CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les aléas de la vie

Point n'est besoin de charger les jurys de tares qui ne sont pas les leurs. Il y a, en musique comme dans d'autres domaines, des « bêtes à concours », au mental « en béton », aux nerfs et aux doigts d'acier, qui, le jour de l'épreuve, surclassent en maîtrise des poètes plus profonds. Certains pays gèrent leurs musiciens comme une équipe olympique et les soumettent à un surentraînement qui a longtemps contrasté avec l'individualisme et l'impréparation d'autres nations. D'où ces vagues de lauréats russes, japonais, coréens ou chinois qui ont submergé les concours internationaux pendant de nombreuses années. Il y a ceux qui poursuivent une carrière essentiellement nationale et dont les échos ne nous parviennent que très assourdis. Dans le domaine pianistique, n'oublions pas qu'Yves Nat et Marcelle Meyer ont longtemps été de parfaits inconnus en Allemagne et que la France n'a découvert que bien tardivement Claudio Arrau et Jorge Bolét. Il y a ceux qui séduisent d'emblée les médias et accaparent toute leur attention alors que d'autres, en dépit de qualités évidentes, ne parviennent pas à les séduire. Les dons et le travail ne suffisent pas : il faut posséder, outre une robuste santé physique et psychologique, une bonne étoile obstinée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Affiche du concours Frédéric Chopin (Varsovie), 2010

Affiche du concours Frédéric Chopin (Varsovie), 2010
Crédits : The Fryderyk Chopin Institute, Varsovie

photographie

Finale du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 1959

Finale du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 1959
Crédits : R. Kayaert/ CMIREB/ IMKEB

photographie

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003

Candidats inscrits à l'épreuve de piano du concours Reine Élisabeth (Bruxelles), 2003
Crédits : CMIREB/ IMKEB

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE  » est également traité dans :

CLIBURN VAN (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  • , Universalis
  •  • 626 mots

Le pianiste américain Van Cliburn devint célèbre dans le monde entier après avoir remporté le premier prix du concours international Tchaïkovski à Moscou lors de sa première édition, en 1958. Harvey Lavan Cliburn Junior naît le 12 juillet 1934 à Shreveport (Louisiane). Il prend ses premières leçons de musique à l’âge de trois ans auprès de sa mère, pianiste de concert formée au côté d’Arthur Fri […] Lire la suite

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 642 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les concours internationaux »  : […] L'heure est donc venue d'entrer dans la vie professionnelle et, après les diplômes nationaux, les concours internationaux ouvrent un certain nombre de portes. Le premier d'entre eux – le Concours international de jeunes chefs d'orchestre de Besançon – a vu le jour en 1951, à l'initiative d'Émile Vuillermoz. Puis, les villes de Liverpool, New York (concours Dimitri Mitropoulos), Novare (concours Gu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/concours-internationaux-dinterpretation-musicale/