DÉPOLARISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phénomène créé par l'ouverture, sous l'effet du voltage ou sous l'effet d'un neuromédiateur, des canaux ioniques servant au passage du sodium dans les membranes cellulaires, ce qui décharge la surface extérieure de celles-ci, positivement chargée au repos. Le déclenchement de cette décharge, induit par un stimulus d'intensité suffisante (sa valeur minimale, ou liminaire, est qualifiée de seuil), correspond au processus d'excitation. L'inversion des charges membranaires qui en résulte atteint toujours une valeur dite potentiel d'action, dont la grandeur est caractéristique de la cellule excitée. Celle-ci a donc répondu selon la modalité dite tout ou rien.

Ensuite, le retour à l'état initial se produit grâce au travail cellulaire de restauration des équilibres ioniques membranaires. Cela nécessite l'expulsion du sodium hors de la cellule, d'où repolarisation.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉPOLARISATION  » est également traité dans :

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Genèse du potentiel de récepteur »  : […] Quel est le mécanisme de la transduction mécanoélectrique ? Les nombreuses expériences pratiquées sur des cellules ciliées de la ligne latérale d'Urodèles, du saccule d'Amphibiens ou, ce qui est plus difficile, sur les cellules ciliées d'organe de Corti de souris en culture montrent que l'inclinaison des cils vers le kinocil ou son vestige entraîne une dépolarisation et, en sens inverse, une hype […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_94625

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Max DONDEY, 
  • Jean DUMOULIN, 
  • Alfred FESSARD, 
  • Paul LAGET, 
  • Jean LENÈGRE
  •  • 17 313 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Principe »  : […] L' électrocardiographie explore l'activité électrique du cœur par enregistrement des électrocardiogrammes (en abrégé : E.C.G.), tracés scalaires bidimensionnels qui inscrivent en fonction du temps, les variations du potentiel électrique induites dans les différents points du corps (spécialement à la surface des téguments) par le cœur en activité. Les innombrables cellules musculaires qui le cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophysiologie/#i_94625

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

Dans le chapitre « L'excitabilité et les systèmes excitables »  : […] L'excitabilité (ou l' irritabilité) est, au sens large, une propriété commune à tous les objets vivants. Dire que ceux-ci réagissent conformément à leur nature peut être pris pour l'énoncé d'une évidence, mais ce qu'on souligne ainsi est pourtant fondamental : les objets vivants (cellules, tissus, organes) réagissent autrement que la plupart des objets non vivants qui ne font que transmettre et t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/excitabilite/#i_94625

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 918 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Phénomènes électriques »  : […] Les fibres musculaires, comme les cellules nerveuses, entretiennent de part et d'autre de leur membrane une différence de potentiel, ou potentiel de repos, qui témoigne la polarisation de la membrane. Toute contraction musculaire est immédiatement précédée d'une dépolarisation, qui se manifeste d'abord au niveau de la jonction neuromusculaire, ou plaque motrice, sous l'action de l'acétylcholine l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/#i_94625

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Activité électrique cellulaire »  : […] La polarisation membranaire de repos (diastolique) varie selon les tissus : les régions nodales, et en particulier le centre d'automatisme, ont un potentiel diastolique maximal plus faible (de 60 à 70 mV) que le myocarde ou le tissu conducteur (de 70 à 90 mV). Le potentiel d'action des cellules cardiaques se caractérise par sa durée relativement longue, généralement comprise entre 100 et 500 ms  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_94625

NERVEUX (SYSTÈME) - Le neurone

  • Écrit par 
  • Michel HAMON, 
  • Clément LÉNA
  •  • 5 729 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intégration synaptique »  : […] Les neurones sont soumis en continu à la fois à une activité synaptique excitatrice (qui dépolarise) et inhibitrice (qui hyperpolarise). Les effets de l'activation d'une seule synapse peuvent durer de quelques millisecondes à quelques minutes selon le type de protéines réceptrices qui y sont situées. Le niveau de dépolarisation (ou d'hyperpolarisation) des neurones correspond à la somme de toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-le-neurone/#i_94625

NERVEUX (SYSTÈME) - L'influx nerveux

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 4 987 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  L'émission naturelle de l'influx nerveux »  : […] Ce qui vient d'être dit permet de comprendre que, dans les conditions naturelles de fonctionnement, c'est en général au niveau du segment intermédiaire que l'influx nerveux prend naissance, sous l'influence des actions dépolarisantes que subit sa membrane plasmique. D'où viennent donc ces actions ? On peut en distinguer cinq sortes : – Lorsqu'un neurone est, comme cela arrive souvent, bombardé inc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-l-influx-nerveux/#i_94625

