CYCLES ÉCONOMIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fluctuations ou cycles ?

Les différentes phases d'un cycle

Le terme « cycle » se substitue souvent à celui de fluctuations. Alors que ces dernières désignent de simples irrégularités aléatoires autour d'une tendance, le cycle 'est un parcours qui revient régulièrement : une phase d'accélération (l'expansion), plus ou moins rapide, plus ou moins longue, qui tend à se ralentir, jusqu'à atteindre un apogée (la crise). Puis une phase de décroissance (la dépression), elle aussi plus ou moins forte, plus ou moins longue, qui finit par se ralentir, puis s'arrêter, pour donner naissance à un retournement (la reprise) qui marque le début d'un nouveau cycle. Depuis les années 1970, contrairement à ce qui se passait durant le premier tiers du xxe siècle, les phases de décroissance sont en fait, le plus souvent, de simples phases de ralentissement d'une croissance qui demeure faiblement positive, si bien qu'on parle alors de récession (ralentissement par rapport au rythme antérieur), pas de dépression.

Les cycles Juglar

Le premier à avoir affirmé l'existence d'un cycle de ce type est le statisticien français Clément Juglar, vers 1860, à partir de l'observation de toute une série d'indicateurs économiques, portant sur les prix, les chiffres d'affaires, les exportations, etc. Ces cycles, d'une longueur de 7 à 12 ans (en moyenne, 8 ans), sont caractérisés par le fait que l'activité et les prix évoluent dans le même sens : à la hausse dans la phase d'expansion du cycle, à la baisse dans la phase de déclin (ou dépression). On parle aussi, à leur propos, de « cycles d'affaires », avec des fluctuations qui peuvent se réduire parfois à de simples variations de prix (cycle monétaire), mais qui sont le plus souvent associées à des variations dans les quantités produites (cycle « réel »). Joseph Schumpeter, dans un livre publié en 1939, Business Cycles, reprenant une analyse esquissée en 1912 (dans Théorie de l'évolution économique), proposa d'appeler ces cycles du nom de Juglar, de manière à les distinguer de deux autres cycles, de périodicité différente. D'abord, un cycle court d'un peu plus d'une quarantaine de mois en moyenne, mis en évidence dans les années 1920 par Joseph Kitchin, un financier américain. En fait, ce cycle à l'intérieur du cycle est aujourd'hui à peu près tombé dans l'oubli, parce que les observations ne permettent guère d'établir de régularité suffisante et que les raisons avancées par Kitchin (principalement la psychologie des spéculateurs) n'apparaissent guère convaincantes.

Le cycle Kondratieff

Une importance particulière doit être accordée au « cycle Kondratieff » (l'appellation vient toujours de Schumpeter), du nom de l'économiste soviétique qui, vers 1925, a formulé l'hypothèse de l'existence de cycles longs, de l'ordre d'un demi-siècle. Cela ne porta pas chance à Nikolaï Dimitrievitch Kondratieff, disparu dans les ténèbres du goulag dans les années 1930 pour avoir osé dire que l'économie socialiste pourrait, elle aussi, être soumise à ce type de cyclicité. Car, pour Kondratieff, les fluctuations de prix sur lesquelles il a fondé ses observations sont dues à des changements technologiques majeurs auxquels toute société industrielle serait soumise.

