DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premiers partis catholiques

Les premiers partis catholiques naissent dans des pays où un conflit religieux devient un enjeu politique. Le Zentrum (le Centre) allemand a pour ancêtre un « groupe catholique » qui se constitue à la diète prussienne en 1852. Créé en 1870, il adhère sans réserve au libéralisme politique, obtenant 18,6 p. 100 des suffrages et cinquante-sept sièges aux premières élections suivant l'unité allemande, en 1871. Le Kulturkampf de Bismarck le renforce (27 p. 100 des voix en 1881), puis, avec l'apaisement religieux, les résultats baissent ; en 1912, il obtient 16,4 p. 100 des voix et environ 55 p. 100 de celles des catholiques allemands. Le Zentrum a échoué dans son dessein de s'ouvrir aux protestants. Le parti, qui n'aura pas de responsabilités gouvernementales sous l'Empire, représente l'éventail complet du catholicisme allemand, allant de l'aristocratie terrienne aux classes moyennes urbaines et aux syndicalistes. Il montre son indépendance vis-à-vis de Rome lorsqu'il vote, en 1887, contre le budget de l'armée, malgré la demande expresse de Léon XIII qui espérait ainsi améliorer les relations du Saint-Siège avec l'Allemagne. Plus tard, le Zentrum soutient le gouvernement durant la Première Guerre mondiale et devient, avec le Parti social-démocrate, l'un des deux piliers de la république de Weimar, à laquelle il fournit neuf chanceliers sur vingt et le tiers de ses ministres. Peu touché par la montée du nazisme, qui s'appuie surtout sur les voix protestantes, le Zentrum vote, le 23 mars 1933, les pleins pouvoirs à Hitler et sera dissous avec tous les autres partis, à l'exception de celui qui est au pouvoir, le 14 juillet 1933.

En Italie, la question romaine amena d'abord le Saint-Siège à imposer aux catholiques leur non-participation à la vie politique nationale : « ni électeurs, ni élus ». Mais la consigne tombe en désuétude après 1909. Fondé en 1919 par un prêtre sicilien, don Luigi Sturzo, le Parti populaire italien (P.P.I.), parti démocratique d'inspiration chrétienne et non confessionnel, obtient, en 1919 et 1921, 20 p. 100 des voix et plus de cent députés. Il s'allie dans un premier temps aux libéraux puis, malgré de sérieux remous internes, apporte son soutien aux premiers gouvernements de Mussolini de 1921 à 1923. Une aile favorable à la collaboration avec le fascisme le quitte. Plus grave, il est abandonné par le Saint-Siège. Passé à l'opposition, le P.P.I. sera dissous en 1926. Handicapé par l'inexpérience de ses dirigeants, le P.P.I. fut un grand parti populaire recueillant de très nombreuses voix ouvrières et paysannes et tâchant de mener une politique démocratique d'inspiration chrétienne sans compromettre la papauté ni engager l'Église. Mais, comme l'écrit Jean-Marie Mayeur, « l'aval de Rome permit sa naissance ; son désaveu, sa mort ». Aucun parti démocrate-chrétien ne fut à ce point dépendant de la papauté.

En Belgique, le Parti catholique est, après plusieurs tentatives, créé en 1884. Il parvient à fédérer de multiples associations catholiques. En 1921, il change son nom en Parti catholique belge auquel adhèrent quatre organisations socioprofessionnelles ou standen : la Ligue démocratique chrétienne, qui rassemble les travailleurs ; les associations catholiques flamandes et wallonnes ; la Fédération des classes moyennes ; la Fédération des associations et cercles catholiques. Première formation du pays de 1919 à 1940, avec en moyenne 37 p. 100 des suffrages, le parti occupe en quasi-permanence le poste de Premier ministre et gouverne en coalition avec les libéraux ou, plus rarement, avec les socialistes. Aux Pays-Bas, il existe des partis catholique et protestant. Le parti catholique, avec 30 p. 100 des voix, obtient 80 p. 100 de celles des baptisés. À partir de 1918, les partis confessionnels gouvernent ensemble et s'appuient sur un vaste réseau d'organisations sociales, syndicales et religieuses.

