DÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon Louis de Bonald, un déiste est un homme qui n'a pas eu le temps de devenir athée. Paul Hazard réplique que c'est un homme qui n'a pas voulu le devenir. Effectivement, le déisme (mot forgé au xvie s., répandu aux xviie et xviiie s.) désigne une position moyenne, à mi-chemin du théisme chrétien et de l'athéisme. Le déiste ne croit plus au Dieu de la révélation historique ; il croit encore en un Être suprême dont l'existence et la nature peuvent être déterminées par les facultés naturelles de l'homme. Dans ce sens, le déisme renvoie à ce qu'on appelle le Dieu des philosophes par opposition au Dieu des Écritures ; ou encore, il renvoie à ce que le xviiie siècle appelait « religion naturelle » par opposition à la « religion positive » ou religion littérale et statutaire. Kant lui-même donne une définition du déiste, qu'il distingue du théiste. Pour lui, le déiste admet l'existence d'un « être primitif » qui est « toute réalité », mais il renonce à le définir davantage ; au contraire, le théiste tient qu'on peut déterminer davantage « cet objet de pensée » et affirmer qu'il est « le principe premier de toutes choses ». À quelque degré, l'usage philosophique a retenu cette distinction : le déisme équivaut à une croyance en Dieu qui reste volontairement imprécise, par refus soit de l'enseignement des Églises, soit des prétentions de la métaphysique ; le théisme accorde à la raison le pouvoir de démontrer l'existence de Dieu et de déterminer sa nature créatrice par analogie avec la nature créée. Avec le recul du temps, on aperçoit que le déisme fut en réalité une étape vers l'athéisme, ce qui n'en supprime ni la modération ni la sincérité.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  DÉISME  » est également traité dans :

ENLIGHTENMENT

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 834 mots

Si l' Enlightenment peut être distingué assez aisément de la « philosophie des Lumières » française, cela se voit, dès l'abord, en ce que l'Enlightenment ne se préoccupe pas de lutter contre l'Église ; de même, l'Aufklärung, à l'origine, n'a pas d'accent antireligieux et se développe, au contraire, partiellement à partir de la pensée luthérienne. En Angleterre, les « Lumière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enlightenment/#i_2593

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le déisme »  : […] D'autres libertins, et probablement beaucoup plus nombreux que les premiers, ne mettaient pas en question l'existence d'un Dieu qui était la Sagesse infinie. Mais ils voyaient une contradiction radicale entre ce Dieu des philosophes et le Dieu de la Bible. Ils se réclamaient des écrivains de l'Antiquité et, par-dessus tout, du De natura deorum de Cicéron. Ils y joignaient Jul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_2593

REIMARUS HERMANN SAMUEL (1694-1768)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 504 mots

Homme de lettres et philosophe allemand, célébré à l'époque des Lumières pour son déisme affirmé, Hermann Samuel Reimarus, né à Hambourg, fit ses études à l'université d'Iéna et donna des cours à Wittenberg et à Weimar. À partir de 1727, il enseigna l'hébreu et les langues orientales au lycée de Hambourg, puis y devint titulaire de la chaire de mathématiques. À la suite de son mariage en 1728 avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-samuel-reimarus/#i_2593

SHAFTESBURY ANTHONY ASHLEY COOPER 3e comte de (1671-1713)

  • Écrit par 
  • John S. MORRILL
  • , Universalis
  •  • 351 mots

Politicien et philosophe anglais, né le 26 février 1671 à Londres, mort le 15 février 1713 à Naples. Petit-fils du premier comte de Shaftesbury, Anthony Ashley Cooper est d'abord éduqué sous la férule du penseur John Locke, puis fréquente le prestigieux collège de Winchester. Il entre au Parlement en 1695. Devenu troisième comte de Shaftesbury à la mort de son père en 1699, il mène une politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-ashley-cooper-3er-comte-de-shaftesbury/#i_2593

TOLAND JOHN (1670-1722)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 458 mots

Libre-penseur, John Toland obligea, par sa philosophie rationaliste, à prendre sérieusement en considération les questions que pose le canon biblique. Né le 30 novembre 1670 dans le comté de Donegal, en Irlande, John Toland est élevé dans la foi catholique, mais se convertit à l'anglicanisme avant l'âge de vingt ans. Il fréquente les universités de Glasgow, d'Édimbourg, de Leiden et d'Oxford entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-toland/#i_2593

VOLTAIRE

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 5 181 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une philosophie »  : […] Assez fréquemment Voltaire a mêlé littérature d'intervention et réflexion philosophique. À cet égard le Traité sur la tolérance à l'occasion de la mort de Jean Calas de 1763 est exemplaire. Il unit l'historique de l'affaire à des exemples de fanatisme tirés de l'Histoire, pour proposer ensuite une réflexion plus politique sur la tolérance, où il se demande si elle est fauteu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voltaire/#i_2593

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « DÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deisme/