AUFKLÄRUNG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Trop souvent identifiée sommairement à l'« âge des Lumières », l'Aufklärung se laisse mal délimiter et plus mal encore définir : elle peut sembler commencer avec Wolff (mais peut-être, déjà, avec Thomasius) et se terminer avec Kant, qui pourtant semble en marquer l'apogée plutôt que la fin.

C'est que la situation culturelle de l'Allemagne du xviiie siècle diffère sensiblement de celles de l'Angleterre ou de la France : l'intelligentsia allemande de cette époque ignore à peu près l'antagonisme entre philosophie et religion et le renouveau philosophique s'inscrit à l'intérieur du christianisme. De plus, ce renouveau est d'abord spéculatif : il privilégie la logique et la métaphysique, quelque peu reléguées en France et en Angleterre. Enfin, d'un point de vue sociologique, le renouveau est essentiellement dû aux professeurs et aux pasteurs, les nobles n'ont guère d'influence, sinon au plus haut niveau, et la bourgeoisie se défie de la spéculation.

Christian Thomasius (1655-1728) semble la figure initiatrice de l'Aufklärung : théologien, philosophe, juriste et pédagogue, il allie piétisme et éclectisme ; aucune école ne peut s'attribuer le monopole de la vérité, mais sans l'aide de Dieu l'homme est incapable de découvrir le vrai ni de suivre la vertu. Pourtant, Thomasius admet une lumière naturelle et sépare le droit et la morale de la théologie. Les thèmes généraux de sa pensée inaugurent vraiment la thématique de l'Aufklärung : tolérance religieuse, liberté de pensée et de dispute, lutte contre l'autorité traditionnelle et les préjugés, abolition de la torture.

Christian Wolff (1679-1754), l'autre grande figure de l'Aufklärung philosophique, s'oppose à Thomasius, dont il rejette la superficialité et le piétisme : il s'efforce de bâtir un système philosophique logique, mais non dogmatique, dans lequel l'expérience joue un rôle important. Il réaffirme l'importance de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AUFKLÄRUNG  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le monde comme une proie » »  : […] Encore convient-il de saisir le mécanisme de ce retournement. Nous le trouvons dans une phrase inaugurale de la Dialectique de la raison , qui fonctionne comme un leitmotiv orchestré par tout l'ouvrage : « De tout temps, l' Aufklärung , au sens le plus large de pensée en progrès, a eu pour but de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_10761

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'Aufklärung »  : […] Vers 1750, les lettres allemandes sortent soudain de l'ombre où les avaient confinées depuis un siècle les désastres de la guerre de Trente Ans. Trois écrivains en même temps : Lessing, Klopstock, Wieland. Le premier (1729-1781) est un combattant : il aime l'action, le défi, les idées nouvelles ; champion de la tolérance, s'essayant dans tous les genres à la fois, de la comédie au drame sentiment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_10761

CAMÉRALISME THÉORIE DU

  • Écrit par 
  • Marcel THOMANN
  •  • 757 mots

Doctrine économique, politique, administrative et philosophique particulière à l'Europe continentale du xvi e au xix e siècle ; caractéristique de l'« État du bien public » ( Wohlfahrtsstaat ). On peut diviser son évolution historique en trois étapes. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-cameralisme/#i_10761

LA DIALECTIQUE DE LA RAISON, T. W. Adorno et M. Horkheimer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La chosification de l'humain »  : […] La première partie de ces études, « Le Concept d'Aufklärung », fournit les bases théoriques du livre : « le mythe lui-même est déjà Raison et la Raison se retourne en mythologie ». En se sécularisant, la raison conserve les traits de ce dont elle semblait vouloir se séparer : « l'animisme avait donné une âme à la chose, l'industrialisme transforme l'âme de l'homme en chose ». Un tel retournement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dialectique-de-la-raison/#i_10761

JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

  • Écrit par 
  • Valerio VERRA
  •  • 2 836 mots

La philosophie fut particulièrement en honneur dans les universités allemandes du xviii e  siècle : de Wolff à Kant et à la grande génération de l'idéalisme, illustrée dans la dernière décennie du siècle par Reinhold, Fichte et Schelling. À côté de cette Schulphilosophie (W. Wundt) prospérait la réflexion d'hommes de lettres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-heinrich-jacobi/#i_10761