Dans l'Empire austro-hongrois des partis catholiques et sociaux-chrétiens se forment vers 1900. Après 1918, ils exerceront fréquemment des responsabilités gouvernementales. En Bohême et Moravie, le Parti populaire est un parti démocrate-chrétien, alors que son homologue slovène se rapprochera d'un nationalisme profasciste. Les sociaux-chrétiens autr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences de science politique à l'Institut d'études politiques de Bordeaux

Classification

Autres références

«  DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La démocratie chrétienne »  : […] La démocratie chrétienne allemande se compose de deux branches qui forment cependant un groupe parlementaire commun au Bundestag, mais elles sont juridiquement et politiquement distinctes. L'Union chrétienne-démocrate (C.D.U.) existe dans tous les Länder, sauf en Bavière où l'Union chrétienne sociale (C.S.U.) mène une action indépendante. De 1961 à 1988, la C.S.U. est présidée par Franz Josef Str […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 707 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les réactions à l'encontre des nouveaux venus »  : […] Les régimes autoritaires et conservateurs latino-américains ont bien accueilli ces mouvements, indifférents aux réalités sociales et pour certains anticommunistes militants. Le pentecôtisme a ainsi fortement progressé au Chili après le coup d'État du général Pinochet. Les militaires uruguayens accordèrent quant à eux des facilités à Sun Myung Moon qui cherchait un point d'ancrage en Amérique lati […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le Parti du peuple autrichien (Ö.V.P.) »  : […] Aux « rouges » du Parti social-démocrate s'opposent les « noirs » chrétiens-sociaux. Le Parti chrétien-social, fondé par Karl Lueger en 1893, rassemble, sur des bases anticapitalistes de façade, des options antisocialistes explicites et des relents antisémites, la paysannerie et les couches moyennes urbaines, en particulier les artisans et les boutiquiers. Les chrétiens-sociaux sont restés au gouv […] Lire la suite

BEERNAERT AUGUSTE (1829-1912)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MAYEUR
  •  • 633 mots

Fils d'un fonctionnaire de l'Enregistrement, Auguste Beernaert fait des études à l'université de Louvain, puis poursuit une carrière d'avocat à Bruxelles. Il fait partie du conseil de surveillance du journal libéral L'Étoile belge , mais ne joue pas de rôle politique avant d'être appelé, le 23 octobre 1873, au ministère des Travaux publics par le conservateur modéré Jules Malou. Catholique de reli […] Lire la suite

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Catholicisme libéral, catholicisme social, démocratie chrétienne : trois courants de pensée qu'il serait déraisonnable de traiter comme s'ils n'avaient entretenu aucune sorte de relation réciproque. Assurément, ce qui les différencie est souvent essentiel : entre catholiques libéraux et démocrates chrétiens, il y a toute la distance qui sépare au xix e  siècle le libéralisme de la démocratie, et, […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 439 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Vers la transition »  : […] Décimés par la répression et minés par de multiples divisions, la gauche et les syndicats se reconstituent lentement dans la clandestinité à la charnière des années 1970 et 1980, et jettent les bases d'un dialogue avec le Parti démocrate-chrétien, qui conduit à la mise en place d'un front démocratique hostile au régime. En août 1983 apparaît l'Alliance démocratique constituée de la Démocratie chr […] Lire la suite

COLIN ANDRÉ (1910-1978)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 761 mots

André Colin était né à Brest en 1910, et c'est là qu'il s'est éteint après une longue carrière politique partagée entre les responsabilités nationales et les responsabilités régionales. Député du Finistère de 1946 à 1958, sénateur depuis 1959, conseiller général d'Ouessant depuis 1951, président du conseil général du Finistère depuis 1964, succédant à René Pleven à la présidence du conseil régiona […] Lire la suite

COSSIGA FRANCESCO (1928-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 299 mots

Homme politique italien, Francesco Cossiga fut président du Conseil (1979-1980), puis président de la République (1985-1992). Né le 26 juillet 1928 à Sassari, en Sardaigne, Francesco Cossiga rejoint en 1945 la Démocratie chrétienne, le parti qui a dominé la vie politique italienne durant cinquante ans. Il étudie le droit à l'université de sa ville natale, où il obtient sa licence en 1948 avant d' […] Lire la suite

