CUBISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cubisme analytique

Comme l'a signalé A. Barr, les termes de « cubisme analytique » « contiennent quelque chose de l'esprit d'investigation et de dissection de la forme que pratiquèrent Picasso et Braque, comme si leur atelier était presque un laboratoire ». Bien que les deux artistes aient nié rétrospectivement avoir jamais suivi un système scientifique à un moment quelconque du développement de leurs œuvres, celles-ci présentent à cette époque des similitudes frappantes, signe d'un développement parfaitement parallèle, aboutissant aux mêmes conclusions. Le souci principal des deux artistes, au cours de cette période, fut de briser les formes du sujet et de jeter les bases d'une nouvelle conception de l'espace pictural, aussi leur palette finit-elle par se réduire au monochrome. La couleur est appliquée au pinceau, par touches systématiques rappelant la technique pointilliste. Les deux artistes attachèrent d'autre part un intérêt nouveau à l'exploration de la lumière, en raison de la conception cubiste de l'espace et de la forme. Tandis que, dans les débuts du cubisme analytique, le choix du sujet demeure assez restreint, dans une phase ultérieure, le répertoire iconographique se développe et l'emploi des caractères d'imprimerie et du trompe-l'œil va s'y ajouter. C'est au cours de cette période que furent fondés les premiers groupes cubistes, et, dès le printemps 1912, les œuvres des principaux membres du mouvement commencèrent à illustrer les possibilités des nouvelles techniques picturales.

Picasso et Braque

C'est au cours de la période du cubisme analytique, et particulièrement autour de 1911, que l'amitié entre Braque et Picasso fut la plus étroite. Aussi les œuvres qu'ils firent à cette époque sont-elles si voisines qu'on a du mal à les distinguer les unes des autres. Toutefois, la disposition plus géométrique des plans angulaires qu'on peut observer dans les œuvres de Picasso – le Portrait de M. Kahnweiler, par exemple (1910, Art Institute, Chicago), comparé à la Figure féminine de Braque (1910-1911, coll. Dr. H. Carey-Walker, New York) – fait preuve d'une p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII
  • : senior lecturer, université de Birmingham (Royaume-Uni)

Classification


Autres références

«  CUBISME  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de l'abstraction »  : […] L'art abstrait, en tant que tel, apparaît au début des années 1910. Deux modèles explicatifs rendent compte de sa « naissance », conséquence raisonnable d'une évolution logique ou saut inattendu dans l'inconnu. Le premier, le plus répandu, s'appuie sur une conception darwinienne de l'histoire de l'art et de la création. Au xix e  siècle, la modern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_8073

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affiche/#i_8073

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les classifications régionales et tribales »  : […] À mesure que les pièces affluaient en Europe, l'intérêt pour toutes les productions africaines grandissait, mais il fallut attendre la « découverte » des cubistes pour qu'une véritable mode artistique se développe. Les collections constituées à cette époque ne rendirent pas les services qu'on aurait pu en attendre, car l'ethnologie du début du xx e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-un-foisonnement-artistique/#i_8073

ALTMAN NATHAN (1888-1970)

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 444 mots

Artiste soviétique. Après des études au collège artistique d'Odessa (1903-1907), Altman part en 1910 pour Paris, où il découvre le cubisme. Il rentre dès 1911 en Russie et s'installe à Saint-Pétersbourg, foyer de l'avant-garde russe. Sans se rallier totalement à un mouvement précis, il participe parallèlement aux manifestations du Monde de l'art et de l'Union de la jeunesse, défendant très honorab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathan-altman/#i_8073

APOLLINAIRE GUILLAUME (1880-1918)

  • Écrit par 
  • Michel DECAUDIN
  •  • 4 292 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique d'art »  : […] S'il écrit en 1905 un article pénétrant sur Picasso (qu'il pourra reprendre tel quel en 1913 dans Les Peintres cubistes ), en 1907 un autre sur Matisse, s'il préface en 1908 le catalogue de l'exposition Braque et contribue à faire connaître le douanier Rousseau, c'est en 1910 que commence la véritable carrière de critique d'art d'Apollinaire. Entré à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-apollinaire/#i_8073

ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 337 mots

Artiste américain d'origine ukrainienne. Après un passage à l'école d'art de Kiev, sa ville natale, où, de 1902 à 1905, il étudie la peinture puis la sculpture, et un séjour à Moscou, où il poursuit ses études, Archipenko s'installe à Paris en 1908. L'enseignement académique de l'École des beaux-arts le rebute très rapidement et il choisit d'étudier seul les antiques du Louvre. Dès 1910, il partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-archipenko/#i_8073

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de civilisation contemporain. Delaunay »  : […] L'art moderne, une fois encore, fera comprendre de quoi il s'agit exactement. Lorsque, dans les premières années du xx e  siècle, le public et la critique reprochent aux peintres cubistes de « déformer » et que M. Jules-Louis Breton va même jusqu'à alerter le Parlement, les cubistes rétorquent que tous leurs efforts visent, au contraire, à « form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-l-objet-culturel/#i_8073

AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE

  • Écrit par 
  • Andrzej TUROWSKI
  •  • 8 064 mots

Dans le chapitre « Les années 1910 : la naissance de l'avant-garde, l'expressionnisme »  : […] En Europe de l'Est, au début de la deuxième décennie du xx e  siècle, le cubisme fut considéré dans le cercle d'artistes de l'avant-garde naissante comme une forme particulière d'expression individuelle subordonnée à l'expressionnisme, courant principal identifié à la modernité dans l'art. Les jeunes artistes acceptaient le mot d'ordre expressio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde-est-europeenne/#i_8073

BERNE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 913 mots
  •  • 2 médias

Le musée des Beaux-Arts de Berne doit sa réputation mondiale à la fondation Paul Klee ainsi qu'à la fondation Rupf qu'il abrite officiellement depuis 1952 et 1962. Ces éléments ont précipité l'évolution d'un musée à caractère cantonal et national vers une institution de classe internationale. Ouvert en 1879 sur l'initiative de la Société bernoise d'art animée par le collectionneur Sigmund Wagner, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-des-beaux-arts-de-berne/#i_8073

BOCCIONI UMBERTO (1882-1916)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 637 mots
  •  • 3 médias

« Il n'y a qu'une loi pour l'artiste, c'est la vie moderne et la sensibilité futuriste », écrivait Umberto Boccioni, qui est incontestablement, avec le poète Marinetti, le protagoniste le plus important et la figure la plus complète du mouvement futuriste  : il en fut le théoricien le plus lucide, tout en demeurant avant tout peintre et sculpteur. Né à Reggio de Calabre, Boccioni obtient un diplôm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umberto-boccioni/#i_8073

BRAQUE GEORGES (1882-1963)

  • Écrit par 
  • Dominique BOZO
  •  • 3 251 mots

« Quand je commence, il me semble que mon tableau est de l'autre côté, seulement couvert de poussière blanche, la toile. Il me suffit d'épousseter. J'ai une petite brosse à dégager le bleu, une autre, le vert ou le jaune : mes pinceaux. Lorsque tout est nettoyé, le tableau est fini. » Ce propos du peintre recueilli par Jean Paulhan suffirait à définir la peinture de Braque comme une matériologie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/braque-georges-1882-1963/#i_8073

CÉZANNE PAUL (1839-1906)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 960 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Parcours et formes »  : […] La classification traditionnelle de l'œuvre du peintre repose avant tout sur la chronologie de son évolution stylistique, qui elle-même recoupe les grandes étapes de sa biographie. Aux années de jeunesse et de formation parisienne correspond ainsi une période “romantique”. Lui succède, de 1872 à 1877, la période “impressionniste”, puis, après qu'il s'est détaché du groupe, la période “constructive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-cezanne/#i_8073

CHARCHOUNE SERGE (1888-1975)

  • Écrit par 
  • Jacques ZEITOUN
  •  • 923 mots

Sergueï Ivanovitch Charchoune est né à Bougourouslan (Russie), d'un père descendant de serfs d'origine slovaque, individualiste et anarchisant, et d'une mère russe. Élevé avec sévérité dans une foi qu'il a gardée toute sa vie, il se situe dès son enfance au centre de la trinité musique-poésie-peinture. Si cette dernière l'attire pour toujours, il ne renoncera jamais tout à fait aux deux autres. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-charchoune/#i_8073

CHRONIQUES D'ART, 1902-1918, Guillaume Apollinaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 026 mots

Dans le chapitre « Un témoin du cubisme et du futurisme »  : […] Les Chroniques d'art livrent un témoignage de première main sur une période riche en mouvements, qu'Apollinaire a su reconnaître comme révolutionnaires : fauvisme (1905), cubisme (1908), futurisme (1909), et jusqu'au commencement de l'abstraction, vers 1913, avec les œuvres de Mondrian, de Picabia, de Delaunay et de Larionov. Témoignage qu'il faut toutefois accueillir avec p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chroniques-d-art-1902-1918/#i_8073

COLIN PAUL (1892-1985)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 835 mots

L'affichiste Paul Colin a vécu son enfance et son adolescence dans l'effervescence créatrice qui animait à cette époque sa ville natale, Nancy, l'un des centres de l'Art nouveau. Désireux de devenir peintre, mais soucieux de concilier sa vocation et les inquiétudes de ses parents qui veulent le voir exercer une activité stable, il entreprend des études d'architecture à l'école des beaux-arts de Na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-colin/#i_8073

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « Les papiers collés : un nouveau langage »  : […] « [...] un timbre-poste véritable, un morceau de journal quotidien, un morceau de toile cirée sur laquelle est imprimée la cannelure d'un siège. L'art du peintre n'ajouterait aucun élément pittoresque à la vérité de ces objets ». Lorsque Guillaume Apollinaire évoque en 1913 la Nature morte à la chaise cannée de Picasso (1912) , il rapporte la vérité picturale à la présence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage/#i_8073

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle des sculpteurs Gabo et Tatline »  : […] Un des « ingénieurs » les plus inspirés de la pensée constructiviste – le sculpteur russe Naum Gabo (1890-1977) – écrit que le cubisme n'a été pour lui qu'une phase préliminaire. Le cubisme parisien constitue en effet, avec le futurisme italien, la source de la réflexion des artistes russes des années 1910-1915 ; avec l'abstraction radicale de Malevitch, il leur fournit un vocabulaire riche de no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme/#i_8073

