Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONFORMATIONS, chimie

Quels que soient la composition élémentaire d'une molécule organique et l'arrangement de ses divers atomes, formant des chaînes linéaires ou ramifiées aussi bien que des systèmes comprenant un ou plusieurs cycles, plusieurs impératifs doivent être satisfaits : les longueurs des liaisons et les angles que font ces liaisons entre elles sont, en effet, immuables et ne dépendent nullement des conditions, en particulier de température et de polarité, dans lesquelles la molécule se trouve.

Cette même molécule dispose, en revanche, d'une certaine déformabilité due à la libre rotation autour des liaisons σ (liaisons simples). Le jeu de celles-ci entraînera pour elle la possibilité de prendre toutes les formes spatiales possibles : il y en a une infinité pour tout composé organique saturé dont la chaîne possède au moins deux atomes de carbone. Ces divers arrangements non identiques de la molécule obtenus par rotation autour d'une ou plusieurs liaisons σ sont désignés par le terme de conformation.

Les atomes et groupements d'atomes dont cette molécule est composée vont, par des répulsions ou des attractions de type électrostatique, agir à distance les uns sur les autres. Ces interactions dépendent non seulement de l'importance de la densité électronique autour du noyau (deux atomes de brome apparaissent d'emblée plus susceptibles d'interagir que deux méthyles), mais aussi de leur disposition relative dans l'espace et, plus particulièrement, de la distance qui les sépare. Il s'ensuit que les diverses conformations d'une même molécule peuvent être énergétiquement très différentes et que celle-ci va tendre à assumer la ou les conformations de plus basse énergie, dite conformation privilégiée.

On peut, en général, définir une ou plusieurs conformations privilégiées que séparent parfois des différences d'énergie assez faibles pour que les molécules puissent les adopter simultanément. On considère alors que dans des conditions déterminées existe un équilibre, dit équilibre conformationnel, entre ces diverses formes d'énergie très voisines.

Cet équilibre est régi par les règles usuelles, et, en particulier, le pourcentage des divers conformères est déterminé par l'environnement de la molécule (polarité du solvant éventuel et concentration) et par les conditions de température.

Le but de l' analyse conformationnelle est donc de déterminer la ou les conformations privilégiées d'un composé et d'établir éventuellement l'existence d'un équilibre conformationnel, ainsi que la position de celui-ci suivant les conditions dans lesquelles se trouve la molécule.

La connaissance de ces diverses données peut être d'une aide certaine dans la détermination des structures de tout nouveau produit et d'une grande utilité pour prévoir et expliquer les propriétés chimiques et spectrales de tel ou tel composé.

Conformations des composés aliphatiques

Hydrocarbures

Éthane - crédits : Encyclopædia Universalis France

Éthane

Le cas de l' éthane constitue un exemple simple, qui illustre bien les différents concepts exposés ci-dessus. La libre rotation autour de la liaison carbone-carbone entraîne l'existence d'une infinité de conformations. Parmi celles-ci, deux seulement sont remarquables : l'une, dite décalée (1), dans laquelle les atomes d'hydrogène du carbone (a) se projettent entre deux atomes d'hydrogène du carbone (b) ; l'autre, dite éclipsée (2), dans laquelle les atomes d'hydrogène du carbone (a) se projettent exactement sur leurs homologues du carbone (b).

Entre ces deux conformations existe, bien sûr, une infinité de positions des hydrogènes H(b) par rapport aux hydrogènes H(a) : toutes ces conformations ont des énergies potentielles différentes. La courbe de variation de cette énergie en fonction de l'angle α (dit angle de torsion), dont on fait tourner C(b)[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Professeur à l'université Claude Bernard, Lyon.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Éthane - crédits : Encyclopædia Universalis France

Éthane

n-butane - crédits : Encyclopædia Universalis France

n-butane

Réactions 7 à 19 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Réactions 7 à 19

Autres références

  • ALCANES

    • Écrit par Jacques METZGER
    • 3 614 mots
    • 11 médias
    ...formée d'atomes de carbone tétracoordinés (hybridation sp3), l'angle que font entre elles les liaisons σ qui en sont issues est voisin de 1100. Les interactions (répulsives) entre atomes non liés portés par deux carbones voisins varient avec leurs positions relatives, c'est-à-dire avec la ...
  • AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

    • Écrit par Universalis, Pierre KAMOUN
    • 3 486 mots
    • 6 médias
    Dans un polypeptide et une protéine, il peut s'établir des liaisons très nombreuses non covalentes, de faible énergie, entre les liaisons peptidiques elles-mêmes et entre les radicaux, qui donnent au polypeptide leur conformation dans l’espace.
  • ANFINSEN CHRISTIAN BOEHMER (1916-1995)

    • Écrit par Georges BRAM
    • 303 mots

    Biochimiste américain né à Monessen (Pennsylvanie) et décédé à Boston (Massachusetts). Christian Boehmer Anfinsen fait des études de chimie à l'université de Pennsylvanie puis à l'École médicale de l'université de Harvard, où il obtient un doctorat en 1943 et où il reste comme assistant jusqu'en...

  • ANTIGÈNES

    • Écrit par Joseph ALOUF
    • 7 382 mots
    • 5 médias
    ...dans deux segments peptidiques très éloignés l'un de l'autre dans la chaîne polypeptidique constitués par les résidus aminoacides 18 à 27 et 117 à 128, mais très proches dans la configuration native de l'antigène en raison du repliement de la chaîne dans la structure tridimensionnelle de la molécule protéique....
  • Afficher les 30 références

Voir aussi