Schumpeter s'appuya sur cette interprétation, à peine suggérée, pour avancer une hypothèse plus audacieuse : parmi l'ensemble des innovations issues de l'inventivité humaine, certaines sont majeures, en ce sens qu'elles peuvent provoquer quantités d'innovations induites. Ainsi, la machine à vapeur est une innovation majeure : d'abord utilisée pour pomper l'eau dans les mines, elle va se décliner en quantité de machines qui deviendront autant de supports supplémentaires pour la révolution industrielle alors émergente : locomotives, bateaux, machines à battre les grains, sources d'énergie mécanique pour les forges, le tissage, la papeterie, etc. Schumpeter parle de « grappes d'innovations » qui, en se répandant et en se perfectionnant, vont donner naissance à un mouvement long d'expansion. Mais ce dernier se ralentit peu à peu, au fur et à mesure que se raréfient les domaines d'application possibles de l'innovation majeure initiale et que les rentes de situation liées à l'innovation sont réduites par les effets de la concurrence. Il arrive alors un moment où les investissements supplémentaires ne sont plus générateurs de rentabilité : le marché est en quelque sorte saturé. Alors le mouvement long d'expansion cède la place à un mouvement long de dépression, souvent initié par un krach financier (comme en 1873 ou en 1929), produit par l'affaiblissement progressif de la rentabilité des investissements. Même une fois le surinvestissement purgé, la reprise est de faible ampleur, faute d'innovations suffisantes : on se borne à perfectionner les produits, à en réduire le coût de production par exemple grâce à la concentration des producteurs : l'accroissement relatif de leur part de marché leur permet d'amortir leurs coûts fixes sur de plus longues séries. Le mouvement long de quasi-stagnation ne peut être interrompu que par une nouvelle innovation majeure : le cycle peut alors recommencer.

Cycles longs et « destruction créatrice »

Le grand apport de Schumpeter a donc été de rapprocher cycles économiques longs et l'innovation majeure, appelée « destruction créatrice » parce qu'elle bouleverse les conditions de la production, déclasse toute une série d'entreprises et ouvre le champ à celles qui, prêtes à prendre le risque, tentent de domestiquer l'innovation nouvelle et de lui trouver des applications originales. La dynamique économique naît de ce double mouvement, simultané, de disparition du tissu économique vieilli et d'apparition d'activités nouvelles qui ont besoin, pour s'enraciner, que la demande soit au rendez-vous. Depuis la première moitié du xixe siècle se seraient succédé, à intervalle approximatif d'un demi-siècle, cinq grappes d'innovations issues d'innovations majeures : la machine à vapeur, puis le chemin de fer, puis la chimie et l'électricité, puis la pétrochimie et l'automobile (bien que l'innovation majeure correspondante ait commencé bien avant 1950, son essor a été interrompu par la grande crise et la guerre). On peut ajouter, depuis le début des années 1990, l'informatique et les nouvelles technologies de la communication.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : conseiller de la rédaction du journal Alternatives économiques

Classification

Autres références

«  CYCLES ÉCONOMIQUES  » est également traité dans :

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 213 mots
  •  • 4 médias

L'indépendance politique acquise par le Brésil, au début du xix e  siècle , influe sur sa vie économique. Le roi du Portugal, fuyant Napoléon, se réfugie à Rio en 1808 et ouvre aussitôt les ports brésiliens au commerce extérieur. Le pacte colonial est aboli : désormais, les navires et les produits étrangers entrent librement au Brésil, en échange d'un droit égal à 24 p. 100 de la valeur des march […] Lire la suite

BRÉSIL - Économie

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 6 368 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La période coloniale »  : […] La colonisation portugaise a commencé dans le Nord-Est, à Bahia, mais le centre de gravité s'est ensuite déplacé vers le sud autour des métropoles comme Rio et surtout São Paulo. L'histoire économique du Brésil, avant l'industrialisation du xx e  siècle, apparaît comme une suite d'ascensions et de déclins, une série de cycles. Le mot prend ici un sens plus vaste que dans les cycles économiques ré […] Lire la suite

CLARK JOHN MAURICE (1884-1963)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 387 mots

Professeur à Columbia, John Maurice Clark est le fils de l'économiste américain John Bates Clark. Sa pensée peut se caractériser par quatre traits, constitutifs de l'école dite de l'institutionnalisme dont il est un des représentants. En premier lieu, contre l'économie marginaliste abstraite et déductive de son père et de Seligman, il revendique avec Veblen les droits de la recherche inductive. En […] Lire la suite

