KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Défense et illustration du cubisme

Certes, il faut attendre la rupture de la guerre et de l'exil en Suisse de Kahnweiler, entre 1914 et 1920, pour qu'il couche par écrit son plaidoyer en faveur du cubisme et rédige ses invectives contre l'histoire de l'art ou la sculpture occidentale. Kahnweiler n'aura pratiquement écrit qu'en temps de guerre, sans se laisser abattre par les avanies du sort (la saisie de ses biens après la Première Guerre mondiale, l'arrêt brusque de ses activités de marchand pendant la Seconde : il n'était pas facile d'être juif et allemand lors de ces deux conflits). Nous disposons donc de deux ensembles de textes : le premier, publié de 1916 à 1920, tente de concilier une analyse formelle, voire formaliste, de l'œuvre d'art (discours logique du connaisseur qu'il était déjà) avec la philosophie allemande et l'histoire de l'art qu'il venait de découvrir. Le second, écrit pour une grande part sous l'Occupation, comprend une monographie sur Juan Gris (Juan Gris, sa vie, son œuvre, ses écrits, 1946) et un certain nombre d'essais sur Picasso, Seurat, Klee ou Mallarmé. Tous ces textes (à l'exception du livre sur Juan Gris) sont repris dans Confessions esthétiques, (1963).

Dans La Montée du cubisme, écrit en 1914-1915, un certain nombre de questions encore très problématiques sont tranchées avec vigueur, ce qui conduit Kahnweiler à quelques inexactitudes : par exemple, il sous-estime l'importance de la couleur chez Cézanne, ce qui lui permet de dire que seul Picasso (contre Braque et même Matisse) l'avait bien comprise ; la thèse selon laquelle Les Demoiselles d'Avignon sont un tableau inachevé constitue une autre de ces affirmations subjectives ; enfin l'interprétation de l'espace cubiste comme saillie, projection vers le spectateur est sans aucun doute sujette à caution. Cependant, Kahnweiler a été le premier à voir l'importance du clou en trompe l'œil que peint Braque dans Violon et cruche de l'hiver 1909-1910 (« À partir de ce moment, on voit toujours apparaître dans les toiles des deux artistes un fond qui limite le champ visuel », Confessions esthé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)  » est également traité dans :

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories cubistes »  : […] Bien qu'il n'y eût jamais de théorie globale du cubisme, certains concepts esthétiques ont présidé à toute la durée du mouvement. Ils faisaient l'objet de discussions permanentes de la part des écrivains et des artistes, à la lumière d'idées suscitées par l'expérience de la vie de l'art. De la sorte, ces conceptions esthétiques étaient à la fois l'annonce et le reflet des diverses phases que le mo […] Lire la suite

EINSTEIN CARL (1885-1940)

  • Écrit par 
  • Liliane MEFFRE
  •  • 3 038 mots

Dans le chapitre « L'art, création d'un monde nouveau »  : […] Le 26 avril 1885, Karl Einstein (qui préférera très vite la forme latine de son prénom : Carl) naît à Neuwied, petite ville du Palatinat rhénan, dans une famille juive. Il grandira à Karlsruhe où son père, Daniel Einstein, est appelé dès 1888 aux fonctions de directeur d'un institut de formation religieuse, ainsi qu'au poste de secrétaire du Conseil supérieur grand-ducal des israélites de Bade. Re […] Lire la suite

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres impressionnistes et contemporains »  : […] Manet, si l'on en croit les Souvenirs de son ami Antonin Proust (1913), aurait pensé que « sans le cadre, la peinture perd cent pour cent ». Le cadre est le signe de l'achèvement de l'œuvre. Pour Degas, « le cadre est le maquereau de la peinture ; il la met en valeur mais ne doit jamais briller à ses dépens ». Degas, refusant les cadres dorés trop goûtés par les collectionneurs de son temps, pré […] Lire la suite

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Arts »  : […] En 1919, le marchand de tableaux Daniel-Henry Kahnweiler s'en prend dans la revue Das Kunstblatt , sous le pseudonyme de Daniel Henry, à l'idée de plus en plus répandue en Allemagne que l'expressionnisme, alors prétexte à d'innombrables articles dans la presse allemande, serait d'origine française. Émigré de Stuttgart à Paris en 1907, promoteur de la peinture cubiste, il se prononce en connaissan […] Lire la suite

LEIRIS LOUISE (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 974 mots

Au côté de « l'homme de l'art » que fut Daniel-Henry Kahnweiler — comme l'a si justement surnommé son biographe, Pierre Assouline —, on ne peut manquer de citer le nom de Louise Leiris. Figure active de son temps, elle fut, plus de soixante années durant, bien au-delà d'un soutien, le vecteur dynamique et le relais absolu du célèbre marchand. Leurs vies se sont accompagnées, sur les plans familia […] Lire la suite

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 1 136 mots

L’exposition qui s’est tenue au Centre Pompidou-Metz entre le 3 avril et le 14 septembre 2015, est à plus d’un titre historique. Il s’agit de la première exposition de cette ampleur consacrée à l’auteur, poète, ethnographe, écrivain d’art, actif militant antiraciste et anticolonialiste . Si le Musée national d’art moderne du Centre Pompidou avait consacré en 1992 une passionnante rétrospective aux […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite

ROUX GASTON-LOUIS (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 549 mots

Le peintre Gaston-Louis Roux est né à Provins en 1904. Élève de Maurice Denis et de Paul Sérusier à la célèbre académie Ranson de 1919 à 1922, il débuta dans la carrière sur le mode décoratif, en travaillant dans l'atelier de Raoul Dufy, puis il fut chargé par André Malraux d'illustrer une série d'œuvres littéraires, dont celles de Stendhal, de Mérimée et d'Apollinaire. Mais l'événement marquant f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « KAHNWEILER DANIEL-HENRY - (1884-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-henry-kahnweiler/