COOPER DOUGLAS (1911-1984)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 976 mots

L’historien de l’art Douglas Cooper, mort à Londres à l'âge de soixante-treize ans, fut un grand collectionneur. Né riche, au moins suffisamment pour mener une vie luxueuse sans avoir besoin de travailler, il aurait pu cultiver le goût des arts en dilettante et déléguer à des conseillers le soin de former sa collection. Mais cet excentrique au ventre de Falstaff, au timbre éclatant, à la verve mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-cooper/#i_8073

CSAKY JOSEPH (1888-1971)

  • Écrit par 
  • Nicole BARBIER
  •  • 363 mots

Sculpteur d'origine hongroise, naturalisé français en 1922, Joseph Csaky arrive à Paris en 1908, après s'être formé à l'École supérieure des arts décoratifs de Budapest. Il s'installe à la Ruche où il fréquente les artistes de l'école de Paris. On conçoit donc qu'il ait été attiré par le cubisme auquel il s'adonne dès 1911, participant au Salon d'automne et au Salon des indépendants jusqu'à la gue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-csaky/#i_8073

DELAUNAY ROBERT (1885-1941) & SONIA (1885-1979)

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 1 526 mots

Observateur passionné, Robert Delaunay s'est emparé des idées et des théories de son temps pour les développer, les contredire et enfin les dépasser. Le cubisme s'élaborait alors, guidé par un sévère esprit de géométrie et enfermé dans une inexorable monochromie . L'instinctif Delaunay aspirait à reconstruire le monde, non point selon un principe rationnel, mais en accord avec une puissance active […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delaunay-robert-et-sonia/#i_8073

DERAIN ANDRÉ (1880-1954)

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Unité profonde de l'œuvre »  : […] Au cours d'une telle carrière, longue et féconde, la démarche de Derain est toujours restée très volontaire, très lucide ; on ne trouve rien de dionysiaque chez lui, aucun abandon à une inspiration spontanée, sauf peut-être à l'époque fauve. C'est vraisemblablement ce qui fait son unité et sa limite. Derain est conscient, particulièrement au début du siècle, à un moment où tout est remis en questi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-derain/#i_8073

DUCHAMP-VILLON RAYMOND (1876-1918)

  • Écrit par 
  • Nicole BARBIER
  •  • 572 mots

Frère de Jacques Villon et de Marcel Duchamp, Raymond Duchamp-Villon suit des études de médecine pendant trois ans avant de décider, en 1898, de se consacrer uniquement à la sculpture. Ses premières réalisations dénotent une influence de l'Art nouveau ( Yvette Guilbert ) et la série d'œuvres qu'il exécute entre 1904 et 1907 est tout à fait dans le style de Rodin ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-duchamp-villon/#i_8073

ÉCRITS, Kasimir Malévitch - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 305 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « zéro » des formes et la fondation de l'esthétique suprématiste »  : […] Marqué par une forte conscience historique, Malévitch exprime dans ses premiers textes théoriques l'idée d'une condensation et d'un dépassement de toutes les innovations picturales de la modernité. Les spectaculaires mutations de son style, entre 1906 et 1915 témoignent bien de cette assimilation accélérée : impressionnisme, symbolisme, Cézanne, fauvisme, cubisme et futurisme. Le suprématisme fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits/#i_8073

EINSTEIN CARL (1885-1940)

  • Écrit par 
  • Liliane MEFFRE
  •  • 3 038 mots

Dans le chapitre « L'art, création d'un monde nouveau »  : […] Le 26 avril 1885, Karl Einstein (qui préférera très vite la forme latine de son prénom : Carl) naît à Neuwied, petite ville du Palatinat rhénan, dans une famille juive. Il grandira à Karlsruhe où son père, Daniel Einstein, est appelé dès 1888 aux fonctions de directeur d'un institut de formation religieuse, ainsi qu'au poste de secrétaire du Conseil supérieur grand-ducal des israélites de Bade. Re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-einstein/#i_8073

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme résultante »  : […] Le Degas des derniers dessins est presque aveugle. Mais plus les objets distants lui échappent, plus s'impose à lui la proximité de son corps. C'est au travers de ses articulations qu'il restitue celles du réel. Ses dessins n'expriment pas ce qu'il voit, mais ce qu'il éprouve et ce qu'il souffre ; non des formes, mais un travail. Et ces signes, n'étant plus le fait du regard, ne lui sont pas adre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_8073

EXTER ALEXANDRA ALEXANDROVNA (1882-1949)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 777 mots

« Amazone » de l'avant-garde russe, Alexandra Alexandrovna Exter est connue pour ses peintures, dessins, décors de théâtre, créations de textiles et de vêtements, et illustrations de livres. Née sous le patronyme Grigorovitch en 1882 à Biélostok, elle se forme à l'école des Beaux-Arts de Kiev jusqu'en 1907. Elle organise l'année suivante en compagnie de David Bourliouk l'exposition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandra-alexandrovna-exter/#i_8073

