tiomkin comprend très vite que s'ouvre à lui une nouvelle voie, la composition. Il commence par écrire, en 1930, des musiques de ballets pour des films de la M.G.M. En 1931, il compose, avec Bernie Grossman, la musique du film Resurrection, d'Edwin Carewe, d'après le roman de Tolstoï, dont les ballets sont chorégraphiés par sa fe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « TIOMKIN DIMITRI - (1894-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dimitri-tiomkin/