Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CORN BELT ou CORN-SOY BELT

Le Corn Belt, littéralement « ceinture de maïs », situé au sud de Chicago et des Grands Lacs d’Amérique du Nord, figure, avec la Pampa argentine, parmi les principaux greniers du monde. Traversé par la haute vallée du Mississippi et centré sur les États de l’Indiana, de l’Illinois et de l’Iowa, il est aujourd’hui très largement spécialisé dans la production d’une céréale, le maïs, et d’une graine oléagineuse, le soja, les deux jouant ensemble un rôle majeur dans l’alimentation des élevages industriels. On utilise d’ailleurs de plus en plus souvent aux États-Unis l’expression de Corn-Soy Belt (Soy pour soybean, qui signifie soja en anglais).

La culture de ces plantes – toutes deux semées au printemps et récoltées à l’automne, ce qui permet à la production de ne pas risquer de pâtir d’hivers très rigoureux – bénéficie de conditions particulièrement favorables dans le Corn Belt, en raison de ses terres noires, très riches en humus et très fertiles (qu’il a fallu toutefois drainer avant leur mise en valeur), et de conditions climatiques estivales, à la fois chaudes et humides, qui permettent d’obtenir des rendements très élevés, même sans irrigation. Les rendements en maïs y sont, de façon courante, de l’ordre de 100 quintaux par hectare.

Les exploitations agricoles sont dans l’ensemble de très grandes dimensions. Dans les secteurs de cash-grainfarming – spécialisés dans la production de grains destinés à être vendus –, comme l’Illinois central et oriental, elles dépassent le plus souvent les 500 hectares. Ces grains sont vendus aux États-Unis même à des éleveurs ou, après avoir été transportés par des convois de péniches de grande taille sur le Mississippi, sont exportés depuis le port de La Nouvelle-Orléans. Dans l’Iowa, la taille des exploitations est en général plus réduite qu’en Illinois central, et les agriculteurs, afin d’obtenir des revenus suffisants, doivent être également éleveurs : leurs grains leur servent alors à nourrir du bétail pour produire de la viande (viandes de porc ou de bœuf, principalement).

Le Corn Belt a toujours été à la pointe des progrès techniques. C’est en Illinois (à Moline) que John Deere a mis au point, au milieu du xixe siècle, ses premières charrues d’acier, les fameuses MolinePlows, qui ont permis le défrichement de la Prairie, formation végétale qui, avant l’arrivée des Européens, occupait une grande partie de l’actuel Corn-Soy Belt. C’est en Illinois et en Iowa qu’ont été créés, dans les années 1930, les premiers maïs hybrides (dont le célèbre Iowa 4417), permettant des rendements jusqu’à trois fois supérieurs à ceux des maïs traditionnels. C’est aussi dans le Corn-Soy Belt qu’on a commencé à utiliser, au milieu des années 1990, les premières semences génétiquement modifiées pour le soja et le maïs. Depuis 2010, plus de 90 p. 100 du soja et du maïs du Corn-Soy Belt proviennent de plantes génétiquement modifiées (P.G.M.) tolérantes aux herbicides de la famille des glyphosates et/ou résistantes aux attaques de différents insectes ravageurs des cultures. Cette adoption généralisée des P.G.M. a réduit le temps de travail des agriculteurs – en particulier en facilitant l’emploi de la technique du « semis direct », c’est-à-dire du semis sans labour – et favorisé une concentration encore plus importante des structures d’exploitation. Parallèlement et depuis 2005, le Corn-Soy Belt s’est couvert d’un très grand nombre d’usines produisant du bioéthanol à partir du maïs. Cela a contribué à l’envolée des cours de cette céréale, situation très favorable aux agriculteurs qui pratiquent le cash-grainfarming, mais pénalisante pour les éleveurs qui doivent acheter des grains afin de nourrir leur bétail dans des feedlots (parcs d’engraissement du bétail).

Le Corn Belt est soumis[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Catherine LEFORT, Laurent VERMEERSCH
    • 19 922 mots
    • 19 médias
    ...de 1970 et 1980, on distinguait : la Dairy Belt (produits laitiers), dans les régions fraîches et humides de la Nouvelle-Angleterre aux Grands Lacs ; la Corn Belt (maïs), plus au sud, de l'Ohio au Nebraska ; la Tobacco Belt (tabac), dans le Centre-Est au climat déjà subtropical (Kentucky, Virginie)...
  • MAÏS

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET
    • 2 949 mots
    • 5 médias
    ...roumaines. Sur les autres continents, les principales régions productrices de maïs sont le nord de la Pampaargentine, le sud du Brésil ainsi que le Corn Belt des États-Unis qui est situé au sud de Chicago et des Grands Lacs et centré sur les États d'Iowa, d'Illinois et d'Indiana. Toutes ces régions...
  • MIDDLE WEST

    • Écrit par Florence NUSSBAUM
    • 1 992 mots
    • 1 média
    ...Célèbre pour ses paysages de champs cultivés à perte de vue, le Midwest constitue en effet la principale zone de production du maïs aux États-Unis : la « ceinture du maïs » (Corn Belt) s’étend du Nebraska à l’Indiana et plus au nord dans le Wisconsin, le Minnesota et une partie du Dakota du Sud. ...
  • OLÉAGINEUX

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET
    • 7 310 mots
    • 13 médias
    ...grain farms américaines, exploitations spécialisées dans la production de grains (céréales et graines oléagineuses) pour la vente, comme celles du Corn Soy Belt (« ceinture du maïs et du soja ») des États-Unis. Dans le nord de la Pampaargentine, dans l'arrière-pays de Rosario, le soja...

Voir aussi