Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE

Concours mode d'emploi

C'est très tôt – généralement après un premier prix au Conservatoire national ou un cycle de perfectionnement – que le jeune interprète se préoccupe de consécration internationale. Les limites d'âge imposées par les concours dépassent rarement trente ans.

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003

Dans la plupart des cas, les modalités d'accès restent largement ouvertes. Certains concours filtrent cependant les postulants afin de ne pas embouteiller les éliminatoires. Un comité de sélection peut ainsi effectuer un tri à partir d'enregistrements envoyés au préalable. D'une manière générale, les tours successifs sont organisés de manière à ce que ne subsiste qu'un nombre très réduit d'élus. C'est enfin la finale – avec parfois un concerto – et la décision souveraine du jury qui braque sur le vainqueur les projecteurs de l'actualité.

Le gagnant reçoit un prix dont le montant peut varier de 3 000 à 80 000 euros. Il arrive parfois qu'aucun chèque ne soit remis. Car ce qui importe avant tout, ce sont les engagements, les enregistrements, les émissions de radio et de télévision, les articles de presse, bref, le lancement de la carrière. Aussi certains concours se préoccupent-ils de leurs lauréats bien après leur victoire. Le concours Marguerite Long-Jacques Thibaud-Régine Crespin, le concours Reine Élisabeth et les concours de piano de Fort Worth, de Leeds et de Cleveland notamment organisent ainsi pour eux des tournées qui peuvent s'étendre sur deux ans ou offrent quelques années de management artistique pour compenser leur manque de formation sur ce terrain.

Tous les concours n'ont pas le même prestige ni le même impact sur les médias. Quel que soit son talent, le premier prix du concours de piano d'Épinal ne vaudra jamais, aux yeux du grand public, le vainqueur du concours Tchaïkovski (Moscou). Il y a, à tort ou à raison, de grands et de petits concours.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Affiche du concours Frédéric Chopin (Varsovie), 2010

Affiche du concours Frédéric Chopin (Varsovie), 2010

Finale du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 1959

Finale du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 1959

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003

Autres références

  • CLIBURN VAN (1934-2013)

    • Écrit par Universalis, Karen SPARKS
    • 619 mots

    Le pianiste américain Van Cliburn devint célèbre dans le monde entier après avoir remporté le premier prix du concours international Tchaïkovski à Moscou lors de sa première édition, en 1958.

    Harvey Lavan Cliburn Junior naît le 12 juillet 1934 à Shreveport (Louisiane). Il prend ses premières...

  • ORCHESTRE DIRECTION D'

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 6 664 mots
    • 9 médias
    L'heure est donc venue d'entrer dans la vie professionnelle et, après les diplômes nationaux, les concours internationaux ouvrent un certain nombre de portes. Le premier d'entre eux – le Concours international de jeunes chefs d'orchestre de Besançon – a vu le jour en 1951, à l'initiative d'Émile Vuillermoz....

Voir aussi