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin du fauvisme »  : […] La fin brutale du fauvisme est un phénomène qui a surpris les historiens. Si on excepte encore une fois Van Dongen et Rouault dont on a déjà vu qu'ils tenaient une place à part dans le mouvement, en 1907-1908, les fauves adoptent assez brusquement des couleurs sourdes (bruns, verts éteints, bleus foncés) et des schémas de constructions rigides et géométriques. Le phénomène est spécialement net che […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_8073

FEININGER LYONEL (1871-1956)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 1 887 mots

Dans le chapitre « Lumières et transparences : les traces du réel »  : […] L'année 1911 marque une étape fondamentale dans la carrière de Feininger. Pendant un séjour parisien, de 1906 à 1908, il avait déjà pris connaissance des recherches cubistes. Après 1911, il oriente définitivement sa démarche en devenant l'ami de Robert Delaunay, et certaines de ses peintures de l'époque montrent clairement la dette contractée avec lui et avec Jacques Villon. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyonel-feininger/#i_8073

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'image futuriste »  : […] Signe d'avant-gardisme en Europe, le divisionnisme s'inscrit comme condition sine qua non dans les manifestes, sous le nom de complémentarisme. Sans doute ne s'agit-il pas d'ordonner avec mesure la surface selon le système de Seurat, mais d'accentuer le chromatisme incendiaire des couleurs pures et de mettre à bas la rationalité constructive du dessin. Cependant, ce « complémentarisme congénital  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futurisme/#i_8073

LE FUTURISME À PARIS (exposition)

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR
  •  • 1 015 mots

À Paris, le Centre Georges-Pompidou présentait, du 15 octobre 2008 au 26 janvier 2009, une exposition consacrée au Futurisme à Paris , significativement sous-titrée, d'après Mikhaïl Larionov, « une avant-garde explosive ». Elle se transportera ensuite à Rome (Scuderie al Quirinale) puis à Londres (Tate Modern). Son objectif était de célébrer le centenaire de ce premier mouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-futurisme-a-paris/#i_8073

GEORGES BRAQUE (C. Einstein)

  • Écrit par 
  • Dominique CHATEAU
  •  • 950 mots

Paradoxalement, Georges Braque n'est pas un livre sur le peintre, comme le souligne Liliane Meffre, biographe de l'historien de l'art allemand Carl Einstein (1885-1940), spécialiste de ses écrits et directrice de cette publication (traduction de Jean-Loup Korzilius, coll. Diptyque, éd. La Part de l'œil, Bruxelles, 2003). Il s'agit d'abord d'une théorie puissante de la rela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-braque/#i_8073

GIACOMETTI ALBERTO (1901-1966)

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 2 350 mots

Dans le chapitre « La tentation cubiste »  : […] Il est difficile de parler de Giacometti sans évoquer sa terre natale, le petit hameau de Stampa, dans la haute vallée des Grisons, au cœur de ce « paysage métaphysique » que venait d'illustrer la présence ou le passage d'un Nietzsche, d'un Rilke ou d'un Segantini, dominé par la crête aiguë et dépouillée des monts qui sont, écrit André du Bouchet, « comme le surplomb aveuglant que toute figure de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-giacometti/#i_8073

GLEIZES ALBERT (1881-1953)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 735 mots

Initié très jeune à une peinture « classique » par son grand-père et son oncle (grand prix de Rome), Albert Gleizes expose pour la première fois, en 1901, au Salon d'automne. Toutefois, ce n'est qu'en 1909 que le peintre, après avoir rencontré Le Fauconnier, s'oriente vers une analyse de l'espace et de l'objet figuratif inspirée par l'œuvre de Cézanne ( Portrait de Jacques Nayral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-gleizes/#i_8073

GRIS JUAN (1887-1927)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 2 042 mots
  •  • 4 médias

Peintre espagnol de l' école de Paris mort prématurément, Juan Gris est aujourd'hui considéré comme l'un des maîtres du cubisme, le seul dont l'œuvre puisse se comparer à celle d'un Braque ou d'un Picasso. Il joua un rôle prépondérant dans l'élaboration et le développement de la seconde phase de la peinture cubiste, dite du cubisme synthétique , qui visait – en réaction contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-gris/#i_8073

JANCO MARCEL (1895-1984)

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 1 353 mots

Dans le chapitre « Janco dadaïste »  : […] Marcel Janco, né à Bucarest en 1895, avait été, dès 1910, lié aux jeunes poètes des revues Symbolul et Chemarea , fondées par Ion Vinéa (1895-1964) : ces publications représentaient l'avant-garde artistique de l'époque. Quand il commence, en 1915, ses études d'architecture à l'École polytechnique de Zurich, il a la chance de rencontrer quelques-uns des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-janco/#i_8073

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La peinture de style occidental ou Yōga »  : […] La fermeture du Japon pendant l'époque Edo (1603-1868) ne fut pas totale. Le commerce avec les Hollandais, à Nagasaki, favorisa l'introduction d'œuvres d'art, de livres illustrés, de gravures, de traités divers. De sorte qu'il existait au Japon, avant son ouverture complète aux relations extérieures (1854-1867), un stock d'images et de connaissances venues d'Occident. L'anatomie, la perspective, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_8073

