GENÈVE CONFÉRENCE & CONVENTIONS DE (1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le problème de la protection des victimes de la guerre s'est posé, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec une ampleur jamais atteinte. Certaines règles figurant dans les conventions de Genève du 22 août 1864, révisées en 1905, puis en 1929, ainsi que dans les conventions de La Haye (1899 et 1907), ne paraissaient plus adaptées au caractère de guerre totale que présentèrent les conflits de 1914-1918 et surtout de 1939-1945. De nouveaux textes étaient nécessaires. Préparés à la conférence internationale de la Croix-Rouge tenue à Stockholm en août 1948, ils furent soumis à la conférence de Genève, regroupant du 21 avril au 12 août 1949 tous les États ayant adhéré aux conventions qu'il s'agissait de réviser (à l'exception de l'Allemagne, privée alors d'existence légale en tant qu'État).

L'objet de la conférence était exclusivement d'atténuer les souffrances consécutives à l'emploi des armes et des mesures de guerre privatives de la liberté, que les victimes soient militaires ou civiles. Il s'agissait donc, d'une part, de réviser les conventions sur le traitement des prisonniers de guerre, des blessés et malades dans les armées en campagne et des blessés, malades et naufragés dans la guerre sur mer ; d'autre part, d'arrêter un projet de convention nouvelle sur la protection des personnes civiles en temps de guerre. Au cours de la discussion de cette nouvelle convention, le délégué soviétique bouleversa le programme fixé en proposant une résolution affirmant que l'emploi des moyens bactériologiques et chimiques, de même que des armes atomiques, est incompatible avec les principes élémentaires du Droit international. Il demandait la signature immédiate d'une convention prohibant l'arme atomique en tant que moyen d'extermination en masse de la population. La motion soviétique fut jugée irrecevable par la majorité des États parce que relevant autant de la propagande et de l'autodéfense que de motifs humanitaires. L'objet de la conférence avait d'ai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification


Autres références

«  GENÈVE CONFÉRENCE & CONVENTIONS DE (1949)  » est également traité dans :

ACTION ET DROIT HUMANITAIRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABOUAT
  •  • 687 mots

Février-octobre 1863 À l'initiative d'Henry Dunant, création à Genève du Comité international et des Sociétés nationales de secours aux militaires blessés. 22 août 1864 Signature de la Convention de Genève pour l'amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne. 11 mars 1865 Création de la Croix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-et-droit-humanitaires-reperes-chronologiques/#i_46966

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 272 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La leçon de Solferino »  : […] C'est le spectacle de la désorganisation qui régnait à l'hôpital militaire de Scutari, où étaient accueillis les blessés de la guerre de Crimée, qui suscite la vocation de Florence Nightingale ; ce sera, quelques années plus tard, la vue du champ de bataille de Solferino qui donnera au Genevois Henri Dunant l'idée de la Croix-Rouge. Il s'agissait de tirer, sur le plan humain, les conséquences du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-humanitaire-internationale/#i_46966

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 322 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crimes-contre-l-humanite/#i_46966

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 311 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les résidents ennemis »  : […] Au Moyen Âge, on emprisonnait les ressortissants ennemis et l'on confisquait leurs biens à l'éclatement d'une guerre ; on épargnait toutefois les marchands. Sous condition de réciprocité, ils étaient laissés en liberté et leurs biens n'étaient pas saisis. Cette immunité, accordée pour encourager le commerce, fut étendue peu à peu aux personnes non engagées dans le négoce. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre/#i_46966

MERCENAIRES

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 5 165 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Entre interdiction et développement »  : […] Assiste-t-on à une interdiction ou à une nouvelle mutation du mercenariat ? Quoi qu'il en soit, le monopole de la violence n'est plus assuré de la même façon aujourd'hui et le sera probablement de moins en moins au xxi e  siècle. Qu'on les qualifie de « chiens de guerre », de « soldats de fortune » ou d'« affreux », en référence à certaines crises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercenaires/#i_46966

PRISONNIER DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 394 mots

Le prisonnier de guerre bénéficie du statut de protection tel qu'il est défini par les règlements annexés aux conventions de La Haye du 18 octobre 1907 et par les conventions de Genève de 1929 et de 1949. En vertu de ce statut, le prisonnier doit être traité avec humanité et protégé contre les actes de violence. Il conserve sa personnalité civile, et son identité doit être fournie aux autorités de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prisonnier-de-guerre/#i_46966

TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 2 710 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les tribunaux de La Haye et d'Arusha »  : […] Pour atteindre leur but de justice, les Alliés avaient d'abord été contraints d'obtenir une coûteuse victoire militaire sur les ennemis du droit. Toute différente fut la situation de l'O.N.U. face aux juridictions ad hoc créées en 1992 et en 1994. L'efficacité de ces institutions en porte les marques. Les crimes commis au cours des conflits en ex-Yougoslavie et le génocide perpétré au Rwanda au dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribunaux-penaux-internationaux/#i_46966

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « GENÈVE CONFÉRENCE & CONVENTIONS DE (1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-conventions-de-geneve-1949/