COSTE-FLORET PAUL (1911-1979)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 961 mots

Né le 9 avril 1911 à Montpellier (Hérault) où il s'est éteint soixante-huit ans plus tard, Paul Coste-Floret a consacré sa vie au droit, à la politique et à la démocratie chrétienne. Avec fougue. Fils d'avocat, Paul Coste-Floret s'est engagé tout naturellement dans des études juridiques – doctorat, agrégation –, mais la guerre qui a marqué sa jeunesse n'allait pas tarder à déranger une carrière ap […] Lire la suite

DE GASPERI ALCIDE (1881-1954)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 088 mots
  •  • 1 média

Originaire du Trentin, alors terre autrichienne, De Gasperi défend la cause irrédentiste, comme vice-président du Comité d'agitation trentin (1903), ce qui lui vaut d'être arrêté. Journaliste, il dirige la Voce cattolica (1904) puis, pendant plus de vingt ans, Il Trentino . Militant de l'Unione politica popolare, d'inspiration catholique, élu en 1911 député à la Chambre autrichienne par le collè […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 décembre 2021 Pays-Bas. Reconduction de la coalition sortante.

Neuf mois après les élections législatives de mars, les partis de la coalition sortante – le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD, libéral) du Premier ministre Mark Rutte, Démocrates 66 (D66, social libéral), l’Appel chrétien-démocrate et l’Union chrétienne (conservateur) – concluent un nouvel accord de gouvernement. Cette coalition, qui reconduit Mark Rutte à la tête du gouvernement, doit prendre ses fonctions en janvier 2022. […] Lire la suite

8-9 octobre 2021 République tchèque. Élections législatives.

ANO est devancé de justesse, en nombre de voix, par la coalition de centre droit Ensemble, dirigée par Petr Fiala, qui regroupe le Parti démocratique civique (ODS), l’Union chrétienne démocrate-Parti populaire tchécoslovaque (KDU-ČSL) et TOP 09 (conservateur). Ensemble remporte 27,8 % des suffrages et 71 élus. La coalition centriste Pirates et maires (PaS), qui rassemble le Parti pirate tchèque et Maires et Indépendants, obtient 15,6 % des voix et 37 députés, et la formation d’extrême droite Liberté et démocratie directe (SPD), 9,6 % des suffrages et 20 sièges. […] Lire la suite

17 mars 2021 Pays-Bas. Élections législatives.

Le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD, libéral) du Premier ministre Mark Rutte arrive en tête avec 21,9 % des suffrages et 34 sièges sur 150. Son principal partenaire au sein de la coalition gouvernementale, Démocrates 66 (D66, libéral) de Sigrid Kaag, progresse avec 15 % des voix et 24 élus. Également membres de la coalition, l’Appel chrétien-démocrate est en recul avec 9,5 % des suffrages et 15 députés, et l’Union chrétienne (conservateur) se maintient avec 3,4 % des voix et 5 sièges. […] Lire la suite

23-26 mai 2019 Union européenne. Élection du Parlement européen.

– République tchèque, 21 sièges : ANO 2011 (libéral), 6 ; Parti démocratique civique (conservateur), 4 ; Parti pirate (cyberdémocrate), 3 ; TOP 09-STAN-Zelení (conservateur), 3 ; Liberté et démocratie directe (extrême droite), 2 ; Union chrétienne démocrate-Parti populaire tchécoslovaque (chrétien-démocrate), 2 ; Parti communiste de Bohême et Moravie, 1. […] Lire la suite

22-25 mai 2014 Union européenne. Élections européennes

– Espagne, 54 sièges : Parti populaire (conservateur), 16 ; Parti socialiste ouvrier espagnol, 14 ; coalition menée par Gauche unie (écologiste et communiste), 6 ; Pour la démocratie sociale (Podemos, « indignés »), 5 ; Union progrès et démocratie (social-libéral), 4 ; coalition Pour l'Europe (régionalistes), 3 ; coalition La Gauche pour le droit de décider (indépendantiste catalan), 2 ; Parti de la citoyenneté (social-libéral), 2 ; coalition Les Peuples décident (régionalistes), 1 ; Printemps européen (régionalistes et écologistes), 1. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LETAMENDIA, « DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/democratie-chretienne/