FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mots chantent

Dans les années de l'immédiat après-guerre, le lied ne séduisait guère les foules. Il a fallu toute l'agissante conviction de Dietrich Fischer-Dieskau pour imposer aux organisateurs de concerts et aux mélomanes la poésie discrète de ces « Lieder-Abende » née de la nudité du dialogue d'une voix et d'un piano. C'est chose faite aujourd'hui. Fischer-Dieskau fut d'abord le médiateur de la grande tradition du lied germanique. Le premier, il offre au disque d'incontournables intégrales des œuvres pour voix d'homme de Beethoven (An die Ferne Geliebte, avec Jörg Demus, 1966), Schubert, Schumann, Brahms, Richard Strauss et Wolf. Certains cycles – de Schubert, le Voyage d'hiver, La Belle Meunière, Le Chant du cygne – seront sans cesse revisités, avec de nouveaux partenaires, en quête d'une vérité nouvelle. La sensibilité exacerbée de Schumann et le pointillisme de Wolf trouvent en lui un traducteur idéal, peut-être plus indiscutable encore que dans Schubert. Nommer tous ceux qui se sont fait une gloire, non pas de l'accompagner mais de lui apporter un contre-chant fondamental, témoigne des hauteurs où se situe l'inspiration de Dietrich Fischer-Dieskau : Gerald Moore, Sviatoslav Richter, Leonard Bernstein, Jörg Demus, Christoph Eschenbach, Wolfgang Sawallisch, Murray Perahia, Hartmut Höll, Alfred Brendel, Daniel Barenboim, Karl Engel, Aribert Reimann, Maurizio Pollini, Vladimir Horowitz, Vladimir Ashkenazy, Benjamin Britten, Wilhelm Kempff...

Il fut en outre un infatigable explorateur de pages ignorées, malgré leur valeur et leur charme. Plus de 3 000 lieder dus à une bonne centaine de compositeurs différents – parmi lesquels Carl Friedrich Zelter, Carl Loewe, Louis Spohr, Giacomo Meyerbeer, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Fischer-Dieskau

Fischer-Dieskau
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Arabella

Arabella
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)  » est également traité dans :

ESCHENBACH CHRISTOPH (1940- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’art du piano »  : […] Christoph Eschenbach, fils du musicologue Herbert Ringmann, naît le 20 février 1940 à Breslau (Allemagne), aujourd’hui Wrocław (Pologne). Aucun membre de sa famille proche n’a survécu à la guerre. Orphelin dans un camp de réfugiés situé dans le Mecklembourg, atteint par la typhoïde, il est sauvé et adopté par une cousine de sa mère biologique, Wallydore Eschenbach, née Jaross, dont il prendra le n […] Lire la suite

Wozzeck, BERG (Alban)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Avec Arnold Schönberg, son maître, et Anton von Webern, Alban Berg constitue l'école de Vienne, qui symbolise l'avant-garde musicale du xx e  siècle. Des trois, il est le plus lyrique, le plus «romantique». Que ce soit dans son Quatuor à cordes (1911), ses Trois Pièces pour orchestre (1914), sa Suite lyrique (1927), son Concerto pour violon «À la mémoire d'un ange» (créé en 1936), son langage man […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « FISCHER-DIESKAU DIETRICH - (1925-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dietrich-fischer-dieskau/