LIPATTI DINU (1917-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La trop courte carrière de Dinu Lipatti a cependant laissé dans l'histoire de l'interprétation pianistique une trace ineffaçable. À l'âge où tant d'autres atteignent à peine leur maturité artistique, une implacable leucémie mettait un point final à un message musical qui avait su trouver dans l'intériorité la forme la plus parfaite de l'émotion. Les quelques souvenirs sonores qu'il nous laisse restent pour tous le modèle absolu du mariage idéal de la rigueur et de la sensibilité. Il n'y a qu'un seul Dinu Lipatti.

Le Prince des pianistes

Constantin Lipatti naît à Bucarest le 19 mars 1917. Rarement milieu familial a été plus favorable à l'éclosion des dons musicaux d'un enfant : sa mère est une pianiste de talent, c'est avec Pablo de Sarasate et Carl Flesch que son père a étudié le violon ; quant à son parrain, il n'est autre que le grand compositeur et violoniste roumain Georges Enesco. Les dispositions du jeune Dinu sont telles que, dès ses quatre ans, il se produit dans des concerts de charité et commence à composer. Mihail Jora – fondateur et président de la Société des compositeurs roumains – est l'un de ses premiers professeurs. Il lui faut une dispense spéciale pour entrer, bien avant l'âge minimal, au Conservatoire de Bucarest, où il travaille avec Florica Musicescu (qui sera, plus tard, le mentor de Radu Lupu). En 1934, il obtient le second prix au concours international de Vienne. Outré que le premier prix ait été refusé à « une vraie révélation à l'horizon des pianistes », Alfred Cortot démissionne avec éclat du jury. Dinu Lipatti s'établit alors à Paris pour étudier avec lui et Yvonne Lefébure. Charles Münch l'initie à la direction d'orchestre. Il se forme à la composition avec Paul Dukas pendant les derniers mois qui précèdent la mort du musicien français, puis avec la grande pédagog [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Liszt, Années de pèlerinage, Sonnet 104 de Pétrarque

Liszt, Années de pèlerinage, Sonnet 104 de Pétrarque
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Mozart, Concerto pour piano no 21

Mozart, Concerto pour piano no 21
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIPATTI DINU (1917-1950)  » est également traité dans :

HASKIL CLARA (1895-1960)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Universalis
  •  • 1 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mozart comme une grâce »  : […] Avec le retour de la paix son talent commence enfin à être reconnu : premier enregistrement commercial, pour Decca, en 1947 ( Quatrième Concerto pour piano de Beethoven avec l'Orchestre philharmonique de Londres sous la baguette de Carlo Zecchi), succès de ses concerts aux Pays-Bas (1949). Pablo Casals l'invite en 1950 à son premier festival de Prades. La même année, elle joue à Salzbourg sous la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « LIPATTI DINU - (1917-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinu-lipatti/