CONJONCTURE

  • Écrit par 
  • Philippe NASSE
  •  • 4 565 mots

Dans le chapitre « La conjoncture et son environnement »  : […] Cet effort pour décrire, expliquer et prévoir la situation conjoncturelle n'a pas pour seul motif le désir de connaissance. En effet, les agents économiques dont les comportements sont l'objet de l'analyse conjoncturelle sont aussi intéressés par le résultat de cette étude. Acteurs d'un jeu dans lequel ils font des choix, ils sont aussi observateurs du jeu, attentifs à utiliser la liberté de décis […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Décennie de 1990 : interruption du cycle des crises »  : […] Au-delà de la récession qui a affecté les économies occidentales au début de la décennie 1990, cette dernière restera avant tout marquée par la longévité du dernier cycle de croissance aux États-Unis, au point d'ailleurs que nombre d'économistes, partisans de la nouvelle économie, en sont venus à remettre en question la notion même de cycle. Et, si le ralentissement de l'économie américaine, tant […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité et les crises financières au cœur du capitalisme »  : […] Une approche plus radicale, qualifiée d'« hypothèse d'instabilité financière », a été proposée par Hyman Minsky (1982) pour qui les crises sont endogènes au fonctionnement de l'économie capitaliste. Minsky raisonne dans le cadre d'une économie où, contrairement aux hypothèses des théoriciens de l'efficience, les comportements financiers des agents sont « naturellement » déstabilisants. Minsky rel […] Lire la suite

DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « Théorie de la dépression et théorie des cycles »  : […] La dépression peut être entendue comme phase du mouvement cyclique de l'activité économique. Elle est alors considérée comme le prolongement de la crise correspondant au retournement de la conjoncture d'expansion. La théorie dynamique moderne s'efforçant d'expliquer le mouvement cyclique dans sa continuité et de ne point dissocier l'explication des phases alternantes de prospérité et de dépressio […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « Le contrat avec l'Amérique »  : […] La démarche américaine était fort différente de celle des Européens. L'offensive parlementaire contre les dépenses excessives de l'État fédéral procédait d'une « philosophie » socioéconomique dont l'avocat le plus en vue était le speaker (président) républicain de la Chambre des représentants, Newt Gingrich. Sa doctrine, exprimée dans le Contract with America (Contrat avec l'Amérique), vise à une […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1994 : l'assainissement à mi-parcours

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 5 984 mots

Dans le chapitre « Prévenir pour ne pas avoir à guérir »  : […] Des préoccupations nouvelles se sont manifestées en 1994 dans les pays industrialisés. Le fait d'être « sorti du tunnel », après la récession la plus accusée depuis cinquante ans, n'a pas provoqué d'euphorie. Un peu partout, la crainte d'un retour de l'inflation a habité les dirigeants, les empêchant de céder à la tentation d'une relance qui aurait effacé les traces des années difficiles. La leço […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 737 mots

Dans le chapitre « Les aspects nouveaux du cycle économique »  : […] Chaque cycle économique comporte, de la part de ses acteurs, des erreurs d'appréciation, dont ils s'efforcent de tenir compte lors du suivant. Le laxisme fiscal et monétaire avait été, au cours des années 1960 et des premières années 1970, le tribut illusoirement payé au plein-emploi. La décennie suivante, marquée par les deux chocs pétroliers, connut successivement un gonflement des investisseme […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 juin 2003 Royaume-Uni – Union européenne. Nouveau report de l'adhésion à la monnaie unique européenne

Les critères relatifs, notamment, à la convergence des cycles économiques britannique et européen et à la flexibilité de l'économie britannique par rapport à celle des autres membres de l'Union ne sont pas remplis. Cette décision constitue un échec pour le Premier ministre Tony Blair.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis CLERC, « CYCLES ÉCONOMIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-economiques/