ARTICLE 16 (Constitution française de 1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la Constitution française du 4 octobre 1958, l'article 16 autorise, en cas de nécessité, le président de la République à exercer une dictature temporaire, au sens romain du terme. Il introduit dans la Constitution un régime d'exception prévu pour faire face à une crise institutionnelle particulièrement grave. Il dispose en effet, dans son premier paragraphe : « Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacés d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances. »

Ainsi, les hypothèses dans lesquelles le président de la République peut recourir à l'article 16 supposent l'existence cumulative de deux conditions de fond. La première, subjective et imprécise, puisqu'il peut ne s'agir que de menace sur les institutions, pourrait servir de prétexte au chef de l'État pour se saisir du pouvoir absolu en cas de menace prétendue ou provoquée, au gré de sa propre appréciation de la situation en cause. Mais la seconde condition, exigée de façon concomitante, est heureusement objective et plus précise, puisqu'il faut que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics soit interrompu. Notons que c'est le président de la République qui apprécie seul et souverainement si ces deux conditions sont réunies. Il doit certes consulter le Premier ministre, les présidents des assemblées, et le Conseil constitutionnel, mais cette consultation n'est qu'une formalité, puisqu'il ne s'agit pas d'avis conformes. Cependant, l'avis du Conseil constitutionnel doit être motivé et publié (ordonnance du 7 nov. 1958, art. 53), ce qui lui confère une plus grande portée. Le chef de l'État doit également informer la nation par un message.

L'entrée en vigueur de l'article 16 a pour effet d'habiliter le président de la République à prendre « les mesures exigées par les circonstances ». Ce qui signifie que le président concentre entre ses mains tous les pouvoirs de l'État, exécutif et législatif. Il doit seulement consulter le Conseil constitutionnel sur les mesures prises pour faire face à la situation. Les pouvoirs exorbitants du chef de l'État rencontrent cependant deux limites. La première est l'interdiction de prononcer la dissolution de l'Assemblée nationale pendant la période d'exercice des pouvoirs exceptionnels ; le Parlement se réunit de plein droit pendant toute la durée de celle-ci. Pour éviter la présence de deux pouvoirs législatifs concurrents, celui, normal, du Parlement, et celui, exceptionnel, du président de la République, l'article 16 n'a reconnu au Parlement le droit de continuer à exercer ses pouvoirs législatif et de contrôle habituels que « pour autant qu'il ne s'agisse pas de mesures prises ou à prendre en vertu de l'article 16 ». Le président de l'Assemblée nationale a décidé de son côté qu'une motion de censure ne pouvait pas être déposée contre le gouvernement pendant toute la durée des pleins pouvoirs. Mais ces restrictions aux droits du Parlement ne sont pas inscrites dans la Constitution.

La seconde limite concerne la finalité même de l'article 16. En effet, celui-ci n'autorise pas le chef de l'État à procéder, par le biais de la dictature temporaire qu'il lui permet d'instaurer, à une révision de la Constitution. Il peut tout au plus suspendre l'application de certains articles. Les pouvoirs de l'article 16 n'ont pour seule fin que de tendre au rétablissement du fonctionnement régulier des pouvoirs publics, et cela « dans les moindres délais ». En conséquence, la durée de son application doit-elle être limitée au strict nécessaire. Cependant, la décision de mettre fin à cette dictature provisoire étant laissée à la seule appréciation du chef de l'État, sans contrôle ni sanction, une prolongation abusive de l'usage des pleins pouvoirs constitue un risque sérieux. C'est ce qui s'est d'ailleurs effectivement passé :

À la suite du putsch militaire qui éclate à Alger le 21 avril 1961, le président de la République annonce à la nation, le 23, que, « devant le malheur qui plane sur la patrie », [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : assistante en sciences juridiques à l'université de Paris-V-René-Descartes

Classification

Autres références

«  ARTICLE 16 (Constitution française de 1958)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Décolonisation et fin de la guerre d'Algérie »  : […] Le problème le plus urgent à régler était bien sûr celui de l'Algérie mais c'était aussi le plus explosif et le plus difficile à traiter. Le général ne semble d'ailleurs pas avoir eu à l'époque une position très arrêtée. Lors de son voyage en Algérie au début de juin 1958, il reste d'une grande prudence, même si ses propos sont interprétés comme étant favorables à la solution militaire de pacifica […] Lire la suite

PLEINS POUVOIRS

  • Écrit par 
  • Daniel AMSON
  •  • 513 mots

Quand une assemblée législative accorde à un gouvernement les pleins pouvoirs, cela signifie qu'elle lui permet, au cours d'une période donnée, de prendre les mesures exigées par les circonstances, dans un domaine bien défini. Juridiquement, la notion de pleins pouvoirs a le même contenu que celle de délégation du pouvoir législatif. Mais elle en diffère sur le plan politique en ce que l'usage a p […] Lire la suite

Les derniers événements

2-25 janvier 2022 France. Adoption de la loi sur le passe vaccinal.

Annoncées la veille de la rentrée scolaire, ces mesures s’appliquent aussi aux enfants de moins de douze ans, comme le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer le confirme dans un article du quotidien Le Parisien. Le 4, dans un entretien mis en ligne par le quotidien Le Parisien, le président Emmanuel Macron déclare : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. […] Lire la suite

1er-30 octobre 2017 Espagne. Référendum d'autodétermination en Catalogne.

 » Le 2, Mariano Rajoy rencontre Pedro Sánchez, président du Parti socialiste ouvrier espagnol, qui soutient l’action du gouvernement, mais dénonce les violences policières et prône l’ouverture de négociations avec l’exécutif catalan, et Albert Rivera, président de Ciudadanos (Citoyens, centre), qui demande l’application de l’article 155 de la Constitution. […] Lire la suite

13-27 novembre 2015 France. Attentats terroristes à Paris et Saint-Denis.

Il annonce qu’un projet de loi prévoyant de prolonger de trois mois l’état d’urgence sera soumis prochainement au Parlement et indique son intention de modifier la Constitution afin d’instituer un régime d’« état de crise » distinct des « pouvoirs exceptionnels » accordés au chef de l’État par l’article 16 de la Loi fondamentale et de l’« état de siège » prévu par l’article 36. […] Lire la suite

16-18 juin 2015 France. Nouvel engagement de la responsabilité du gouvernement sur la loi Macron.

Le 16, le gouvernement engage sa responsabilité, par le biais de l’article 49-3 de la Constitution, sur le vote en seconde lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron ». Il justifie cette procédure, déjà appliquée en février à l’issue de la discussion du texte en première lecture, par le souci d’accélérer son adoption. […] Lire la suite

2-28 octobre 2010 France. Adoption de la réforme des retraites

Le 16 et le 19, deux nouvelles journées d'action mobilisent moins de manifestants que celle du 12. Le 22, le préfet de Seine-et-Marne fait réquisitionner la raffinerie de Grandpuits afin d'assurer l'approvisionnement de l'Île-de-France en carburant. Le 22 également, le Sénat adopte le projet de réforme des retraites par 177 voix contre 155, après que le gouvernement a demandé l'application de l'article 44-3 de la Constitution qui prévoit un vote unique sur un texte en ne retenant que les amendements acceptés par l'exécutif. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie GRUBER, « ARTICLE 16 (Constitution française de 1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/article-16/