LAOCOON, OU DES FRONTIÈRES DE LA PEINTURE ET DE LA POÉSIE, Gotthold Ephraim Lessing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 270 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exemple contre l'axiome : fonction de la critique »  : […] Quelle est donc la progression de ce texte qui, à partir de sa parution en 1766, eut un si grand retentissement en Allemagne ? Dès l'abord, le traité paraît marqué par une étrange dualité méthodologique. Lessing entame son essai sur le mode déductif en énonçant le principe suivant : les Modernes, en réduisant les réflexions sur l'art à la seule règle de l' ut pictura poesis , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laocoon-ou-des-frontieres-de-la-peinture-et-de-la-poesie/#i_10761

LESSING GOTTHOLD EPHRAIM (1729-1781)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 1 377 mots
  •  • 1 média

Lessing, premier grand critique littéraire et fondateur de la critique théâtrale en Allemagne, fut le « libérateur » de la scène allemande à laquelle il a donné quelques pièces demeurées classiques. Au temps de Diderot et de Voltaire, il se révéla comme la meilleure plume de son pays au service de la philosophie des Lumières. Historien des arts, des religions, polémiste et quelquefois théologien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gotthold-ephraim-lessing/#i_10761

MENDELSSOHN MOSES (1729-1786)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 716 mots
  •  • 1 média

Fidèle ami de Friedrich Nicolai (1733-1811), avec lequel il collabore à la revue Bibliothek der schönen Wissenschaften und freien Künste , qui diffusa leurs idées esthétiques, Mendelssohn est lié à Lessing, auquel il inspire sans doute la figure principale de Nathan le Sage . Ses nombreuses amitiés intellectuelles dans le monde berlinois lui valent une p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moses-mendelssohn/#i_10761

MOÏSE MENDELSSOHN, FONDATEUR DE L'HASKALA

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Né à Dessau, initié à l'œuvre de Maïmonide par le rabbin David Fränkel, étudiant besogneux à Berlin en langues et en philosophie, Moïse Mendelsshon accède aux milieux éclairés de la capitale prussienne grâce à l'appui de Lessing. En vue d'introduire la culture moderne dans le judaïsme, il traduit le Pentateuque en allemand et appuie Isaac Euchel, éditeur du périodique hébreu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-mendelssohn-fondateur-de-l-haskala/#i_10761

NATHAN LE SAGE, Gotthold Ephraim Lessing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 831 mots
  •  • 1 média

Poème dramatique en cinq actes et en vers, Nathan le Sage fut écrit par l'Allemand Gotthold Ephraim Lessing (1729-1781) entre novembre 1778 et mars 1779. Dans cette pièce marquée par l'esprit des Lumières, l'auteur riposte aux attaques dont il avait fait l'objet de la part de pasteurs dogmatiques luthériens après la publication d'écrits théologiques dans lesquels il exprim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathan-le-sage/#i_10761

PROTESTANTISME - Les Églises protestantes de la fin de la Réforme au début du XXe s.

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 1 942 mots

Dans le chapitre « De l'orthodoxie à l'Aufklärung »  : […] La période 1570-1720 peut être considérée en Europe continentale comme celle de l'orthodoxie, qui objective la doctrine pure et lui attribue les caractères spécifiques de moyen de salut. Elle est formulée dans de grandes sommes, dont celles de Gerhard et de Voetius. Tandis que la doctrine luthérienne prend comme objet le salut et son appropriation, la doctrine réformée s'attache à la décision div […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-les-eglises-protestantes-de-la-fin-de-la-reforme-au-debut-du-xxe-s/#i_10761

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Rapports avec l'histoire et avec la philosophie »  : […] Il ne peut être question ici d'énumérer les hommes, les œuvres et les dates qui jalonnent en divers pays l'évolution du romantisme ou d'esquisser l'histoire, même sommaire, des groupes et de leurs manifestes. Cette histoire extérieure est résumée dans tous les manuels. Le romantisme est avant tout affaire de sensibilité et un puissant élan d'imagination, s'exprimant par des techniques nouvelles. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_10761

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « AUFKLÄRUNG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aufklarung/