Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CLERMONT-FERRAND

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Clermont-Ferrand, métropole régionale de l'Auvergne jusqu’au 31 décembre 2015, s'est établie au contact de la plaine et de la montagne. Des villes proches pouvaient se targuer d'une même situation : Montferrand, Riom, chacune ayant ses propres atouts, le pouvoir comtal à Montferrand, celui de la robe à Riom. Finalement, c'est autour de la ville de l'évêque que se fit l'unité.

Le site de Clermont-Ferrand n'était pas meilleur que celui de ses voisines. Le rebord oriental d'un cratère d'explosion offre un site dissymétrique et pas toujours commode : la ville gallo-romaine sur le long flanc sud, la ville médiévale réfugiée au sommet du court flanc nord. Mais Clermont commandait la route de l'ouest, marquée par la borne « surnaturelle » et religieuse du puy de Dôme. Et, dès le xviiie siècle, grâce à son modeste cours d'eau (la Tiretaine), elle devient un centre pré-industriel voué à la papeterie, au travail des cuirs, au textile et aux industries agroalimentaires. Avec 50 000 habitants vers 1850, la suprématie de Clermont en Auvergne s'est définitivement affirmée.

La révolution industrielle change encore la donne. Les industriels clermontois de l'agroalimentaire (biscotterie, pâtes alimentaires), du textile, de la mécanique sont actifs, surtout depuis que le chemin de fer leur a ouvert, en 1853, le marché national. Et la reconversion de certains d'entre eux vers la chimie du caoutchouc (Bergougnan, Torrilhon... et les frères Michelin) ne doit rien au hasard. Il s'agit d'une recherche raisonnée de secteurs économiques prometteurs par des capitaines avisés. Certes, l'hypertrophie de l'entreprise Michelin va, pendant une soixantaine d'années, masquer le reste, jusqu'à son apogée (30 000 emplois) de 1965. Mais l'industrie demeure, à côté de Michelin, et se redéploie après cette date. Au début du xxie siècle, avec 14 000 emplois, « Bib » ne représente plus qu'un tiers des emplois industriels de l'agglomération. Les industries agroalimentaires sont présentes (Seita, Volvic, Yoplait, Limagrain et ses filiales) au travers de grands groupes, tandis que des P.M.E. perpétuent la tradition de la métallurgie, ainsi que de la construction mécanique et électrique, et que le textile est en récession. L'essor postérieur à 1945 a surtout concerné la pharmacie et la chimie fine, avec des groupes internationaux comme Merck-Sharp-Dohme, Trelleborg. Malheureusement, la ville ne dispose pas suffisamment d'industries high-tech, en dehors de quelques fleurons (papeterie et imprimerie de la Banque de France, maintenance aéronautique de l'A.I.A., photo-impression et photo composition).

Clermont-Ferrand a toujours été une ville tertiaire : religieuse, militaire, administrative et commerçante, s'emparant de la fonction judiciaire de Riom (qui garde toujours la cour d'appel). La régionalisation lui a donné un rôle de métropole incontestée de l'Auvergne, même si l'est de la Haute-Loire regarde vers Saint-Étienne et Lyon, tandis qu'elle attire le sud de la Nièvre, l'est de la Creuse et de la Corrèze. Elle rayonne grâce à son commerce, à sa presse (groupe Centre-France qui contrôle aussi la presse de la Nièvre, du Berry, du Limousin), son C.H.R.U., ses deux universités (40 000 étudiants) et ses sept grandes écoles (dont l'École nationale des impôts). Elle manque cependant de services privés de haut niveau (publicité, gestion, marketing, banques, assurances, finances). Elle s'appuie sur un réseau étoffé et bien distribué de villes moyennes qui lui servent de relais (Montluçon, Moulins, Vichy, Le Puy-en-Velay, Aurillac, voire Nevers ou Guéret...). Carrefour autoroutier, elle est aussi le troisième hub régional d'Air France, après Lyon et Marseille. C’est cependant sans surprise que[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification

Pour citer cet article

Christian JAMOT. CLERMONT-FERRAND [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Autres références

  • AUVERGNE

    • Écrit par
    • 2 924 mots
    • 2 médias
    ...sont industrialisées après l'arrivée du chemin de fer, au milieu du xixe siècle, qui a permis l'accès aux matières premières et aux marchés. L'exemple de Clermont-Ferrand est éloquent, puisque l'industrie du caoutchouc est née de la reconversion réussie d'industriels locaux, Michelin notamment....
  • DINANDERIE

    • Écrit par
    • 641 mots

    Le mot dinanderie vient du nom de la ville de Dinant en Belgique qui fut, avec Liège, Namur, Huy et l'ensemble de la vallée de la Meuse au Moyen Âge un centre florissant du travail du cuivre et du laiton. La dinanderie désignait alors la fonte du laiton alors qu'aujourd'hui ce mot désigne...

  • MASSIF CENTRAL

    • Écrit par et
    • 3 224 mots
    • 2 médias
    Au nord, la région de Clermont-Ferrand (140 700 hab en 2005), dont l'agglomération dépasse 258 000 habitants, compte une grande firme de réputation mondiale avec la fabrique de pneumatiques Michelin. Clermont est au centre d'une véritable région industrielle, le val d'Allier, animé par d'autres villes...