Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CUBISME

Le cubisme analytique

Comme l'a signalé A. Barr, les termes de « cubisme analytique » « contiennent quelque chose de l'esprit d'investigation et de dissection de la forme que pratiquèrent Picasso et Braque, comme si leur atelier était presque un laboratoire ». Bien que les deux artistes aient nié rétrospectivement avoir jamais suivi un système scientifique à un moment quelconque du développement de leurs œuvres, celles-ci présentent à cette époque des similitudes frappantes, signe d'un développement parfaitement parallèle, aboutissant aux mêmes conclusions. Le souci principal des deux artistes, au cours de cette période, fut de briser les formes du sujet et de jeter les bases d'une nouvelle conception de l'espace pictural, aussi leur palette finit-elle par se réduire au monochrome. La couleur est appliquée au pinceau, par touches systématiques rappelant la technique pointilliste. Les deux artistes attachèrent d'autre part un intérêt nouveau à l'exploration de la lumière, en raison de la conception cubiste de l'espace et de la forme. Tandis que, dans les débuts du cubisme analytique, le choix du sujet demeure assez restreint, dans une phase ultérieure, le répertoire iconographique se développe et l'emploi des caractères d'imprimerie et du trompe-l'œil va s'y ajouter. C'est au cours de cette période que furent fondés les premiers groupes cubistes, et, dès le printemps 1912, les œuvres des principaux membres du mouvement commencèrent à illustrer les possibilités des nouvelles techniques picturales.

Picasso et Braque

C'est au cours de la période du cubisme analytique, et particulièrement autour de 1911, que l'amitié entre Braque et Picasso fut la plus étroite. Aussi les œuvres qu'ils firent à cette époque sont-elles si voisines qu'on a du mal à les distinguer les unes des autres. Toutefois, la disposition plus géométrique des plans angulaires qu'on peut observer dans les œuvres de Picasso – le Portrait de M. Kahnweiler, par exemple (1910, Art Institute, Chicago), comparé à la Figure féminine de Braque (1910-1911, coll. Dr. H. Carey-Walker, New York) – fait preuve d'une plus grande richesse de texture et de couleur. Ces différences marquent bien les divergences personnelles des deux artistes et caractérisent leur style. On peut ainsi apprécier leur contribution individuelle aux réalisations du cubisme analytique. À travers toute une série de portraits, parmi lesquels une Tête, bronze tridimensionnel (1909, Museum of Modern Art, New York), et le Portrait de Uhde (printemps 1910, coll. Roland Penrose, Londres), Picasso mit au point la méthode par laquelle on peut représenter sur une surface bidimensionnelle tous les aspects d'un modèle observé sous des angles différents. Dans ces portraits, Picasso se désintéressa de l'élément psychologique, traitant ses modèles comme des objets. Ses principaux problèmes furent d'intégrer la forme et l'espace en multipliant les changements d'angle et d'éclairer les seuls aspects significatifs de la structure géométrique par une utilisation arbitraire de la lumière. Pendant la même période, Braque tenta, dans une série de natures mortes, de fondre l'objet et l'espace par l'utilisation de petits plans imbriqués. La plupart des objets utilisés dans ces natures mortes étaient associés à la vie quotidienne de l'artiste et revêtent de ce fait une signification personnelle, mais la place de certains objets dans un contexte donné (à savoir le choix d'instruments placés dans une position significative) suggère l'existence sous-jacente d'une thématique classique, voire néo-platonicienne. Le passage occasionnel d'une forme rectangulaire conventionnelle à des tableaux ronds ou ovales indique aussi l'existence d'une recherche de perfection formelle, inhérente à la fois à l'art classique et à l'art cubiste. Les références à l'harmonie et au lyrisme[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : senior lecturer, université de Birmingham (Royaume-Uni)
  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain, université de Paris VIII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABSTRAIT ART

    • Écrit par Denys RIOUT
    • 6 716 mots
    • 2 médias
    ...au premier rang des arguments déployés pour expliquer l'innovation et convaincre les détracteurs de l'art abstrait. Dans son plaidoyer pour la peinture cubiste, qui sera considérée comme la dernière et indispensable étape avant l'abstraction proprement dite, Apollinaire prédit : « On s'achemine ainsi...
  • AFFICHE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 817 mots
    • 12 médias
    L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale.Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et...
  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

    • Écrit par Louis PERROIS
    • 6 862 mots
    • 6 médias
    À mesure que les pièces affluaient en Europe, l'intérêt pour toutes les productions africaines grandissait, mais il fallut attendre la « découverte » des cubistes pour qu'une véritable mode artistique se développe. Les collections constituées à cette époque ne rendirent pas les services qu'on aurait...
  • ALTMAN NATHAN (1888-1970)

    • Écrit par Anatole KOPP
    • 447 mots

    Artiste soviétique. Après des études au collège artistique d'Odessa (1903-1907), Altman part en 1910 pour Paris, où il découvre le cubisme. Il rentre dès 1911 en Russie et s'installe à Saint-Pétersbourg, foyer de l'avant-garde russe. Sans se rallier totalement à un mouvement...

  • Afficher les 77 références

Voir aussi