DENIER, monnaie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom d'une monnaie (denarius nummus) que l'on retrouve de l'époque romaine à la fin de l'Ancien Régime, avec une valeur extrêmement variable, tantôt comme espèce monétaire véritable, tantôt comme simple monnaie de compte.

Denier romain

Denier romain

Photographie

Denier romain avec la louve capitoline, frappé dans les années 70 avant J.-C. par le contrôleur Publius Satrienus. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Dans les premiers siècles de son histoire, Rome s'était servie de monnaies étrangères, surtout grecques, ou avait frappé des monnaies à l'imitation de celles-ci. Le denier apparut, suivant Pline, en l'an de Rome 485 (~ 269), à l'époque où l'on inaugurait, pour le bronze, le système de l'as triental. Le denier est une monnaie d'argent de la valeur de dix as, dont le type est une copie de la drachme attique. Au droit, elle porte une tête de femme, coiffée du casque de Persée, au revers les Dioscures, chevauchant, la lance en arrêt, leur bonnet conique surmonté des étoiles symboliques du matin et du soir, avec pour légende le mot « Roma ». Le denier pesait à l'origine 4,55 g d'argent, à la taille de 72 à la livre romaine : c'était le poids de la drachme attique. En ~ 217, le denier fut ramené à la taille de 84 à la livre, soit 3,90 g environ par denier : il devait conserver cette valeur jusqu'à la fin de la République.

Les deniers de la République connurent un grand succès, favorisé par leur bon aloi et par l'extension des conquêtes romaines. Il y eut des contrefaçons en divers pays, notamment en Gaule et en Espagne. César rendit au denier, un temps altéré par la fabrication de deniers « fourrés » (feuille d'argent sur âme de cuivre), sa pureté primitive, et en modifia le type, en s'arrogeant le droit d'effigie.

Néron fixa une nouvelle valeur du denier avec une taille de 96 à la livre au lieu de 84 ; il diminua ainsi son poids, mais le denier restait de bon aloi avec une teneur de 98 à 99 p. 100 de métal fin. Ce ne fut qu'après le règne de Néron que le denier, dont le poids restait toujours fixé à 3,40 g, comporta de moins en moins d'argent fin.

En 215, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  DENIER, monnaie  » est également traité dans :

DENIER ROMAIN

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

Le denier romain fut, après la drachme grecque, la monnaie qui domina le monde ancien, plus particulièrement dans les régions méditerranéennes. La ville aux sept collines put alors, à la suite de cette réforme monétaire, imposer son numéraire à tous les peuples soumis.Cette pièce d'argent a vraisemblablement été frappée pour la première fois peu avant — 211. À cette date, Rome doit reprendre en ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denier-romain/#i_19601

BILLON

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 700 mots

Terme qui désigne les monnaies de métal vil, ou de métal précieux dont le titre est très fortement altéré. Les monnaies de billon ne doivent leur pouvoir libératoire qu'à la confiance du public et leur valeur intrinsèque est toujours très inférieure à leur valeur nominale. Le terme est le plus généralement appliqué aux monnaies divisionnaires qui souffrent le plus des crises monétaires et de l'usu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/billon/#i_19601

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La formation d'une économie monétaire »  : […] L'organisation territoriale va de pair avec une structuration des échanges à l'intérieur des civitates . C'est au cours du ii e  siècle avant J.-C. que se met en place, en Gaule notamment, une véritable économie monétaire. On ne frappe plus seulement les lourdes pièces d'or, qui interviennent avant tout dans la régulation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celtes/#i_19601

COMPTE MONNAIE DE

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 1 082 mots

Complètement tombé en désuétude de nos jours, le système de la monnaie de compte est la base de la pratique monétaire médiévale ; déjà esquissé à l'époque des grandes invasions, il s'est prolongé jusqu'à la réforme monétaire de la Révolution française. Dans ce système, les deux fonctions essentielles de la monnaie, comme mesure des valeurs et comme moyen de paiement, sont séparées l'une de l'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-de-compte/#i_19601

ÉCU D'ARGENT

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 374 mots

En octobre 1580, pour répondre aux besoins que créait le compte par écu, remplaçant le compte par livre, on frappa un écu d'argent, valant le quart de l'écu d'or. Cette pièce était au titre de 11 deniers d'argent, à la taille de 25 1/5 au marc, et avait cours pour 15 sols. Le type était celui de l'écu à la couronne, avec au revers une croix fleurdelisée. Ces pièces portaient le nom de quart d'écu, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecu-d-argent/#i_19601

LIVRE, monnaie

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 350 mots

Unité de poids dont la valeur est variable, la livre servit très tôt d'unité monétaire dans la mesure où la taille de la monnaie fut établie d'après la livre : les sous d'or de Constantin étaient fabriqués à la taille de 72 par livre. C'est à l'époque carolingienne que fut instauré le système d'équivalence qui durera pendant tout le Moyen Âge : Charlemagne ayant décidé que l'on taillerait 240 deni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-monnaie/#i_19601

LIVRE TOURNOIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 4 501 mots

Dans le chapitre «  Le monométallisme argent »  : […] De la fin de l'empire romain à l'ère franque, le monde occidental continue à utiliser, pour les paiements en monnaie manuelle, le solidus ou sou d'or de Constantin, ainsi que ses dérivés encore en circulation ou ayant fait l'objet d'imitations de la part de multiples autorités monétaires subalternes ou de rois barbares. Les Francs, à partir du vi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-tournois/#i_19601

MONNAIE - Histoire de la monnaie

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 9 794 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rome »  : […] La première monnaie romaine – d'origine étrusque – était en bronze et assez grossière, sous forme de plaques rectangulaires (un peu analogues à celles que l'on avait vues dans le bassin oriental de la Méditerranée, cinq siècles plus tôt), et portait l'image d'un bœuf, ou divers symboles religieux, aes signatum . C'est la loi des Douze Tables (450 av. J.-C.) qui substitua défi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-histoire-de-la-monnaie/#i_19601

PARISIS, monnaie

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 342 mots

Terme qui a désigné la monnaie royale de Paris. Bien que, de toute ancienneté, il y ait eu à Paris un atelier monétaire, le nom de parisis ne paraît pas antérieur au règne de Philippe I er (1060-1108) : à cette époque, un certain nombre d'autres ateliers royaux furent soumis aux mêmes règles que celui de Paris, ce qui eut pour conséquence l'existence du système parisis. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parisis-monnaie/#i_19601

STERLING LIVRE

  • Écrit par 
  • Sophie BRANA, 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 7 210 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le monométallisme argent »  : […] Au viii e  siècle, dans les royaumes saxons des îles Britanniques, circulent des pièces d'argent sceatta , sterra ou steorling , comportant la marque d'une étoile ( star ). Les ateliers monétaires, placés sous l'autorité royale, taillent 240 de ces pièces dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-sterling/#i_19601

TOURNOIS, monnaie

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 534 mots

Monnaie extrêmement répandue au Moyen Âge (le nom de tournois vient de la ville de Tours, où le chapitre de Saint-Martin battait monnaie au viii e  siècle). On a, au temps de Pépin et de Charlemagne, des deniers d'argent aux effigies de ces princes, portant la légende Sancti Martini . Ce droit de monnayage paraît avoir été su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tournois-monnaie/#i_19601

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « DENIER, monnaie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/denier-monnaie/