JAWLENSKY ALEXEI VON (1864-1941)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Peintre russe. C'est à Munich, où Jawlensky s'est installé en 1896, que cet ancien élève de Repine commence sa vraie carrière. En 1905, lors d'un voyage en France, il rencontre Matisse dont l'influence éclate aussitôt dans ses natures mortes ( Vase et pichet , 1909, musée Wallaraf-Richartz, Cologne) et surtout dans ses portraits, d'une somptuosité chromatique débridée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-von-jawlensky/#i_8073

KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « 28, rue Vignon »  : […] Daniel-Henry Kahnweiler a toujours conçu son rôle de marchand de manière partisane et propédeutique ; la confiance inaltérable qu'il a en son propre jugement (les doutes sont, chez lui, très rares et tardifs, et toujours liés au sentiment de vieillesse) est celle d'un homme des Lumières : adolescent, il voulait être chef d'orchestre, c'est-à-dire intermédiaire, mais aussi organisateur. La même env […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-henry-kahnweiler/#i_8073

LA FRESNAYE ROGER DE (1885-1925)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 398 mots

Né au Mans, Roger Noël François André de La Fresnaye, descendant d'une vieille famille normande, mort à quarante ans, a joué un rôle non négligeable dans l'histoire du cubisme français. Élève de l'académie Julian, où il se lie avec Dunoyer de Segonzac, puis de l'académie Ranson, il devient l'élève du nabi Maurice Denis, dont l'influence est évidente sur ses œuvres de jeunesse ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-de-la-fresnaye/#i_8073

LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un poème peint »  : […] C'est à Paris que naît l'idée d'un « Premier livre simultané », entre la fin de 1912 et le début de 1913, dans un milieu de peintres et de poètes liés à l'avant-garde. Ce livre d'une pièce, déplié et non paginé, articule dans un même espace l'esprit nouveau des voyages poétiques continentaux et les débats contemporains du cubisme et du simultanéisme, sans négliger, pour un poète suisse attentif a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-prose-du-transsiberien-et-de-la-petite-jehanne-de-france/#i_8073

LAURENS HENRI (1885-1954)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 256 mots

Henri Laurens, sculpteur français de l'école de Paris, est l'un des plus brillants représentants du mouvement cubiste. Son interprétation des principes fondamentaux de celui-ci se signala d'emblée par sa rigueur et son raffinement. De cette période, Laurens a légué un ensemble de constructions en matériaux hétéroclites et de bas-reliefs polychromés qui fournissent la plus scrupuleuse des traducti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-laurens/#i_8073

LE FAUCONNIER HENRI (1881-1946)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 246 mots

Peintre passablement oublié aujourd'hui, bien qu'il ait joué un rôle important dans la diffusion du cubisme naissant. Passé par l'académie Julian, admirateur des nabis, Henri Le Fauconnier, dès 1908, peint des paysages de Bretagne extrêmement simplifiés ; peu après, en 1909, l'un de ses portraits, celui du poète Pierre-Jean Jouve (musée national d'Art moderne, Paris), aura une grande influence sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-le-fauconnier/#i_8073

LÉGER FERNAND (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 696 mots

Dans le chapitre « La bataille du cubisme »  : […] Fernand Léger est né le 4 février 1881 à Argentan, d'un éleveur de bœufs, décédé trois ans plus tard, et a grandi auprès d'une mère pieuse et effacée. Il s'est formé pendant deux années dans un bureau d'architecture à Caen, avant de gagner Paris en 1900, où il fréquenta comme élève libre les ateliers de deux peintres officiels, Jean Léon Gérome et Gabriel Ferrier. En même temps qu'il peint, il ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leger-fernand-1881-1955/#i_8073

LEMPICKA TAMARA DE (1898-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 925 mots

Tamara Gorska est née le 16 mai 1898, à Varsovie, en Pologne. Fille d'avocat élevée dans un milieu privilégié, la jeune Tamara partage sa vie entre Saint-Pétersbourg, Monte-Carlo et les villes d'eaux européennes. En 1914, elle s'installe à Saint-Pétersbourg chez une tante et prend ses premiers cours de peinture. Elle s'éprend d'un jeune avocat russe, Tadeusz Lempicki, qu'elle épouse en 1916. La ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tamara-de-lempicka/#i_8073

LHOTE ANDRÉ (1885-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 263 mots

Peintre d'origine bordelaise, André Lhote a joué un rôle important dans l'histoire du cubisme français, surtout par son enseignement. Après avoir appris la sculpture sur bois, il décide, à l'âge de vingt et un ans, de se consacrer exclusivement à la peinture, fortement impressionné par l'art de Gauguin. Sa palette est alors celle d'un peintre fauve. En 1910, à Paris, il découvre Cézanne, ce qui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-lhote/#i_8073

LIPCHITZ JACQUES (1891-1973)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 337 mots

Lipchitz est une des figures les plus marquantes de l'art contemporain. Sculpteur français d'origine lituanienne, il recourut aux procédés du cubisme pictural pour mettre au jour les éléments d'une conception révolutionnaire du jeu des volumes dans l'espace. Peu d'artistes ont poussé aussi loin que lui l'utilisation plastique du vide : dans ses essais de sculpture « transparente », la masse, progr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lipchitz/#i_8073

MACKE AUGUST (1887-1914)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 473 mots
  •  • 2 médias

