CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une cible trop facile : les jurys

Lire les palmarès avec un soupçon de mauvaise foi est un divertissement diabolique. Que sont donc devenus ces fameux vainqueurs dont le nom a complètement déserté notre mémoire ? Et puis, avec une pertinence qui n'est évidemment due qu'à un recul de plusieurs années, on pourra s'étonner que d'immenses musiciens n'aient pu obtenir que des distinctions secondaires et se soient vus surclassés par des talents qui nous paraissent aujourd'hui moins aveuglants. Avec parfois de fracassantes démissions de jurés : celle d'Alfred Cortot, indigné que Dinu Lipatti (concours de Vienne 1934) n'obtienne que le deuxième prix, ou encore celles de Nikita Magaloff, Louis Kentner et Martha Argerich, qui tenaient absolument à décerner le premier prix à Ivo Pogorelić (concours Frédéric Chopin 1980).

La liste est longue, en effet, des grands noms de la musique qui, en leur temps, n'ont pas obtenu la première place : Alfred Brendel (quatrième prix au concours Ferrucio Busoni de Bolzano), Gidon Kremer (deuxième prix au concours de Montréal), Walter Berry, Marie-Claire Alain, Teresa Stich-Randall, Christian Lardé, Maxence Larrieu, Malcolm Frager, Maurizio Pollini, Michel Portal, Maurice Bourgue, Nobuko Imai et Christian Zacharias (tous deuxième prix au concours de Genève). Continuons encore avec Leslie Parnas, Karl Leister, Lionel Rogg, Michel Debost (tous deuxième prix au concours de Munich), ou avec David Oïstrakh (deuxième prix au concours de violon Henryk Wieniawski de Poznañ). Ce jeu de massacre pourrait se poursuivre bien longtemps et aider à panser les plaies de valeureux musiciens qui, loin des places d'honneur, se retrouvent ainsi en excellente compagnie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Affiche du concours Frédéric Chopin (Varsovie), 2010

Affiche du concours Frédéric Chopin (Varsovie), 2010
Crédits : The Fryderyk Chopin Institute, Varsovie

photographie

Finale du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 1959

Finale du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 1959
Crédits : R. Kayaert/ CMIREB/ IMKEB

photographie

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003
Crédits : CMIREB/ IMKEB

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE  » est également traité dans :

CLIBURN VAN (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  • , Universalis
  •  • 626 mots

Le pianiste américain Van Cliburn devint célèbre dans le monde entier après avoir remporté le premier prix du concours international Tchaïkovski à Moscou lors de sa première édition, en 1958. Harvey Lavan Cliburn Junior naît le 12 juillet 1934 à Shreveport (Louisiane). Il prend ses premières leçons de musique à l’âge de trois ans auprès de sa mère, pianiste de concert formée au côté d’Arthur Fri […] Lire la suite

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 642 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les concours internationaux »  : […] L'heure est donc venue d'entrer dans la vie professionnelle et, après les diplômes nationaux, les concours internationaux ouvrent un certain nombre de portes. Le premier d'entre eux – le Concours international de jeunes chefs d'orchestre de Besançon – a vu le jour en 1951, à l'initiative d'Émile Vuillermoz. Puis, les villes de Liverpool, New York (concours Dimitri Mitropoulos), Novare (concours Gu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/concours-internationaux-dinterpretation-musicale/