COMMUNICATIONLes processus de la communication

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Objectifs et effets

Mécanismes

La communication a deux types d'objectifs chez un sujet. L'objectif primaire consiste à modifier l'état du destinataire, soit d'ailleurs l'état cognitif (le savoir), soit l'état affectif, soit les dispositions à l'action et l'action elle-même. On voit que les actes d'enseignement (par exemple, l'enseignement programmé) aussi bien que de persuasion (publicité, propagande) sont ici en cause. On peut parler alors de communication instrumentale (L. Festinger, 1953) ou alloplastique : modificatrice d'autrui. L'objectif dit secondaire, et greffé sans doute sur une fonction de pensée continue non codée, ou d'emblée plutôt primaire, consiste, dans le rapport avec un destinataire ou en l'absence d'un destinataire actuel, à user des instruments de communication (codes, langages) de façon dite consommatoire (Festinger), expressive ou autoplastique. Il s'agit d'une auto-emprise qui s'exerce indépendamment de toute considération d'effet sur autrui, par exemple, dans le rêve, la réflexion ou la méditation.

La communication autoplastique est capitale en elle-même. Et ce n'est qu'à travers son traitement que sa relation avec la communication alloplastique pourrait être éclairée. On supposera qu'elle est une sorte de basse (continue) accompagnant à la fois l'action et l'expression. On se limitera ici à souligner son association permanente avec la communication alloplastique dans le cours même de l'élaboration du discours.

Voici un aperçu des nombreux travaux expérimentaux sur la persuasion, thème privilégié par la pratique sociale.

Le processus de persuasion dépend des variables usuelles liées au schéma de la communication et à tous ses éléments. Il est banal de montrer que la crédibilité de l'émetteur (prestige, compétence supposée...) est efficace. Ce l'est moins de trouver qu'il existe un effet dormeur (sleeper effect, G. I. Hovland et W. Weiss, 1951) qui montre que les bénéfices et handicaps dus aux différences de crédibilité tendent à disparaître avec le temps, le message finissant par avoir un effet autonome.

En ce qui concerne la structure du message, le point le plus important est sans doute celui de l'argumentation, unilatérale ou non. L'argumentation est-elle plus efficace quand elle tient explicitement compte de l'argumentation adverse ? Partis d'études faites sur le moral des soldats en temps de guerre (Hovland et al., 1949), les travaux aboutirent, avec W. J. McGuire (1961), à la théorie de la vaccination. Il s'agit de la défense contre les objections habituellement imprévues ; la mise en présence d'objections dosées semble créer un état de défense ou de vigilance qui rend les arguments positifs eux-mêmes plus efficaces et prévient l'effet d'objections plus étendues. En France, les travaux de R. Lambert et son équipe sur l'effet majoritaire et la polarisation (1969), de S. Moscovici et ses collaborateurs sur le rôle de la consistance dans l'influence minoritaire (1979) ont ouvert des voies nouvelles. G. Lemaine a particulièrement mis en évidence des processus de différenciation et d'originalisation (1974, 1976), en collaboration, sur ce thème et des thèmes voisins, avec B. Personnaz et J. Kastersztein.

L'initiative du récepteur dans le choix des messages qu'il désire accueillir a été étudiée dans la perspective de la théorie de la dissonance cognitive (L. Festinger, 1957). Par exemple, il semble que le sujet, après une décision, soit mis en état de tension par le fait même de son choix, et recherche l'information concernant l'option retenue. Notons que ce résultat, déjà obtenu sous une forme voisine par J. M. Levine et G. Murphy (1943), a été expérimentalement mis en échec sous cette forme par D. Legras et M. Zaleska (1982). Ce n'est là qu'une allusion à l'analyse qu'imposerait un vaste domaine de recherche que G. de Montmollin a passé en revue (1977).

Diffusion

Ayant choisi de souligner les travaux expérimentaux, il reste à mentionner la communication et la diffusion massives, seulement sous l'angle de leurs rapports avec le domaine choisi.