NERVEUX (SYSTÈME) - Agencement des réseaux et circuits neuronaux

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 6 315 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La transmission de l'influx »  : […] On ne décrira pas ici les mécanismes physico-chimiques dont dépend l'aspect individuel de la transmission, mais seulement les caractères cinétiques de l'excitation transmise, plus ou moins fidèlement traduits par les phénomènes électrophysiologiques. Contrairement à la conduction axonale, qui est bidirectionnelle, la transmission synaptique est polarisée, c'est-à-dire qu'elle ne permet le passage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-agencement-des-reseaux-et-circuits-neuronaux/#i_94625

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les métabolismes de la communication chimique »  : […] Sur le plan de l'analyse des mécanismes de la communication intercellulaire, l'étude du métabolisme propre des différents neuromédiateurs constitue un champ d'investigation très actif. La connaissance des mécanismes de biosynthèse implique, dans le cas des neuromédiateurs « classiques » (acétylcholine, acides aminés, monoamines), l'étude des enzymes de biosynthèse et de l'ensemble des processus d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_94625

POLARITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 080 mots

La polarité est inhérente au vivant. Elle en traduit le besoin d'ordre ou, plus exactement, elle révèle qu'il tend vers une ordonnance intrinsèque. Elle commence au niveau moléculaire : Pasteur a montré que toute la matière vivante est construite sur le modèle moléculaire lévogyre. Autrement dit, entre les deux situations possibles, lévogyrie ou dextrogyrie, qui correspondent à deux isomères moléc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polarite-biologie/#i_94625

SENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 8 919 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le potentiel de récepteur »  : […] C'est au niveau de la membrane du transducteur qu'agissent les stimuli quels qu'ils soient, cette action s'exerçant directement ou par l'intermédiaire des structures associées. Ainsi la déformation mécanique de la membrane (torsion, étirement, distension) dans le cas des mécanorécepteurs, l'adsorption à sa surface des molécules stimulatrices dans le cas des chémorécepteurs, l'impact des photons s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sensibilite/#i_94625

SYNAPSES

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD, 
  • Patrice GUYENET, 
  • Michel HAMON, 
  • Jacques TAXI
  •  • 7 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Critères qui permettent de définir un neuromédiateur »  : […] Pour établir une corrélation certaine entre une synapse donnée et un médiateur, il faut que celui-ci satisfasse à plusieurs critères d'ordre biochimique qui suggèrent fortement son rôle dans les mécanismes présynaptiques. Ces critères sont nécessaires mais non suffisants. On peut distinguer : – la localisation intraneuronale : la substance, pour jouer le rôle de médiateur, doit être contenue dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synapses/#i_94625

TOUT OU RIEN LOI DU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 162 mots

Ce phénomène propre aux fibres nerveuses et aux fibres musculaires striées prises isolément est lié aux caractéristiques des membranes excitables dont ces cellules sont entourées. Lorsqu'un stimulus dépasse une valeur minimale appelée seuil d'excitation , la membrane subit une dépolarisation locale entraînant le passage brutal du potentiel membranaire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-du-tout-ou-rien/#i_94625

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La photostimulation »  : […] Nous prendrons d'abord comme exemple une structure qui a fait l'objet d'études approfondies, la cellule de l' ocelle latéral de la Balane (Crustacé Cirripède). L'ocelle étant à l'obscurité, on mesure avec une microélectrode intracellulaire un potentiel de repos transmembranaire de l'ordre de 40 millivolts, l'intérieur de la cellule étant négatif par rapport à l'extérieur. La lumière provoque une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-photoreception-retinienne/#i_94625

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 811 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Réponses on et off et interactions entre centre et pourtour »  : […] Le type de réponse on ou off et les interactions entre centre et pourtour des cellules ganglionnaires sont le résultat de spécialisations fonctionnelles tout au long de la chaîne de traitement dans le réseau rétinien (fig. 5 ). Contrairement aux cellules ganglionnaires qui émettent des potentiels d'action, les autres neurones rétiniens ne répondent aux stimuli visuels que par des augmentations (d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-neurophysiologie-visuelle/#i_94625

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « DÉPOLARISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/depolarisation/