DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis Ferdinand de Saussure, on a coutume en linguistique de distinguer l'approche diachronique et l'approche synchronique du langage. Est dite « diachronique » une approche qui s'intéresse à l'évolution d'une langue au cours de son histoire. Une approche « synchronique » ne prend au contraire en compte qu'un seul et unique état de la langue considérée. Ainsi, si l'on étudie l'évolution de l'ordre des mots dans la phrase depuis l'ancien français jusqu'au français moderne, on adopte une perspective diachronique ; en revanche, si l'on étudie l'ordre des mots dans la phrase tel qu'il se manifeste seulement en français moderne, ou bien en ancien français, et sans en considérer sur l'évolution, on adopte une perspective synchronique.

Deux approches de l'étude de la langue

Avant Saussure, les deux points de vue étaient assez largement confondus : ainsi les tenants de la linguistique historique du xixe siècle (comparatistes et néo-grammairiens) tendaient-ils à tout expliquer – y compris les faits synchroniques – en termes diachroniques. C'est à Saussure qu'il revient d'avoir exposé la nécessité méthodologique et théorique de distinguer les deux perspectives, et justifié l'autonomie d'une approche synchronique de la langue à l'égard de la diachronie. Dans la première partie de son Cours de linguistique générale (1916, rééd. 1995), il introduit la différence entre la linguistique synchronique (ou « linguistique statique ») et la linguistique diachronique (ou « linguistique évolutive ») au titre des principes généraux fondant la possibilité même d'une étude scientifique de la langue : pour lui, il s'agit de « deux routes absolument divergentes ». La linguistique synchronique, à laquelle est ensuite consacrée la deuxième partie du Cours, doit « s'occuper des rapports logiques et psychologiques reliant des termes coexistants et formant système, tels qu'ils sont aperçus par la même conscience collective », alors que la linguistique diachronique, qui fait l [...]

Ferdinand de Saussure

Ferdinand de Saussure

Photographie

Ferdinand de Saussure (1857-1913), dont l'œuvre, essentiellement orale, fut transmise par ses élèves qui éditèrent son Cours, a posé les fondements scientifiques de la linguistique structurale, et déterminé par là une nouvelle approche des sciences de l'homme. Portrait de F. de Saussure,... 

Crédits : AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_6061

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « Dictionnaires diachroniques ou panchroniques »  : […] Le modèle diachronique ou historique est suivi par les ouvrages dont la nomenclature regroupe un vocabulaire pluriséculaire. À l'inverse des précédents, il mêle les usages de différents états de langue, ce qui limite l'emploi de méthodes structurales et fonctionnelles. Une pratique courante est d'inclure dans la nomenclature des « dictionnaires culturels » des mots ou des usages littéraires ancie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictionnaire/#i_6061

ÉTYMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 5 463 mots

Dans le chapitre « La notion de « champ linguistique » »  : […] Deux innovations ont, dans la première moitié du xx e  siècle, marqué profondément, et de façon contradictoire, la recherche étymologique. La création puis la rapide extension, à partir de 1918, de la « géographie linguistique » (étude des faits de langue dans leur dimension spatiale et non plus exclusivement temporelle) fit faire à l'étymologie u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etymologie/#i_6061

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces cau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_6061

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouveaux procédés d'analyse et de comparaison »  : […] Durant les dernières décennies se sont créées et développées de nouvelles méthodes en linguistique comparative pour la reconstruction des protolangues. Certaines de ces recherches ont vu le jour en linguistique générale, et plus spécialement dans la synchronie. Leur application à la diachronie a été riche de conséquences. Parmi ces méthodes, il faut faire mention de la théorie de l'information et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeen/#i_6061

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Ferdinand de Saussure »  : […] Saussure isolait la langue, comme système social, de la parole, comme exécution individuelle ; dans la langue, il éliminait la « substance » sonore et psychique pour ne retenir que la « forme », c'est-à-dire les rapports purement différentiels et oppositifs entre éléments, qu'il s'agisse des phonèmes ou des valeurs lexicales ; pour appréhender la langue dans la solidarité systématique de ses élém […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_6061

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langue et parole »  : […] L'opposition langue/parole, qui a connu une grande fortune, vise à distinguer le langage comme fait social et le langage comme fait individuel. Assez mal définie sur le fond, cette opposition a donné lieu à diverses réinterprétations ultérieures : code objectif indépendant des utilisateurs/acte libre d'utilisation de ce code par les sujets, code universel/codes particuliers (ou « idiolectes »), a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_6061

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Les langues comme observatoire de l'inconscient »  : […] Qu'il s'agisse de forme ou de substance, Freud recourt souvent aux données de langue pour garantir la psychanalyse, conçue comme une science empirique. En effet, du point de vue de Freud (rappelons qu'il est contemporain de Mach), tout concept de la psychanalyse peut et doit être considéré comme le sténogramme d'un certain nombre de propositions empiriques élémentaires, traitant de données d' obse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_6061

LINGUISTIQUE HISTORIQUE ET LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Antoine Meillet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 768 mots

Dans le chapitre « Les langues et leur contexte »  : […] Antoine Meillet, qui annonce l'avènement d'un nouvel âge du comparatisme, commence par dresser le bilan de la discipline. Son analyse ne remet pas en cause la qualité des descriptions mais la portée des trois explications retenues, à commencer par les « lois phonétiques ». Ce dernier terme fait référence à l'école allemande des néo-grammairiens Brugmann et Osthoff (1878). S'il reprend leur apparei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-historique-et-linguistique-generale/#i_6061

SAUSSURE FERDINAND DE (1857-1913)

  • Écrit par 
  • André MARTINET
  •  • 1 442 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Portée et limites d'une œuvre »  : […] Le grand dessein de Saussure est d'étudier « la langue envisagée en elle-même et pour elle-même ». Latent ou exprimé, il existe chez un prédécesseur, l'Américain W. D. Whitney, et deux contemporains, les Polonais de Russie, Baudouin de Courtenay et Kruszewski, dont on sait que Saussure les tenait en grande estime. Mais, sans diminuer l'importance de la contribution de Baudouin à la genèse de la ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-de-saussure/#i_6061

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des théories du sens »  : […] Le sens existe donc. Mais il y a loin de l'évidence intuitive à la reconnaissance théorique. La méfiance des linguistes envers l'étude du sens apparaît d'abord dans le fait que l'acte de naissance officiel de la sémantique est relativement tardif : c'est à la fin seulement du xix e  siècle que grâce à Michel Bréal, précédé il est vrai par les phi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_6061

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genève, Paris et l'héritage saussurien »  : […] L'existence même d'une école genevoise, dont Saussure aurait été le fondateur, est loin d'être assurée, et sa position vis-à-vis de la linguistique structurale qui se réclame de Saussure est nuancée. Les disciples directs, rédacteurs du Cours de Saussure, Charles Bally, 1865-1947 ( Linguistique générale et linguistique française , 1932), et Albert Sech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_6061

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diachronie-et-synchronie-linguistique/