IPHICRATE (env. 415-354 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Stratège athénien. Issu d'un milieu humble — son père était cordonnier —, selon Plutarque, Iphicrate dispose cependant d'un avantage : les relations entre sa famille et celle de Conon. Il participe à la bataille de Cnide en ~ 394. La guerre de Corinthe, où de ~ 393 à ~ 390 il commande un détachement de mercenaires au service d'Athènes, sert de tremplin à sa carrière. Ses succès amènent les Spartiates à rompre le blocus et montrent son génie militaire : il entreprend une série de réformes qui touchent l'armement et la tactique en créant un corps d'infanterie légère, les peltastes, qu'il forme à la guérilla. Lié à la faction politique dirigée par Argyrrhios et Conon, il est envoyé défendre, en ~ 388, les intérêts athéniens dans l'Hellespont, peut-être comme stratège, mais il dispose de ses propres troupes, celles qu'il a formées pendant la guerre de Corinthe. Il y opère avec succès jusqu'à la paix du roi négociée par le Spartiate Antalcidas (~ 386). Il ne retourne pas à Athènes, mais entre au service des rois thraces : Seuthès, puis son fils Cotys. Il permet à ce dernier de conquérir la totalité du royaume et de s'imposer comme seul souverain. Iphicrate n'est plus un stratège athénien, mais un chef de mercenaires qui a conclu une alliance personnelle avec Cotys dont il épouse la fille (~ 386 ou ~ 384). En récompense, il obtient aussi un domaine en Thrace : la ville de Drys, située entre Maroneia et Ainos. Cette alliance va dans le sens des intérêts athéniens et le rapproche d'Athènes qui l'emploie à nouveau. De ~ 379 à ~ 374, il est délégué par l'ecclesia comme stratège, en mission extraordinaire au service de la Perse qui lutte contre l'Égypte révoltée. Iphicrate est chef des mercenaires grecs et membre de l'état-major. L'expédition échoue en raison des divergences de vues sur la tactique à suivre qui se font jour entre le Perse Pharnabaze et Iphicrate. Celui-ci rentre secrètement à Athènes pour échapper aux manœuvres de Pharnabaze et noue une alliance politique avec Callistratos et Chabrias (procès contre Timothée en ~ 373). Élu stratège, il est à la pointe de l'actualité politique et militaire, envoyé sur tous les fronts : Corcyre, le Péloponnèse, en Macédoine, devant Amphipolis où il échoue. Relevé de son commandement, en révolte ouverte contre Athènes, il repasse au service de Cotys (~ 363) qu'il abandonne et se réfugie à Antissa (Lesbos) puis à Drys. C'est la première fois qu'un chef de mercenaires combat contre sa patrie. Il amorce un rapprochement avec Athènes par une alliance avec Timothée (mariage du fils d'Iphicrate et de la fille de Timothée). En ~ 356, il reçoit avec son fils Menesthée et Timothée le commandement d'une expédition contre les alliés révoltés. Après la défaite d'Embata, Iphicrate et son fils sont acquittés lors du procès intenté contre les trois stratèges (~ 354). Selon Démosthène, il est encore vivant en ~ 348 ; sa mort est donc postérieure à cette date.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IPHICRATE (env. 415-354 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le ive siècle : crise de la cité »  : […] La guerre du Péloponnèse bouleversait donc l'équilibre qui s'était établi en Grèce dans les premières décennies du v e  siècle. Le monde grec au iv e  siècle porte la marque des transformations qui s'opérèrent alors. Toutes ne furent pas immédiatement perceptibles, mais elles intervinrent à plus ou moins long terme et précipitèrent le déclin de la cité grecque. La guerre avait d'abord entraîné des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne-Marie LARRIBEAU, « IPHICRATE (env. 415-354 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/iphicrate/