Le peintre allemand August Macke fit partie du groupe Der blaue Reiter (le Cavalier bleu) fondé en 1911 par Kandinsky et par Franz Marc. Ce groupe avait comme but la synthèse des arts, et son attitude éclectique fut précisée dans le livre-almanach qui porte son nom. Tout en s'opposant à l'académisme, les artistes du Blaue Reiter étaient hostiles aux démarches purement formelles, car ils considérai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-macke/#i_8073

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 487 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Initiation par le cubisme »  : […] Né à Kiev en 1878 dans une famille d'origine polonaise, Malévitch part pour Moscou en 1902, où il reçoit ses premiers rudiments d'éducation artistique tout en prenant activement part à la révolution manquée de 1905. Jusqu'en 1913, quoique souvent de qualité exceptionnelle, son œuvre porte surtout la marque de son apprentissage des codes de l' avant-garde européenne  ; que l'on songe au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasimir-malevitch/#i_8073

MANOLO MANUEL MARTÍNEZ HUGUÉ dit (1872-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 706 mots

Plus connu sous le nom de Manolo, Manuel Martínez Hugué est le fils naturel du général Benigno Martínez. Sa mère, Anna Hugué, meurt alors qu'il est encore enfant ; des parents le recueillent. L'adolescent, abandonné à lui-même, hante les lieux les plus mal famés de Barcelone, côtoie la pègre, vit d'expédients ; il mène, en cette fin du xix e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manolo/#i_8073

MARCOUSSIS LOUIS CASIMIR LADISLAS MARKOUS dit (1878-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 414 mots

Né dans une riche famille bourgeoise cultivée de Varsovie, Louis Markous préfère le dessin aux études de droit : il part en 1901 étudier la peinture à l'Académie des beaux-arts de Cracovie, où la vie artistique est très ouverte à la culture française. Puis il vient s'installer à Paris en 1903, où il fréquente quelques mois l'académie Julian. D'abord attiré par l'impressionnisme et intéressé par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcoussis/#i_8073

METZINGER JEAN (1883-1956)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 582 mots

Le 30 septembre 1911 s'ouvrait le Salon d'automne où étaient exposés, parmi d'autres œuvres, des tableaux de Jean Metzinger qui provoquèrent de vives réactions et des discussions violentes. L'accueil du public fut d'ailleurs hostile. Pourtant, depuis 1907, le réalisme avait été mis en question par Les Demoiselles d'Avignon de Picasso, la grande brèche ouverte dans la figurat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-metzinger/#i_8073

MONDRIAN PIET (1872-1944)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 4 065 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Découverte du cubisme »  : […] Au moment même où il expose Évolution , en 1911, Mondrian découvre tout à la fois Cézanne et le cubisme cézannien de Braque et de Picasso, et ce choc déclenche chez lui le processus qui le conduira à l'abstraction. Il s'aperçoit qu'on ne peut atteindre le but qu'il s'est fixé, peindre l'« universel », en personnifiant l'idée de l'absolu sur le mode allégorique comme il l'a f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piet-mondrian/#i_8073

MONDRIAN / DE STIJL (expositions)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 983 mots
  •  • 1 média

La dernière exposition monographique et rétrospective consacrée en France à l'œuvre de Piet Mondrian (1872-1944) datait de 1969 ; présentée à l'Orangerie des Tuileries, elle avait également été la première dans ce pays où l'artiste, Hollandais d'origine, avait pourtant passé près de trente années de sa vie. Depuis, et malgré le succès rencontré alors, l'expérience n'avait pas été reconduite : ain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondrian-de-stijl-expositions/#i_8073

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] Bien que le trompe-l'œil, avec des artistes comme Boilly et Leroy de Barde ( Réunion d'oiseaux étrangers placés dans différentes caisses , 1810, Cabinet des dessins, musée du Louvre) et la peinture de fleurs, avec l'école lyonnaise, adepte d'un faire méticuleux et porcelainé (A. Berjon, Saint-Jean), y produisent des œuvres d'un grand raffinement et d'une indéniable poésie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_8073

NEVELSON LOUISE (1900-1988)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 998 mots

Avec Alexandre Calder et David Smith, Louise Nevelson est considérée comme l'une des instigatrices majeures de la sculpture moderne aux États-Unis. Partant des données du cubisme et de celles des ready-made de Marcel Duchamp, très fortement marquée par l'apport des cultures primitives, Louise Nevelson devait en effet jeter les bases d'un art singulier, où ses grands murs con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-nevelson/#i_8073

NICHOLSON BEN (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Hélène LASSALLE
  •  • 1 120 mots

L'œuvre du peintre anglais Ben Nicholson, synthèse de réalisme et d'abstraction, alliance entre la géométrie et l'observation sensible, s'écarte des tendances continentales autant qu'elle s'y réfère. Sa maturation a été lente. Rien ne semblait prédisposer Ben Nicholson au style qui allait faire son originalité et lui conférer une place très particulière dans l'art du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ben-nicholson/#i_8073

ORPHISME, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 693 mots

Le terme d'orphisme a été proposé par Guillaume Apollinaire, lors de la publication de ses Méditations esthétiques en 1912, pour caractériser certains aspects de la peinture d'avant-garde. À cette date, cinq ans après Les Demoiselles d'Avignon , le cubisme apparaît à Apollinaire comme « écartelé » en quatre tendances divergentes. Le cubisme scientifique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphisme-mouvement-artistique/#i_8073

