ROSARIO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville de la province argentine de Santa Fe, étalée sans grâce sur la rive droite du Paraná, Rosario comptait 1,1 million d'habitants au recensement de 2001. Elle est née comme Bahia Blanca dans les années 1880-1890 d'un bon site portuaire, au moment où s'organisait la mise en valeur agricole de la pampa. C'est une compagnie française qui obtint le monopole de la construction et de l'exploitation du port au terminus de la voie ferrée du Central-Córdoba. Tout un faisceau de voies ferrées, aujourd'hui doublées par la route, fut dessiné pour desservir les hangars à grains puis les élévateurs et le frigorifique qui s'alignent au pied de la barranca, le talus limoneux dominant le fleuve. Située au cœur des colonies agricoles de la pampa humide, Rosario en est devenue la véritable métropole commerciale et industrielle. Siège d'une Bourse des céréales fort active, qui contrôle les transactions sur le maïs et les oléagineux, elle assure aussi l'essentiel des services techniques et bancaires pour la partie la plus riche et la plus densément peuplée de l'espace rural pampéen, jusque dans la moitié orientale de la province de Córdoba, à l'est. Cependant, la croissance de la ville de Córdoba a toujours dépassé celle de Rosario, longtemps cantonnée dans des fonctions de services, amputée de tout rôle politico-administratif supérieur et subissant la concurrence des activités industrielles qui ont essaimé en amont et en aval en fonction de décisions prises à Buenos Aires. Néanmoins, à la différence de Córdoba, qui concentre en elle-même toutes les activités, Rosario reste l'animatrice directe d'une proche région dense, complexe, étendue, à la fois urbaine et rurale et riche d'activités productives déterminantes. Elle demeure, grâce à son port fluvial moderne, la ville exportatrice des produits de la pampa (céréales, viandes, laine, cuirs) et elle a su se doter d'industries connexes (tanneries, travail du bois) et d'un complexe sidérurgique à l'origine d'unités de constructions mécaniques. Durement affectée par la crise industrielle des années 1990, Rosario a su se reconvertir, notamment grâce au développement de la culture de soja (traitement et expédition), et a su valoriser ses activités culturelles et universitaires.

Argentine : carte administrative

Argentine : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Argentine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

—  Romain GAIGNARD

Écrit par :

  • : maître assistant des facultés des lettres et sciences humaines, professeur à l'université nationale de Cuyo-Mendoza, Argentine

Classification


Autres références

«  ROSARIO  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 811 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'Argentine pampéenne »  : […] L'Argentine pampéenne bénéficie à la fois des conditions agroclimatiques exceptionnelles de la Pampa, de l'implantation du réseau urbain le plus dense et des meilleures infrastructures de transport et d'exportation. La plaine de la Pampa s'étend sur plus de 500 000 kilomètres carrés, parvenant vers le sud jusqu'à Bahía Blanca, à l'ouest jusqu'à San Luís et au nord jusqu'à Santa Fe et Córdoba. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_37588

Pour citer l’article

Romain GAIGNARD, « ROSARIO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosario/