ARNICA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce n'est qu'au xiie siècle que l'arnica (Arnica montana L.) apparaît dans la matière médicale, en Allemagne. C'est surtout dans cette contrée et en Europe centrale qu'on l'emploie jusqu'au xviiie siècle, époque où des médecins célèbres comme J. F. Cartheuser et A. de Haller en publient les mérites.

Arnica des montagnes

Arnica des montagnes

photographie

Arnica montana L., l'arnica des montagnes (famille des Asteraceae ou Compositae), est une plante vivace herbacée de 30 à 60 cm originaire des montagnes d'Europe. Elle est utilisée en application contre les contusions sans plaie. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Les médecins du passé employaient l'arnica à l'usage interne, comme stimulant, fébrifuge, diurétique, emménagogue, etc. Certains l'ont prescrit utilement aussi bien comme antispasmodique dans les tremblements nerveux, la chorée, les contractures musculaires douloureuses que comme excitant dans certains types de paralysie. L'arnica, comme toute plante aux composants complexes et puissants réalisant des synergies, pourrait bien s'avérer ici anti-infectieux, là régulateur à certains niveaux du système nerveux (une mise au point expérimentale est souhaitable), mais sa toxicité en limite beaucoup l'usage interne. L'analyse révèle en effet, dans l'arnica, des substances aux effets rappelant, très atténués, ceux de la strychnine. Le dépassement des doses médicinales entraîne rapidement l'apparition de symptômes d'intoxication : nausées, vomissements, douleurs abdominales, vertiges. En cas d'absorption excessive, les troubles deviennent très graves : convulsions, délire, hémorragies ; l'issue peut être fatale.

Tout à fait abandonné, et pour cause, dans ses anciennes indications internes, l'arnica reste d'usage courant dans le domaine qui a fait sa célébrité : la résolution des traumatismes sans plaie. Il mérite bien son vieux surnom de panacea lapsorum (« panacée des chutes »). Antiecchymotique très efficace, dissipant rapidement les épanchements séreux et sanguins, avec de surcroît des effets antiseptiques, la plante demande cependant à être employée avec circonspection : ses préparations, mises en contact avec une plaie, même minime, peuvent provoquer des réactions allergiques intenses. Le commerce pharmaceutique propose des pommades à base d'arnica d'un emploi aisé. On peut préparer soi-même une teinture alcoolique non moins efficace (à réserver toutefois pour les cas où il n'y a aucune lésion cutanée) : 20 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARNICA  » est également traité dans :

COMPOSÉES

  • Écrit par 
  • Chantal BERNARD-NENAULT, 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 3 808 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Utilisations »  : […] d'où son interdiction en France et dans les pays voisins (Allemagne, Suisse et Belgique), car cette essence provoque des troubles psychiques et sensoriels. L'Arnica montana est employé habituellement en usage externe comme vulnéraire pour soigner les contusions, hématomes et meurtrissures. Plusieurs séneçons sont jugés anticancéreux. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composees/#i_48080

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « ARNICA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnica/