CORELLI ARCANGELO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période qui s'étend approximativement de 1680 à 1710 a été déterminante dans l'histoire des formes musicales. Au cours de ces quelque trente ans, la sonate préclassique a pris sa forme la plus achevée, le concerto grosso est né, préparant les voies à la symphonie. Cette évolution est essentiellement l'œuvre d'une génération de violonistes italiens dont Arcangelo Corelli est le chef de file et le guide incontesté, comme technicien et virtuose du violon, comme pédagogue, comme compositeur.

Arcangelo Corelli

Arcangelo Corelli

Photographie

Le compositeur, pédagogue et violoniste virtuose italien Arcangelo Corelli (1653-1713), fondateur de la technique moderne des instruments à archet. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Un maître de l'école italienne

La biographie de Corelli est simple si on la débarrasse d'un certain nombre d'anecdotes dont la plupart sont controuvées (parmi les plus tenaces : celle de son éducation musicale auprès du « vieux » Giovanni Battista Bassani, qui était en réalité son cadet de cinq à six ans ; celle d'un séjour à Paris, d'où il aurait été chassé par la jalousie de Lully, alors qu'à l'époque où l'on situe ce voyage il avait tout juste dix-neuf ans, aucune œuvre derrière lui, pas la moindre réputation hors de son pays, rien qui pût inquiéter Lully au faîte de sa gloire). Né en 1653, il se montra précocement doué ; il eut à dix-sept ans l'honneur d'être admis à faire partie de la célèbre Accademia Filarmonica de Bologne. On pense qu'il gagna Rome l'année suivante pour n'en bouger à peu près plus ; il s'y rendit rapidement célèbre et y mourut en 1713, comblé d'honneurs, admiré de l'Europe entière.

L'émancipation de la mélodie

Son art du violon était fondé sur une conception qui devait être celle de toute la grande école italienne et de ses dérivées, les écoles franco-belge, anglaise et allemande, conception selon laquelle le violon était l'équivalent ou le pendant instrumental de la voix humaine. On lui attribue cette observation : « Non udite lo parlare ! » (« Vous ne l'entendez pas parler ! ») qui anticipe sur le « per ben suonare, bisogno ben cantare » (« pour bien jouer il est nécessaire de bien chanter ») de Giuseppe Tartini. Corelli vivait à une époq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORELLI ARCANGELO (1653-1713)  » est également traité dans :

CORELLI ARCANGELO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 362 mots

17 février 1653 Arcangelo Corelli naît à Fusignano, entre Ravenne et Bologne.1670 Corelli entre à l'Accademia Filarmonica de Bologne.1675 Installé à Rome, Corelli travaille comme violoniste dans des églises et des théâtres.1681 Corelli fait publier à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corelli-reperes-chronologiques/

DOUZE SONATES, OPUS 5 (A. Corelli)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 278 mots
  •  • 1 média

Les quatre premiers recueils de sonates en trio d'Arcangelo Corelli résument l'évolution de cette forme ; mais c'est celui de 1700 – la célèbre Opera quinta – qui exercera l'influence la plus durable en affirmant l'indépendance du violon : en témoignent les 42 éditions au moins qui en ont été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douze-sonates-opus-5/#i_10868

CONCERTO

  • Écrit par 
  • Ida GOTKOVSKY
  •  • 1 179 mots

Dans le chapitre « Le concerto grosso »  : […] Après un siècle de tâtonnements apparaît vers 1680 le concerto grosso , dont il revient à Corelli d'avoir fixé la forme et l'équilibre. Dans le concerto grosso, un petit ensemble de musiciens solistes, le concertino , est opposé à la masse de l'orchestre aussi nombreuse que possible et qui, pour cette raison, prend le nom de concerto grosso (terme qui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto/#i_10868

Concerto grosso op. 6 n° 8, CORELLI (Arcangelo)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 446 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Arcangello Corelli accomplit la quasi-totalité de sa carrière à Rome, où il acquiert la célébrité comme violoniste virtuose, maître de chapelle et compositeur. Curieusement, à l'encontre de tous ses contemporains italiens, il n'écrira jamais pour la voix. Son catalogue, qui ne comprend donc ni musique sacrée ni opéra, est riche de six recueils de douze œuvres pour son instrument ; dans les cinq pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto-grosso-op-6-n-8-corelli-arcangelo/#i_10868

COUPERIN LES

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 518 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La musique de chambre »  : […] Couperin a pratiqué la musique de chambre durant toute sa vie. Ses premières œuvres accusent une influence très forte de l'Italie, au point que la première sonate a pu être jouée sous un nom d'emprunt italien. De fait, écrire vers 1692 une sonate en trio, c'était imiter la nouveauté italienne. Cette sonate (dénommée La Pucelle , la première composée en France) sut plaire ; el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couperin/#i_10868

GEMINIANI FRANCESCO SAVERIO (1687-1762)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 360 mots

Élève de Corelli pour le violon, à Rome, Geminiani est aussi l'élève d'Alessandro Scarlatti, à Naples, pour la composition. S'il est l'un des plus brillants représentants de l'école issue de Corelli, son tempérament le portait à l'opposé de son maître : la vivacité et la stravaganza de son jeu comme de son tempérament lui causèrent des difficultés tout au long de sa vie. À N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-saverio-geminiani/#i_10868

MUFFAT GEORG (1653-1704)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 824 mots

Organiste et compositeur, véritable génie cosmopolite. Né à Megève (Savoie) d'une mère française et d'un père soldat de l'armée autrichienne, dont la famille était originaire d'Angleterre et d'Écosse, Georg Muffat est l'un des plus grands musiciens autrichiens. Il porta notamment la musique d'orgue de l'Allemagne méridionale au plus haut niveau qu'elle ait connu à l'époque baroque : ses toccatas s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-muffat/#i_10868

VIOLON, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] La littérature pour violon est extrêmement riche. Dès la fin du xvii e  siècle, les compositeurs confient à cet instrument un rôle de soliste. Le temps est venu des virtuoses, qui sont souvent des compositeurs de grand renom, comme Arcangelo Corelli (1653-1713) ou Antonio Vivaldi (1678-1741). Peu à peu s'élabore une technique instrumentale spécif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violon-en-bref/#i_10868

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PINCHERLE, « CORELLI ARCANGELO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arcangelo-corelli/