FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le verbe et la musique

C'est le départ d'une carrière internationale qui, menée avec sagesse, durera presque quarante ans et couvre avec un bonheur constant des domaines aussi divers que l'oratorio, l'opéra et la musique symphonique. En 1965, Fischer-Dieskau débute au Covent Garden de Londres, dans le rôle de Mandryka (Arabella de Richard Strauss, sous la direction de Georg Solti) ; en 1966, il chante à la Staatsoper de Vienne le rôle-titre de Falstaff de Verdi dans la prestigieuse mise en scène de Luchino Visconti, sous la direction de Leonard Bernstein. C'est cette même année qu'il commence, avec le pianiste Gerald Moore, l'enregistrement de l'intégrale des lieder pour voix d'homme de Schubert, une entreprise qui ne s'achèvera qu'en 1972. Avant que le goût ne s'en répande dans le public, il s'intéresse à Heinrich Schütz, Alessandro Scarlatti, Georg Philipp Telemann... et s'expose dans des partitions alors aussi peu fréquentées que les Leçons de ténèbres de François Couperin, les cantates Orphée de Louis-Nicolas Clérambault ou Thétis de Jean-Philippe Rameau.

Arabella

Photographie : Arabella

La soprano suisse Lisa Della Casa dans le rôle-titre de l'opéra de Richard Strauss Arabella, donné au Covent Garden de Londres en 1965 dans une mise en scène de Rudolf Hartmann et sous la direction musicale de Georg Solti ; le baryton allemand Dietrich Fischer-Dieskau interprétait Mandryka.... 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Très tôt, il se distingue dans les œuvres de Jean-Sébastien Bach avec une autorité et une sensibilité exceptionnelles. Le disque garde la trace de nombreuses cantates du Cantor de Leipzig dirigées par Karl Ristenpart, d'un Magnificat où il retrouve Ernst Haeffliger, Maria Stader, Hertha Töpper et la baguette de Karl Richter (1961), ainsi que de ses participations à la Messe en si et à la Passion selon saint Matthieu avec des chefs aussi différents que Karl Richter et Otto Klemperer. On peut l'entendre dans Orfeo ed Euridice de Gluck, Giulio Cesare de Haendel (dirigé par Karl Böhm) et une mémorable Création de Haydn signée Herbert von Karajan, momentanément interrompue, en 1966, par la mort de Fritz Wunderlich.

Dietrich Fischer-Dieskau incarne avec moins de souveraine aisance les personnages mozartiens – le Comte Almaviva des Noces de Figaro, Don Giovanni – mais se révèle, sous la direction de Ferenc Fricsay un inattendu et irrésistible Papageno (La Flûte enchantée, 1958), que sa haute taille lui a interdit de chanter sur scène. Malgré ce que certains puristes taxent d'excès d'intellectualisme et de manque d'italianità, il chante Falstaff à Vienne et participe à des enregistrements verdiens qui font toujours référence : un Rigoletto dont il assume le rôle-titre avec un engagement passionné (aux côtés de Renata Scotto, Carlo Bergonzi, Fiorenza Cossotto, sous la baguette et Rafael Kubelík, 1963) et un Don Carlo (avec Nicolai Ghiaurov, Carlo Bergonzi, Martti Talvela, Renata Tebaldi, Grace Bumbry, direction de Georg Solti, 1965). Sa réussite n'est pas moindre au royaume de Richard Strauss, où il faut citer comme proches de l'idéal ses gravures de Capriccio (Olivier, avec Elisabeth Schwarzkopf, Eberhardt Wächter, Nicolai Gedda, Hans Hotter, Christa Ludwig, Anna Moffo et Wolfgang Sawallisch, 1959) et d'Arabella (Mandryka, avec Lisa Della Casa et Josef Keilberth, 1964). La moisson wagnérienne est abondante sur scène – Wotan de L'Or du Rhin au festival de Pâques de Salzbourg en 1968 avec Herbert von Karajan (resté sans lendemain, cependant), Hans Sachs (Les Maîtres chanteurs) à Munich en 1980 avec Julia Varady, René Kollo, Kurt Moll, Peter Schreier et Wolfgang Sawallisch (sa prise de rôle avait eu lieu en 1976, à la Deutsche Oper de Berlin, sous la direction d'Eugen Jochum) – mais surtout au disque : Le Vaisseau fantôme (le Hollandais, avec Gottlob Frick, Fritz Wunderlich et Franz Konwitschny, 1960), Lohengrin (Friedrich von Telramund, avec Jess Thomas, Elisabeth Grümmer, Christa Ludwig, Gottlob Frick, Rudolf Kempe, 1962), Tannhäuser (Wolfram von Eschenbach, avec Gottlob Frick, Fritz Wunderlich, Gerhard Unger, Elisabeth Grümmer, Lisa Otto, Franz Konwitschny, 1960), Le Crépuscule des dieux (Gunther, avec Birgit Nilsson, Wolfgang Windgassen, Gustav Neidlinger, Gottlob Frick, Christa Ludwig, Lucia Popp, Georg Solti, 1964), et un deuxième Tristan et Isolde (Kurwenal, avec René Kollo, Kurt Moll, Margaret Price, Brigitte Fassbänder, Anton Dermota et Carlos Kleiber, 1980, 1981 et 1982).

En 1973, Dietrich Fischer-Dieskau commence à pratiquer la direction d'orchestre. Il fait ses adieux à la scène lyrique en 1983, et commence à enseigner à la Hochschule der Künste de Berlin. En 1985, il interprète au festival de Salzbourg de larges extraits de Saint François d'Assise d'Olivier Messiaen. Il cesse définitivement de chanter sur scène en 1992 – il se produira cependant encore comme récitant –, et consacre de plus en plus de temps à une passion ancienne : la peinture. Il meurt le 18 mai 2012, à Berg, en Bavière.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Fischer-Dieskau

Fischer-Dieskau
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Arabella

Arabella
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)  » est également traité dans :

ESCHENBACH CHRISTOPH (1940- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’art du piano »  : […] Christoph Eschenbach, fils du musicologue Herbert Ringmann, naît le 20 février 1940 à Breslau (Allemagne), aujourd’hui Wrocław (Pologne). Aucun membre de sa famille proche n’a survécu à la guerre. Orphelin dans un camp de réfugiés situé dans le Mecklembourg, atteint par la typhoïde, il est sauvé et adopté par une cousine de sa mère biologique, Wallydore Eschenbach, née Jaross, dont il prendra le n […] Lire la suite

Wozzeck, BERG (Alban)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Avec Arnold Schönberg, son maître, et Anton von Webern, Alban Berg constitue l'école de Vienne, qui symbolise l'avant-garde musicale du xx e  siècle. Des trois, il est le plus lyrique, le plus «romantique». Que ce soit dans son Quatuor à cordes (1911), ses Trois Pièces pour orchestre (1914), sa Suite lyrique (1927), son Concerto pour violon «À la mémoire d'un ange» (créé en 1936), son langage man […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « FISCHER-DIESKAU DIETRICH - (1925-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dietrich-fischer-dieskau/