GRÈS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grès sont des roches sédimentaires détritiques provenant de la consolidation d'un sable, généralement quartzeux, par un ciment naturel. Les éléments des grès appartiennent à la classe granulométrique des arénites (de 2 mm à 0,05 mm) ; au-dessous de cette dimension, on a des lutites, encore appelées pélites. On peut différencier les grès d'après la nature des éléments détritiques – grès quartzeux, micacés, glauconieux, coquilliers... – ; la nature du ciment – grès siliceux, calcaires, ferrugineux... – ; leur degré de cohésion – grès « tendres » qui s'effritent facilement (grès « pouf » des carriers), grès moyens (grès « paf »), grès durs, sonores sous le choc (grès « pif ») – ; d'après leur origine – pédologique, tectonique... Les nombreuses classifications qui ont été proposées pour les roches gréseuses (L. Cayeux, F. J. Pettijohn, etc.), et qui ne seront pas décrites ici, font intervenir, soit séparément, soit conjointement, la plupart de ces caractères.

Certains grès rouge dans les séries géologiques ont suscité l'intérêt parce qu'ils sont de bons repères cartographiques et parce qu'ils témoignent de conditions particulières de dépôt. Les grès rouges traduisent un faciès continental détritique, plus ou moins grossier, appartenant généralement aux sédiments post-orogéniques groupés sous le nom de « molasses ». Ils tiennent leur couleur rouge d'oxydes de fer, associés parfois à des oxydes de manganèse, élaborés par une pédogenèse de type latéritique ou de type « cuirassement », fréquente en milieu intertropical.

Au cours de l'histoire géologique, les formations gréseuses rouges ont pris une importance considérable à des périodes bien déterminées : à la fin des temps protérozoïques, au milieu du Paléozoïque (continent des Vieux Grès rouges), au Permo-Trias (continent des Nouveaux Grès rouges).

Les grès sont des roches relativement résistantes, ce qui explique les formes tabulaires, arrondies ou ch [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRÈS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 698 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le domaine saharien »  : […] Au début des temps mésozoïques s'instaure un nouveau dispositif structural qui est oblique par rapport aux limites établies durant les temps paléozoïques. L'histoire commence avec le Trias, qui est carbonaté marin dans le Sud tunisien et en Tripolitaine. Sur le domaine saharien, il est sous le faciès gréseux rouge continental ou laguno-marin avec un développement important de grands bassins évapo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geologie/#i_37137

BASSIN SÉDIMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les bassins des socles précambriens »  : […] L'originalité du relief des bassins sédimentaires développés sur les socles précambriens se manifeste principalement dans les formes structurales . Elle résulte de données géologiques beaucoup moins favorables à l'expression de l'érosion différentielle, par suite tant de l'uniformité lithologique des séries sédimentaires que d'une tectonique monotone résultant de déformations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bassin-sedimentaire/#i_37137

BIGOT ALEXANDRE (1862-1927)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST
  •  • 960 mots

Alexandre Bigot naît à Mer, dans le Loir-et-Cher, le 5 novembre 1862, de parents vignerons. Licencié en physique en 1884, il devient, en 1887, professeur à l'École alsacienne. Il passe son doctorat en 1890 avec une thèse sur les dérivés de la glycérine. À l'Exposition universelle de 1889, il s'enthousiasme pour les céramiques orientales. En 1890, Eugène Carriès lui demande des conseils techniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-bigot/#i_37137

NORD MER DU

  • Écrit par 
  • Alain PERRODON, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 4 422 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Critères pétroliers »  : […] Les pièges sont en relation avec cette tectonique générale de blocs faillés soit sous discordance, soit sous la couverture dysharmonique du sel zechstein. Ils peuvent être aussi constitués par des structures diapiriques, ou des anomalies sédimentaires (Frigg, Forties). Les réservoirs sont très variés, mais en majorité gréseux ; c'est le cas notamment : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-du-nord/#i_37137

PÉTRA

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 8 198 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le site dans son environnement naturel »  : […] Pétra se trouve à environ 250 km au sud d'Amman, la capitale de la Jordanie, à une altitude moyenne de 1 000 m, dans une zone de climat semi-désertique. Sur le site même, la pluviométrie est d'environ 150 mm répartis, de novembre à avril, sur un petit nombre de jours par an. Pluviométrie heureusement deux fois plus importante immédiatement à l'est, sur le plateau calcaire du Sharā, qui culmine à 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petra/#i_37137

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 542 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les roches détritiques »  : […] Les roches détritiques forment un ensemble assez bien défini qui caractérise la dominance des matériaux hérités de le fragmentation ou de l'altération (phase résiduelle) ou du simple transport des constituants d'autres formations. Il est commode de les situer dans un tableau à double entrée en fonction de la taille des éléments remaniés et du fait qu'elles sont ou non consolidées . Cette nomenclat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-classification-roches-sedimentaires/#i_37137

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles POMEROL, Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, « GRÈS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gres/