Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMPOSÉES

Particularités chimiques

L'originalité chimique des Astéracées est attestée par de nombreuses substances dont certaines leur sont propres telles que l'inuline, polysaccharide amassé dans les organes de réserve (l'inuline a une valeur médicinale pour les diabétiques qui la tolèrent car elle renferme du fructose et non du glucose), des acides gras caractéristiques accumulés dans les graines oléagineuses, des lactones sesquiterpéniques, présentes surtout dans les feuilles, des flavonoïdes méthylés dans les feuilles et les fleurs (pigments jaunes), des coumarines enfin.

Divers composés acétyléniques aux activités antimicrobiennes sont répandus dans les racines, les feuilles, les tiges. Ces polyacétylènes seraient des antifongiques efficaces. Des huiles essentielles sont présentes dans les feuilles, les fruits ou les fleurs d'un grand nombre d'espèces.

Certaines substances ne se trouvent que dans quelques tribus, sous-familles ou espèces. Le caoutchouc (polyisoprène) est localisé dans les laticifères des Cichoriacées et de quelques représentants d'autres tribus. Des alcaloïdes pyrrolizidiques et des glucosides cyanogénétiques sont présents dans les feuilles et les fruits de diverses espèces (séneçons). Plusieurs produits (chromènes, pyrèthres, amides d'acides gras chez diverses Anthémidées, et quelques autres espèces, certains chrysanthèmes) sont des insecticides puissants. Les poisons antimicrobiens, antifongiques, insecticides, présents dans les tissus des Composées, représentent un arsenal défensif (phytoalexines) qui met ces plantes à l'abri de prédateurs et de parasites, mais les rendent dangereux pour le bétail et aussi, dans une certaine mesure, pour l'homme ; plusieurs substances sont allergènes et provoquent dermatites et rhumes des foins. Certaines de ces substances, à des doses convenables, peuvent constituer des médicaments de valeur, d'où le nombre élevé d'espèces utilisées en médecine populaire. Leur emploi reste délicat sinon interdit ; par exemple, de nombreuses lactones ont une activité antitumorale, mais leur toxicité est telle qu'elle limite leur application dans le traitement des cancers humains.

Cronquist considère que cette panoplie chimique a assuré le succès évolutif des Astéracées, plus que ne l'ont fait les caractères adaptatifs morphologiques. La réussite de cette famille est liée principalement à la présence des lactones sesquiterpéniques et des polyacétylènes qui les mettent à l'abri d'ennemis potentiels. Cet auteur pense que la diversification du genre Senecio, déjà soulignée, tient au fait qu'il dispose d'un grand assortiment d'armes dissuasives. On peut rattacher à la vitalité de cette famille leur succès en tant que mauvaises herbes envahissantes.

Utilisations

Tournesols

Tournesols

Un contraste existe entre l'ampleur numérique de la famille et son importance économique relativement faible. Elle compte cependant des plantes alimentaires, des plantes médicinales, des plantes oléagineuses, tinctoriales, industrielles et surtout des plantes d'ornement, mais ces productions sont généralement mineures. Parmi les plantes alimentaires, les plus importantes commercialement doivent être citées : la laitue (Lactuca sativa) avec ses nombreux cultivars, la scarole (L. scariola), l'endive (Cichorium endivia) et la chicorée (C. intybus), le salsifis (Tragopogon porrifolium), le salsifis noir (Scorzonera hispanica), l'artichaut (Cynara scolymus), le cardon (Cynara cardunculus), le topinambour (Helianthus tuberosus). L'espèce voisine, le tournesol (H. annuus), fournit une huile recommandée car considérée comme hypocholestérolisante. Les tourteaux sont utilisés en raison de leur richesse en protéines (de 40 à 45 p. 100). Du carthame (Carthamus tinctorius) sont tirés une huile alimentaire utilisée pour prévenir l'athérosclérose[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Pâquerette

Pâquerette

Cirse des champs

Cirse des champs

Petite camomille (inflorescences)

Petite camomille (inflorescences)

Autres références

  • ABSINTHE

    • Écrit par Pierre LIEUTAGHI
    • 505 mots

    Sa senteur puissante et son amertume extrême ont signalé très tôt l'absinthe (Artemisia absinthium L.) ou les armoises voisines à l'attention de l'homme en quête de remèdes. Mille six cents ans avant notre ère, un papyrus égyptien fait mention d'une plante dans laquelle certains ont reconnu...

  • ARNICA

    • Écrit par Pierre LIEUTAGHI
    • 514 mots
    • 1 média

    Ce n'est qu'au xiie siècle que l'arnica (Arnica montana L.) apparaît dans la matière médicale, en Allemagne. C'est surtout dans cette contrée et en Europe centrale qu'on l'emploie jusqu'au xviiie siècle, époque où des médecins célèbres comme J. F. Cartheuser...

  • BARDANE

    • Écrit par Pierre LIEUTAGHI
    • 514 mots

    Médicinale très ancienne, bien connue des médecins et des agronomes latins dans les indications majeures qu'elle a conservées jusqu'à nous. Au ier siècle, Columelle relate l'usage de la bardane contre les morsures de serpents, Dioscoride l'indique dans le traitement des ulcères. Les...

  • CAMOMILLE

    • Écrit par Pierre LIEUTAGHI
    • 669 mots
    • 1 média

    On emploie de préférence en médecine la camomille vraie, ou camomille romaine (Anthemis nobilis L. ; composées), et surtout, à tort, celle du commerce dont les fleurs « doubles », sans cœur jaune, sont moins actives que celles de la plante sauvage des moissons. La matricaire camomille (...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi