CONTES DE MA MÈRE L'OYE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au xviie siècle, cette expression, comme celle de contes de Peau d'Âne, est synonyme de contes de fées. Le titre d'un conte particulièrement connu (ici, celui de Berthe au grand pied, autrement dit celui de La Reine Pédauque, pourvue, comme son nom l'indique, de pattes d'oie) sert de dénomination générique pour désigner l'ensemble de ces récits. Autres synonymes significatifs que l'on découvre dans la première édition du Dictionnaire de l'Académie française (1694) : contes « bleus », contes « violets ». Appellation qu'il faut rapprocher du titre de certaines collections destinées au grand public de notre époque et qui associent avec habileté une couleur symbolique au type de plaisir promis au lecteur : Bibliothèques verte, rose, rouge et or, blanche, Séries noire, blême, etc. L'expression « Contes de ma mère l'Oye » aurait vraisemblablement sombré dans l'oubli comme cela risque d'arriver à certaines de celles qui viennent d'être citées. Un hasard l'a maintenue jusqu'à nos jours. On la retrouve dans le cartouche qui orne le frontispice du recueil de contes en prose publié en 1697 par Charles Perrault. Est-ce à cause de son caractère énigmatique ? Elle a connu une étrange fortune et s'est imposée au point que le grand public croit d'une manière assez générale que c'est là le titre du célèbre petit livre qui, en fait, porte celui de Histoires ou contes du temps passé avec des moralités. Une analyse interdisciplinaire, à partir de données convergentes, a montré, en 1972, que le titre de Contes de ma mère l'Oye superposé au premier et fort étrange est, en réalité, le plus bref des Contes de Perrault et un épisode de la querelle des Anciens et des Modernes : une croyance populaire prétendait que les oies et les jars mutilaient les petits garçons. Ce sous-titre apparaît donc comme une allusion à l'impuissance de Boileau qui, en réalité, n'a pas, comme de mauvaises langues le prétendent encore à notre époque, été castré par un oiseau de basse-cour, mais fut opéré de la pierre à l'âge de onze ans, ce qui entraî [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification


Autres références

«  CONTES DE MA MÈRE L'OYE  » est également traité dans :

BARBE-BLEUE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 465 mots

Héros d'un conte célèbre, Barbe-Bleue épouse puis tue plusieurs femmes, en prétextant un interdit violé, mais la dernière lui échappe par ruse et le fait mettre à mort. Le nom est devenu synonyme d'homme cruel et sanguinaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbe-bleue/#i_6141

BELLE AU BOIS DORMANT LA

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 431 mots

Elle bénéficie de tous les dons possibles, mais un maléfice l'endort pour cent ans. Le prince charmant la réveille ; toutefois, ses épreuves sont loin d'être achevées. La Belle est l'héroïne du premier des Contes de ma mère l'Oye, recopié dès 1695 dans le manuscrit offert à la jeune duchesse d'Orléans par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belle-au-bois-dormant-la/#i_6141

CARABAS MARQUIS DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 362 mots

Titre que le Chat botté attribue à son maître, fils cadet d'un meunier, dans le célèbre conte tiré du recueil de Perrault, Contes de ma mère l'Oye (1697). Le narrateur ne fournit aucune précision sur ce marquisat de fantaisie, devenu synonyme de noblesse d'emprunt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marquis-de-carabas/#i_6141

CENDRILLON

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 525 mots

De la cendre au trône : tel est le parcours de l'héroïne méprisée puis triomphante d'un des contes les plus appréciés du répertoire oral, essentiellement connu à notre époque par trois célèbres versions imprimées : La Gatta Cenerentola, dans le Pentamerone (1634) de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cendrillon/#i_6141

CHAT BOTTÉ LE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 498 mots

Un chat serviable et sans scrupules assure par ses ruses la fortune de son maître. S'agit-il, comme l'assure l'interprétation ritualiste, d'un conte sur un animal « totem » (chat, renard, chacal, gazelle ou éléphant blanc) et qui concernerait l'intronisation d'un roi chargé d'assurer la prospérité des récoltes ? L'histoire date vraisemblablement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-chat-botte/#i_6141

CONTES, Charles Perrault - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 218 mots

ridicules (1693) et Peau d'Âne (1694) furent ajoutés par la suite dans l'édition Lamy de 1781. L'autre titre parfois donné au recueil, Contes de ma mère l'Oye (allusion aux fées aux pieds palmés, les fées « pédauques » médiévales, et aux nourrices qui parlent en cacardant comme des oies), a seulement figuré sur un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-charles-perrault/#i_6141

PERRAULT CHARLES (1628-1703)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 1 764 mots

Dans le chapitre « Les « Contes » : leur succès et leurs problèmes »  : […] En 1695, un cahier calligraphié par un copiste et richement relié est offert à Mademoiselle, petite-nièce de Louis XIV. Il contient cinq « contes de ma mère l'Oye », expression générique inscrite dans une pancarte qui sert de cartouche au frontispice de F. Clouzier et qui signifie à l'époque « contes de bonne femme ». Le recueil contient, dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-perrault/#i_6141

PETIT CHAPERON ROUGE LE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 417 mots

Une jolie fillette ne se méfie pas du loup. Il la mange. Paradoxe : ce récit qui finit mal est le seul des Contes de ma mère l'Oye (1697) qui appartienne organiquement au répertoire de l'enfance. C'est qu'il relève de la catégorie des « contes d'avertissement », destinés à prévenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-petit-chaperon-rouge/#i_6141

PETIT POUCET LE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 367 mots

Petit mais rusé, il triomphe de toutes les embûches et s'empare des richesses de l'Ogre. L'explication mythologique (G. Paris) a cru identifier en Poucet et ses frères les étoiles de la Grande Ourse ; les « ritualistes » y ont vu un récit d'épreuves initiatiques, ce qui expliquerait l'absence de scrupules du héros […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-petit-poucet/#i_6141

RIQUET À LA HOUPPE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 451 mots

Laid mais intelligent, le prince Riquet a le pouvoir de donner de l'esprit à celle qu'il aimera. Une princesse stupide mais belle dispose du don de rendre beau l'homme qu'elle choisira pour mari. Les deux jeunes gens finissent par se rencontrer et par échanger esprit contre beauté. Tel est le sujet du septième récit du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/riquet-a-la-houppe/#i_6141

SŒUR ANNE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 336 mots

Un des personnages les plus célèbres du recueil des Contes de ma mère l'Oye (1697) bien qu'il n'y joue qu'un rôle modeste. C'est la belle-sœur de la Barbe-Bleue. Elle guette sur le haut de la tour du château l'arrivée salvatrice de ses frères. Sœur Anne est très souvent invoquée et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soeur-anne/#i_6141

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « CONTES DE MA MÈRE L'OYE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-ma-mere-l-oye/