CONSERVATION ET RESTAURATION DES COLLECTIONS PHOTOGRAPHIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Autoportrait, R. Cornelius

Autoportrait, R. Cornelius
Crédits : Robert Cornelius/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Lanternes de papier, F. Beato

Lanternes de papier, F. Beato
Crédits : Felice Beato/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Brassaï

Brassaï
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Saint-Rémy, É.-D. Baldus

Saint-Rémy, É.-D. Baldus
Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

photographie

Tous les médias


Matériaux et principaux types d'altération

La complexité de la conservation-restauration des photographies, dans un monde où la reproduction des images est pratiquement infinie, est avant tout liée à la diversité des procédés techniques – ainsi qu'aux ambiguïtés de terminologie et aux difficultés d'analyse de la fonction patrimoniale de ces objets. La nature des supports, des couches sensibles, des couches protectrices additionnelles ou des modes de présentation des images sont autant d'éléments qui réagiront différemment aux conditions environnementales et aux manipulations.

Si, historiquement, un très grand nombre de matériaux ont pu être employés, les supports les plus courants sont le verre, les matériaux synthétiques ou le papier. Ce dernier est utilisé tel quel ou, au xixe siècle, avec des liants additionnels. À partir de la fabrication industrielle des émulsions, les supports reçoivent une couche supplémentaire de sulfate de baryum. Au début des années 2000, les tirages noir et blanc ou couleurs sont majoritairement obtenus sur des papiers plastiques (en sandwich entre deux couches de polyéthylène ) ou sur polyester opacifié. Les plus anciens supports synthétiques utilisés par l'industrie pour produire des négatifs ou des positifs transparents sont en nitrate de cellulose. Intrinsèquement instables et auto-inflammables à fortes températures, les films en nitrate de cellulose dégagent par décomposition des gaz toxiques, dangereux pour la santé humaine et néfastes pour les collections avoisinantes. Ils furent donc remplacés progressivement par les supports « de sécurité », en acétate de cellulose. Les liants utilisés dans la fabrication des couches sensibles sont également très nombreux. Les plus courants furent l'amidon, l'albumine, le collodion ou la gélatine, qui tous possèdent des mécanismes d'altération spécifiques et réagissent différemment face à des agents tels que l'humidité, la température, la pollution ou la lumière.

Brassaï

Brassaï

Photographie

Le photographe Gyula Halasz, dit Brassaï (1899-1984) étudiant un négatif à sa table de travail. Photographie en noir et blanc, avril 1970. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Saint-Rémy, É.-D. Baldus

Saint-Rémy, É.-D. Baldus

Photographie

Édouard-Denis Baldus, Saint-Rémy, vers 1851, papier albuminé contrecollé sur carton crème, 20,9 cm x 27,3 cm. Musée d'Art moderne de Saint-Étienne. 

Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

Afficher

Charles Cros

Charles Cros

Photographie

Le poète et inventeur français Charles Cros (1842-1888). Photographie (collodion sur verre) réalisée vers 1880 par l'atelier Nadar. 

Crédits : AKG

Afficher

Les photographies argentiques monochromes, qu'elles soient obtenues par noircissement direct, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directrice de l'Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris (A.R.C.P.), Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne CARTIER-BRESSON, « CONSERVATION ET RESTAURATION DES COLLECTIONS PHOTOGRAPHIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservation-et-restauration-des-collections-photographiques/