PENROSE ROLAND (1900-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Roland Penrose disparaissait le 23 avril 1984 un ardent défenseur du surréalisme, l'un des animateurs les plus actifs de la vie artistique britannique.

Né le 14 octobre 1900, « jour du 834e anniversaire de la bataille d'Hastings » comme il se plaisait à le souligner, il avait représenté d'abord le type même du jeune Anglais riche, esthète et non conformiste, rompant très tôt avec ses origines pour choisir de mener en France la vie de bohème du début des années 1920. Sa première épouse, la poétesse Valentine Boué, puis son ami Max Ernst l'introduisent au cœur même du milieu surréaliste : en 1936, il organise à Londres la première grande exposition internationale, avec Breton et Eluard. En 1938, il ouvre la London Gallery, avec le groupe surréaliste anglais présidé par Herbert Read, et fonde avec Mesens le London Bulletin qui va compter jusqu'à la guerre parmi les revues surréalistes les plus actives. La même année, il est à l'origine de la présentation de Guernica à Londres, aux New Burlington Galleries. Après la guerre, l'exemple du M.O.M.A. (Musée d'art moderne de New York) l'amène à fonder l'I.C.A. (Institut des arts contemporains) qui va peu à peu transformer la vie artistique londonienne en offrant une tribune aux avant-gardes continentales.

Exposition surréaliste de Londres

Exposition surréaliste de Londres

Photographie

Les participants à la première Exposition internationale du surréalisme organisée à Londres par Roland Penrose, en 1936. On reconnaît notamment, au fond, Salvador Dalí, Paul Eluard, Roland Penrose. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Parallèlement, il constitue une collection qui va bientôt prendre une extension considérable avec l'achat de celles de René Gaffé, ami de Mesens (douze Picasso cubistes, douze Chirico, douze Miró), et surtout d'Eluard en 1938 (Chirico, Tanguy, Miró, Magritte, Dalí, Klee et quarante Max Ernst, presque tous de premier ordre). Dispersé peu à peu, ce fabuleux ensemble enrichira les plus grands musées, et notamment la Tate Gallery (La Femme qui pleure de Picasso, l'Éléphant Célèbes d'Ernst). Lui-même a tenté une carrière d'artiste « surréalisant » (première exposition à Paris en 1928). Sa production en ce domaine reste de second plan mais reflète, dans un étonnant kaléidoscope, celle de ses amis les plus éminents : Ernst surtout, mais aussi Picasso, Dalí, Magritte, Brauner et même Hélion (en 1934). On y trouve de beaux objet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art moderne et contemporain à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification

Pour citer l’article

Jean-Paul BOUILLON, « PENROSE ROLAND - (1900-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-penrose/