L'articulation de ce domaine avec le précédent pourrait se trouver dans le type d'expériences qui fait apparaître l'évolution de la communication en fonction de la taille des groupes (E. J. Thomas et C. F. Fink, 1963). À mesure que le groupe s'accroît (déjà de deux à sept personnes), l'inégalité de participation s'accroît aussi : le group [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de laboratoire de psychologie sociale, université de Paris-VII.

Classification

Autres références

«  COMMUNICATION  » est également traité dans :

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Si le mot « communication » existe dans la langue française depuis plusieurs siècles, ce n'est pas avant la seconde moitié du xxe siècle qu'il s'installe avec force dans le discours médiatique et politique, qu'il désigne un champ d'étude et de recherche de plus en plus vaste et qu'il devient l'objet d'une conceptualisation toujours plus poussée. Les r […] Lire la suite

COMMUNICATION - Communication de masse

  • Écrit par 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 285 mots
  •  • 1 média

Par communication de masse, on entend l'ensemble des techniques contemporaines qui permettent à un acteur social de s'adresser à un public extrêmement nombreux. Les principaux moyens de communication de masse ou mass media sont la presse, l'affiche, le cinéma, la radiodiffusion et la télévisio […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

L’anthropologie de la communication s’intéresse aux rapports entre le langage, la culture et la société. Elle emploie les méthodes de l’enquête ethnographique pour étudier les échanges langagiers et, de manière plus générale, les pratiques de communication. Elle envisage le langage comme une ressource culturelle dont les usages sont régis par des norme […] Lire la suite

APHASIE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 983 mots

Ainsi nommée en 1864 par le clinicien Armand Trousseau en opposition au terme aphémie retenu à la même époque par Paul Broca et au terme alalie proposé plusieurs décennies auparavant par Jacques Lordat, l’aphasie est un trouble de la production et (ou) de la compréhension du langage oral et (ou) écrit consécutif à une lésion cérébrale le plus souvent située dans l’hémisphère gauche du cerveau et […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET INTERNET

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 1 197 mots

Dans le chapitre « Un nouvel environnement documentaire »  : […] Après l’invention de l’écriture, de l’imprimerie, du cinéma, de la télévision, Internet accroît de façon très importante la quantité de connaissances auxquelles nous pouvons accéder. Pourtant, dans les faits, son apport aux apprentissages est souvent limité. D’une part, des enquêtes révèlent que les usagers d’Internet ne recherchent généralement que des informations qui confirment ce qu’ils saven […] Lire la suite

ASSIMILATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Shmuel Noah EISENSTADT
  •  • 9 369 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques principales du processus d'assimilation sociale »  : […] Il y a interaction constante entre les candidats à l'assimilation et la société d'accueil. Pour le candidat, le processus d'assimilation sociale consiste à inscrire, dans une situation nouvelle, le rôle qu'il s'est assigné. Il doit donc passer par des phases successives et étroitement liées les unes aux autres. Premièrement, il lui faut acquérir de nouveaux moyens, apprendre à user de mécanismes […] Lire la suite

ATTRIBUTION CAUSALE, psychologie sociale

  • Écrit par 
  • Olivier CORNEILLE
  •  • 961 mots

Afin de mieux comprendre et prédire leur environnement, les individus tentent régulièrement d’identifier les causes responsables d’événements physiques et de comportements sociaux. L’attribution causale concerne les processus psychologiques impliqués dans ce raisonnement. Elle peut également être entendue comme le produit de ce raisonnement (« si Jean a raté son examen, c’est parce qu’il est pare […] Lire la suite

AUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques HOCHMANN
  •  • 3 357 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Troubles de la communication »  : […] La communication non verbale est perturbée, souvent dès la naissance. L'enfant, qui a pu inquiéter ses parents, dans les premiers mois de sa vie, en ne réagissant pas lorsqu'on s'approchait de lui pour le prendre dans les bras, en restant mou (« comme un sac de pommes de terre », disait Kanner) ou, au contraire, hypertonique, en ne regardant pas le visage de sa mère, en ne souriant pas, tarde à d […] Lire la suite

AUTISME (PRISE EN CHARGE DE L')

  • Écrit par 
  • Marie-Ève HOFFET
  •  • 2 659 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les prises en charge d'inspiration cognitive »  : […] Comme ce sont des difficultés de décodage des signaux et de contrôle émotionnel qui entraînent un déficit dans les apprentissages des autistes, les thérapies cognitives cherchent à aider la personne autiste à percevoir et à organiser les informations issues des sens et de l'expérience relationnelle pour lui permettre d'entrer en communication avec les personnes qui l'entourent. La reconstruction […] Lire la suite

BATESON GREGORY (1904-1980)

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 3 288 mots

Dans le chapitre « La cérémonie du « naven » et l'exercice épistémologique »  : […] À partir de 1927, Gregory Bateson entreprend une série d'enquêtes ethnologiques en Nouvelle-Guinée, entrecoupées de retours à Cambridge. Il passera en tout près de quatre années à étudier les populations de la région du fleuve Sépik et c'est là, autour de Noël 1932, à Amburti, qu'il rencontra le couple d'anthropologues formé par Reo Fortune et Margaret Mead. De cette période naîtra un livre admir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-27 décembre 2018 Canada – Chine. Arrestation d'une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

Le 1er, la directrice financière du géant chinois des technologies de la communication Huawei, Meng Wanzhou, qui est également la fille du fondateur du groupe, est arrêtée lors d’une escale à Vancouver, à la demande des États-Unis qui la soupçonnent de violation des sanctions américaines contre l’Iran et réclament son extradition. Les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ont exclu Huawei du développement des réseaux 5G sur leur territoire pour des raisons liées à la sécurité nationale. […] Lire la suite

7-20 juillet 2011 Royaume-Uni. Scandale des écoutes illégales menées par « News of the World »

Il affirme par ailleurs n'être pas intervenu dans le processus de décision relatif au rachat de BSkyB.  […] Lire la suite

1er-12 août 2007 Libye – France. Révélation sur les conditions de la libération des infirmières bulgares

De son côté, le gouvernement britannique dément tout lien entre ces libérations et le processus judiciaire en cours en Écosse concernant le Libyen emprisonné. Le 2 également, les autorités libyennes confirment l'existence de deux contrats d'armement avec le groupe aéronautique et de défense européen E.A.D.S., dont l'État français est actionnaire, l'un portant sur des missiles antichars Milan, l'autre sur un système Tetra de communication radio. […] Lire la suite

14-28 mai 1986 France. Annonce de la privatisation de T.F.1

Le 14, François Léotard, ministre de la Culture et de la Communication, présente les grandes lignes du projet de loi sur la communication. Il annonce que T.F.1 sera la première chaîne à être privatisée, car elle produit moins que Antenne 2, qui restera la chaîne de référence ; quant à F.R.3, sa privatisation reste à l'étude. François Léotard annonce également la prochaine suppression de la taxe sur les magnétoscopes, malgré les problèmes de financement soulevés par la réforme, et précise la composition et le rôle de la Commission nationale de la communication et des libertés (C. […] Lire la suite

20 septembre 1983 France. Restructuration dans l'industrie électronique

Au terme du processus de regroupement, qui suscite de nombreuses réserves, Thomson concentrera son activité sur l'électronique « grand public », le secteur militaire et les composants, tandis que la C.G.E. développera ses positions dans les industries de la communication, appelées à une forte extension : bureautique, activités spatiales, téléphonie, télévision par câbles, etc. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert PAGÈS, « COMMUNICATION - Les processus de la communication », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-les-processus-de-la-communication/