CHAT BOTTÉ LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un chat serviable et sans scrupules assure par ses ruses la fortune de son maître. S'agit-il, comme l'assure l'interprétation ritualiste, d'un conte sur un animal « totem » (chat, renard, chacal, gazelle ou éléphant blanc) et qui concernerait l'intronisation d'un roi chargé d'assurer la prospérité des récoltes ? L'histoire date vraisemblablement de temps très lointains, car la présence d'animaux secourables, comme le montre V. Propp dans Les Racines historiques des contes, est généralement un signe d'ancienneté.

Le conte est largement répandu en Europe et au-dehors. On le retrouve dans plusieurs grandes collectes, par exemple le Pentamerone de Basile (Gagliuso, ii, 4) ou Les Facétieuses Nuits de Straparole (Constantin le Fortuné, xi, 1). Il porte le numéro 545 dans la classification internationale Aarne-Thompson. L'épisode du chat qui mange l'Ogre est dû à la contamination de deux motifs, celui du CT 325, Le Magicien et son élève, où l'élève magicien changé en renard mange son maître changé en graine, et le motif du CT 331, L'Esprit (ou le Diable) dans une bouteille, où le héros met au défi son adversaire de rapetisser et en profite pour l'enfermer.

Ce conte présente un intérêt particulier sous l'angle morphologique. Il combine la structure statique, disjonctive, ouverte, des contes animaliers (les divers « tours de souplesse » du chat dans la première partie du récit) et la structure dynamique, comportant disjonction, épreuves puis conjonction et triomphe final qui caractérise le conte merveilleux. Il pourrait donc s'agir d'une sorte de fossile, structure rare témoignant de la façon dont on est passé du conte animalier au conte merveilleux, et vice versa.

La célèbre version du recueil Contes de ma mère l'Oye (1697) omet un détail charmant, fréquent dans les versions orales : le chat ou le renard doré séduit bêtes et gens en leur promettant une dorure de sa queue. Les bottes que le chat réclame au fils du meunier ne se rencontrent que dans la version des Perrault ou dans celles qui s'e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification


Autres références

«  CHAT BOTTÉ LE  » est également traité dans :

BASILE GIAMBATTISTA (1575-1632)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 857 mots

Napolitain engagé dans l'armée vénitienne, c'est lorsqu'il se trouvait en garnison dans l'île de Candie, que Giambattista Basile fut admis à l'Académie des extravagants, fondée par le noble vénitien Andrea Cornaro. Rentré dans sa patrie en 1608, il ne quittera plus le territoire de Naples que pour un séjour de quelques mois à Mantoue en 1612-1613. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giambattista-basile/#i_92737

CARABAS MARQUIS DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 362 mots

Titre que le Chat botté attribue à son maître, fils cadet d'un meunier, dans le célèbre conte tiré du recueil de Perrault, Contes de ma mère l'Oye (1697). Le narrateur ne fournit aucune précision sur ce marquisat de fantaisie, devenu synonyme de noblesse d'emprunt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marquis-de-carabas/#i_92737

PERRAULT CHARLES (1628-1703)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 1 764 mots

Dans le chapitre « Les « Contes » : leur succès et leurs problèmes »  : […] Petit Chaperon rouge, La Barbe-Bleue, Le Chat botté, Les Fées. En février 1697, le recueil paraît chez Barbin, augmenté de trois nouveaux récits : Cendrillon, Riquet à la houppe et Le Petit Poucet. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-perrault/#i_92737

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « CHAT BOTTÉ LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-chat-botte/