DEGAS ET LE NU (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le corps mis à nu

Il y a manifestement, dans la représentation du nu chez Edgar Degas, une approche critique de l'humain et de la société. Cette manière de dénoncer en dessinant atteint une sorte de paroxysme dans la série de monotypes (impression sur papier d'une peinture réalisée sur plaque de métal) représentant des scènes de maisons closes réalisés dans les années 1870. À une époque où les photographies pornographiques se multiplient sous le manteau, cette thématique le voit rompre avec la tradition classique. Dans ces images, Degas fait le choix d'une forme de naturalisme explicite, qui ne vise pas à la description mais traduit plutôt, non sans ironie, les stéréotypes que revêt la prostitution dans l'imaginaire collectif du temps. Ces œuvres, tenues probablement secrètes du vivant de Degas, sont d'une puissance d'évocation inversement proportionnelle à la petitesse de leurs formats. Elles montrent en quoi le sujet guide chez l'artiste la recherche des cadrages, l'adaptation de la technique et du style.

Le choix du monotype s'affirme également, de la fin des années 1870 au début des années 1880, dans des œuvres de format sensiblement plus grand. On y voit Degas s'attacher à la représentation de femmes nues saisies dans une activité intime, comme la toilette, la coiffure, ou le repos après le bain. Ces feuilles sont d'une modernité technique étonnante, et le monotype sert parfois de support au rajout de couleurs au pastel. D'une sensualité naturelle, des gravures et de grands pastels, comme Femme nue se coiffant (vers 1881, Kreeger Museum de Washington), se rattachent à cette série. Degas essaie de traiter le sujet dans une toile de grand format, à l'instar d'Henri Gervex ou de Gustave Caillebotte. Mais, elle restera à l'état d'esquisse (Femme au tub, 1884-1892, Brooklyn Museum de New York).

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas

Photographie

Edgar Degas, Après le bain, femme s’essuyant la nuque, 1895-1898. Pastel sur papier vélin fin collé sur carton, 62,2 cm × 65 cm. Musée d’Orsay, Paris. 

Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis/ Getty Images

Afficher

À partir des années 1880, c'est le pastel, utilisé pur, qui s'impose, notamment lors de la dernière exposition impressionniste de 1886, où Degas présente une « suite de nus de femmes se baignant, se lavant, se séchant, s'essu [...]


Médias de l’article

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas
Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Le Tub, E. Degas

Le Tub, E. Degas
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « DEGAS ET LE NU (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/degas-et-le-nu/