ÉCU D'OR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Première monnaie d'or frappée en France par Saint Louis, après plusieurs siècles d'interruption de la frappe de ce métal, l'écu eut un succès énorme, et, repris, modifié, altéré, fut la monnaie d'or nationale la plus courante jusqu'au xviie siècle. La reprise de la frappe de l'or s'explique par le renouveau des échanges commerciaux, et par l'afflux de ce métal en Europe, une des conséquences des croisades. D'autre part, la frappe de l'or, dont les souverains de France faisaient un privilège royal, était un moyen d'unifier la monnaie, et d'affirmer la prépondérance de la couronne de France. La monnaie royale devait être plus forte et de meilleur aloi que les monnaies féodales.

L'écu d'or de Saint Louis doit son nom à l'écu semé de fleurs de lis que l'on voit sur le droit, dans une rosace, avec en légende circulaire : LUDOVICS : DEI : GRACIA : FRANCOR REX ; au revers figure une croix feuillue, contournée de quatre fleurs de lis, avec en légende circulaire XPC VINCIT XPC REGNAT XPC IMPERAT. Cette pièce était d'or pur, à 24 carats, taillée à raison de 58 au marc : elle devait donc peser 4,21 g.

Le type monétaire à l'écu fut un temps abandonné par les successeurs de Saint Louis. Si l'on conserve, au revers, la croix feuillue, on trouve d'autres figurations au droit de ces pièces : tantôt pour l'agnel d'or, un agneau pascal nimbé ; pour le petit royal, le roi couronné, debout, tenant un sceptre ; pour la masse d'or, le roi assis sur un trône décoré de têtes de lion et tenant une fleur de lis et un sceptre (la masse). Le poids de ces pièces, la quantité de métal fin qu'elles contiennent ne sont guère inférieurs à ceux des pièces de Saint Louis : si Philippe IV fut un roi « faux-monnayeur », ce fut moins en altérant la qualité des pièces qu'en instaurant un cours forcé des espèces, élevé et rabaissé sans discontinuer et sans tenir compte des transactions en cours.

L'écu d'or réapparut sous Philippe VI de Valois, après plusieurs autres tentatives monétaires destinées à affirmer la personnalité de la nouvelle dynastie. En janvier 1337, on a substitué au parisis d'or (taillé à 34 3/5 au marc, et ayant cours pour 1 livre 5 sous) des deniers à l'écu d'or fin, à la taille de 54 au marc et valant 1 livre.

Le type de cette monnaie était sensiblement différent de celui de l'écu de Saint Louis. Au droit, elle porte le roi, assis sur un siège gothique, tenant une épée de la main droite, la gauche appuyée sur l'écu de France ; au revers, une croix feuillue dans une rosace quadrilobée cantonnée de quatre trèfles.

L'écu, ainsi que treize autres monnaies d'or, fut décrié en 1346, remplacé par le denier d'or à la chaise (52 au marc, valant 1 livre). Cette pièce fut à son tour remplacée, en janvier 1348, par un nouvel écu, qui n'avait plus que 23 carats d'or fin, à 54 au marc, et valait 18 sous 9 deniers. Au cours de l'année 1348, le titre de cet écu fut successivement abaissé à 22 carats 3/4, 22 et 21 carats, cependant que son cours était maintenu à 1 livre, 1 livre 5 sous, pour revenir finalement en 1850 à 18 sous 9 deniers.

Le même désordre monétaire se poursuit sous le règne de Jean le Bon, avec affaiblissement du titre des monnaies et maintien de leur cours, et refonte périodique des espèces. L'écu n'est qu'un des types monétaires employés. On ne frappa pas d'écu sous le règne de Charles V, mais sous celui de Charles VI apparaît un nouveau type, l'écu à la couronne : l'écu aux trois fleurs de lis y est timbré d'une couronne royale. L'écu à la couronne fut créé le 11 mars 1384, d'or fin, de 60 au marc, ayant cours pour 22 sous 6 deniers tournois.

Le denier à l'écu fut frappé pendant tout le xve siècle avec des variations de titres, de taille au marc, et de cours. Sous le règne de Charles VII, le cours se fixe à 25 sous tournois ; l'écu à la couronne de Charles VII est reconnaissable à ce que l'écu est accosté de deux fleurs de lis couronnées ou de deux petites couronnes.

En novembre 1475, Louis XI créa l'écu au soleil, qui est un écu à la couronne surmontée d'un petit soleil, à la taille de 70 au marc et au titre de 23 1/8 carats, ayant cours pour 1 livre 13 sols tournois. Ce type d'écu eut une grande fortune : il fut frappé sous les règnes de Charles VIII, Louis XII, François Ier, Henri II, avec, depuis 1519, un léger affaiblissement du titre (23 carats) et du poids (taille de 71 1/6 au marc). Le cours, cependant, ne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  ÉCU D'OR  » est également traité dans :

LOUIS, monnaie

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 298 mots

Monnaie d'or ou d'argent, frappée à partir du règne de Louis XIII, le louis tire son nom de l'effigie royale qu'il porte. La principale monnaie d'or française, l'écu, continuait à être frappée à 23 carats, alors que les monnaies étrangères s'étaient alignées sur la pistole espagnole, qui était, elle, au titre de 22 carats (916 millièmes de métal pur). La valeur de l'écu avait dépassé 5 livres ; la […] Lire la suite

MONNAIE MÉTALLIQUE EN FRANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 396 mots

310 Le premier solidus (sou), pièce d'or, est frappé à Trèves et s'impose en Occident pour près d'un demi-millénaire. 864 Édit de Pîtres. Pour contrôler la frappe, Charles le Chauve limite à dix le nombre d'ateliers monétaires. 1018 La Catalogne, ancienne province franque de l'Empire carolingien, renoue avec la frappe de l'or. 1266 Saint Louis impose la primauté de la monnaie royale sur celle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « ÉCU D'OR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecu-d-or/