OZENFANT AMÉDÉE (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 268 mots

Après avoir suivi les cours de l'école de dessin de Saint-Quentin, Ozenfant vient à Paris pour y apprendre l'architecture. Il fonde avec Max Jacob et Apollinaire la revue L'Élan pour établir une liaison avec les artistes et le front (1915-1917). En 1917, il rencontre Charles-Édouard Jeanneret, le futur Le Corbusier. Ils publient en commun, en 1918, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-ozenfant/#i_8073

BATEAU-LAVOIR LE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 706 mots

Situé sur une petite place, au niveau du numéro 13 de la rue de Ravignan à Paris, constitué par un amas hétéroclite de poutres, de planches et de verrières, qu'aucune compagnie ne consentit jamais à assurer contre les risques d'incendie, cet étrange ensemble d'ateliers vétustes et obscurs appartient à l'histoire de l'art moderne. En effet, à partir de 1904, Picasso, Van Dongen, Juan Gris, Constant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bateau-lavoir/#i_8073

PELLAN ALFRED (1906-1988)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 418 mots

Considéré, avec Paul-Émile Borduas, comme l'un des peintres canadiens les plus importants de sa génération, Alfred Pellan est fortement marqué par les grandes tendances de l'avant-garde parisienne, qu'il côtoiera pendant près de quinze ans (entre 1926 et 1940). Ses premières œuvres, surtout des natures mortes, s'inscrivent dans une forme de cubisme académique, où se lisent, outre l'influence de Pi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-pellan/#i_8073

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le débat sur la perspective au XXe siècle »  : […] La crise de la perspective dans la culture moderne est à mettre en relation avec la conception nouvelle de l'espace, introduite par les géométries non euclidiennes et dans le domaine scientifique par la théorie de la relativité ; elle coïncide, par ailleurs, avec la crise de la fonction traditionnelle de l'art comme mimesis , à laquelle l'esthétique idéaliste oppose une visio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_8073

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la photographie-peinture »  : […] Bien qu'influencée aussi par le style des photographes britanniques, la photographie américaine avait eu son évolution propre, marquée notamment par un goût très vif des reportages, qui culmine avec les admirables documents sur la guerre de Sécession dus à Mathew Brady, Alexander Gardner et Timothy O'Sullivan , où les cinéastes de westerns viendront régulièrement rechercher d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_8073

PHOTOMONTAGE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 220 mots

L'entre-deux-guerres fut la période glorieuse de l'histoire du photomontage qui fut alors exploité par de nombreux peintres, photographes, graphistes, typographes et publicitaires. Pratiqué sporadiquement au cours du xix e siècle sans que son usage soit sous-tendu par une réflexion sur la spécificité de ce moyen d'expression — excepté peut-être p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photomontage/#i_8073

PICASSO PABLO (1881-1973)

  • Écrit par 
  • André FERMIGIER, 
  • Hélène SECKEL
  •  • 3 145 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une révolution »  : […] Peintes en 1907, Les Demoiselles d'Avignon (The Museum of Modern Art), à la fois cézanniennes et renvoyant à l’art nègre, marquent la rupture de Picasso avec toutes les traditions de l'art de peindre, et les débuts du cubisme. Épisode très bref de la peinture contemporaine (1908-1914), le cubisme est une aventure assez mystérieuse, et il est difficile de faire la part respe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-picasso/#i_8073

LES DEMOISELLES D'AVIGNON (P. Picasso)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 223 mots

Au titre pudique Les Demoiselles d'Avignon Picasso préférait encore le sobriquet de « Bordel philosophique ». Au moins rendait-il compte de la réaction de ceux qui, voyant pour la première fois dans l'atelier du peintre ce tableau « grand comme un mur » (Max Jacob) en saisissaient bien la charge érotique sans pour autant résoudre les « problèmes nus » qu'il soulevait. Des pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-demoiselles-d-avignon/#i_8073

GÉNÉALOGIE DES DEMOISELLES D'AVIGNON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 756 mots

1906 Discutant l'influence de l'art primitif sur l'esthétique de Picasso, et plus particulièrement sur la rupture que représente sur ce point Les Demoiselles d'Avignon , Henri Matisse souligna perfidement qu'il avait l'habitude d'acheter des sculptures africaines chez un marchand de la rue de Rennes et qu'il en avait montré à Picasso peu après leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-des-demoiselles-d-avignon-reperes-chronologiques/#i_8073

NATURE MORTE À LA CHAISE CANNÉE (P. Picasso)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 225 mots

Réalisée à Paris en mai 1912, la Nature morte à la chaise cannée de Picasso marque, dans l'histoire de la peinture, la découverte du collage. Celle-ci est issue du désir commun à Picasso et à Braque de retourner à la réalité face au risque d'abstraction du cubisme analytique dans sa phase la plus hermétique : après que Braque eut peint, en 1910, des éléments en trompe l'œil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte-a-la-chaise-cannee/#i_8073

