CLARK JOHN MAURICE (1884-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Professeur à Columbia, John Maurice Clark est le fils de l'économiste américain John Bates Clark. Sa pensée peut se caractériser par quatre traits, constitutifs de l'école dite de l'institutionnalisme dont il est un des représentants. En premier lieu, contre l'économie marginaliste abstraite et déductive de son père et de Seligman, il revendique avec Veblen les droits de la recherche inductive. En deuxième lieu, il souhaite mettre en œuvre une approche interdisciplinaire utilisant une psychologie moins sommaire que celle des néo-classiques et intégrant l'étude des institutions. En troisième lieu, il manifeste la préoccupation de recherches quantitatives particulièrement utiles lorsqu'on souhaite édifier des constructions dynamiques ; ainsi, dans un article intitulé : L'Accélération du mouvement des affaires et la loi de la demande : un facteur technique des cycles économiques (1917), Clark explique les fluctuations de la production par le fait qu'à une élévation de la demande de biens de consommation correspond une « accélération » de celle de biens de production ; en effet, le fait même que les biens d'équipement soient durables entraîne un investissement en biens de production qui seront utilisés à un rythme correspondant à la nouvelle demande pendant une période plus longue parfois que celle-ci. Une telle explication du cycle demeure limitée, mais traduit l'intérêt de Clark pour la dynamique économique. Enfin, il témoigne d'une attitude favorable à l'égard du contrôle des entreprises et de l'intervention étatique. Ses principales œuvres sont : Études sur l'économie des coûts constants (Studies in the Economics of Overhead Costs, 1923), dans lesquelles il montre le rôle de ceux-ci et les conséquences qui en découlent quant à la vie des entreprises ; La Relation entre statique et dynamique (The Relation between Statics and Dynamics, 1925), où se trouve mise en lumière la relation entre la demande de biens de consommation et la demande de biens d'investissement dans le cycle économique ; son article intitulé Vers une concurrence praticable (Towards a Workable Competition, 1942).

—  Guy CAIRE

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CLARK JOHN MAURICE (1884-1963)  » est également traité dans :

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les déterminants de l'investissement »  : […] Les débouchés des entreprises ont une influence essentielle sur l'investissement. Un des pionniers de ce type d'analyse est John Maurice Clark qui, en 1917, a montré que, dans l'industrie du chemin de fer, l'investissement et les débouchés étaient proportionnels : l'investissement dépend de la variation de la demande. Cette relation est connue sous le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_17666

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « CLARK JOHN MAURICE - (1884-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-maurice-clark/