PUBLICITÉ ET ART

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 6 477 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La publicité « à la remorque » de l'art ? »  : […] Durant les années 1920, l'affiche reprend son souffle, cette fois sous la houlette du cubisme. Si le symbolisme tendait vers une organisation égalitaire de tous les moyens d'expression, l' Art déco emprunte ses moyens plastiques au cubisme – mouvement qui n'existe plus en tant que tel à cette époque et ne se manifeste plus qu'à travers des personnalités comme Gleizes et Metzinger. Des réalisations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/publicite-et-art/#i_8073

PURISME, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 262 mots
  •  • 1 média

Le purisme est une doctrine esthétique formulée par les peintres Amédée Ozenfant et Charles Édouard Jeanneret (connu comme architecte, à partir de 1920, sous le pseudonyme de Le Corbusier) , qui en ont fait connaître le programme au moyen d'un petit livre, Après le cubisme , publié au lendemain de l'armistice de 1918. Il est né d'une critique du cubisme et de son héritage su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purisme-mouvement-artistique/#i_8073

QUAI BRANLY MUSÉE DU, Paris

  • Écrit par 
  • Julien GUILHEM, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 227 mots

Dans le chapitre « Le débat sur la place des « arts primitifs » »  : […] L'absence de concertation préalable de la communauté ethnologique, ainsi que le déménagement annoncé d'une partie des collections ethnologiques du musée de l'Homme (250 000 pièces) et du M.A.A.O. (24 000 pièces), eut pour effet de plonger les ethnologues dans une profonde inquiétude, à peine tempérée par la nomination de Maurice Godelier – remplacé ensuite par un autre ethnologue, Emmanuel Desveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-du-quai-branly-paris/#i_8073

SÉRIE, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 743 mots

Lorsqu'on parle de série en art, on désigne soit un ensemble ordonné d'œuvres régies par un thème, support d'un problème plastique à résoudre, soit une multiplicité de figures plus ou moins équivalentes résultant d'un jeu combinatoire ou encore d'un traitement répétitif systématique. Donc, en premier lieu, il y a série chaque fois qu'un peintre exécute, à partir d'un modèle ou d'une même donnée fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serie-art/#i_8073

SEVERINI GINO (1883-1966)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Membre du groupe futuriste qui occupe une place à part dans la peinture italienne du xx e  siècle. Le milieu artistique dans lequel évolue Gino Severini pendant sa jeunesse (1900-1906) était dans une impasse : la peinture des macchiaioli ne peut plus servir de référence pour les jeunes générations, et les premières tentativ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gino-severini/#i_8073

STYLE 1925

  • Écrit par 
  • Yvonne BRUNHAMMER
  •  • 4 659 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sources esthétiques »  : […] Le début du xx e  siècle voit naître deux courants qui contribuent à libérer l'art des formes traditionnelles et à modifier l'expression plastique du monde : le fauvisme et le cubisme. Leur apparition en France à deux ans d'intervalle – 1905 et 1907 – témoigne du ferment qui affecte l'ensemble de l'Europe. Chaque nation traduit son attitude nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-1925/#i_8073

SUPRÉMATISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 2 715 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Suprématisme et avant-garde »  : […] Le mot « suprématisme » apparaît pour la première fois en décembre 1915, à Saint-Pétersbourg, lors de la deuxième exposition futuriste « 0,10 ». À cette occasion, le peintre Kasimir Malevitch (1878-1935) expose un ensemble de trente-neuf toiles non objectives, accompagnées de la brochure-programme : Du cubisme et du futurisme au suprématisme. Un nouveau réalisme pictural. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suprematisme/#i_8073

SURVAGE LÉOPOLD (1879-1968)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 315 mots

Ayant découvert Matisse dans la collection d'un amateur russe, Léopold Survage quitte sa ville natale, Moscou, pour Paris en 1908, afin de suivre les cours que donnait alors le chef de file du fauvisme. Il subit ensuite l'empreinte de Cézanne et, en 1912, expose avec les cubistes au Salon des indépendants. Il est l'ami d'Apollinaire qui donne quelques-uns de ses Calligrammes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-survage/#i_8073

VILLON JACQUES (1875-1963)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 1 260 mots

Dans le chapitre « Les Duchamp et l'avant-garde des années 1900 »  : […] Venu de sa Normandie natale s'installer à Paris en 1894, Gaston Duchamp, qui prit alors, en hommage au poète, le pseudonyme de Villon, put s'adonner à l'art avec son frère, Raymond, d'un an plus jeune, qui interrompit sa médecine pour se faire sculpteur : leur père, notaire, versait aux deux frères une pension qui leur permit de travailler sans but lucratif. D'autre part, Villon tirait quelques re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-villon/#i_8073

ZADKINE OSSIP (1890-1967)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 232 mots

L'œuvre de Zadkine, sculpteur français d'origine russe, est, avec celles de Laurens et de Lipchitz, la plus représentative d'une adaptation systématique des principes du cubisme pictural à la troisième dimension. Il ne faut pas chercher en elle des innovations de portée révolutionnaire, mais elle abonde en trouvailles de toutes sortes. Surtout, elle s'acquitte avec un brio étourdissant d'une tâch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ossip-zadkine/#i_8073

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, Georges T. NOSZLOPY, « CUBISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/