AURILLAC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aurillac, préfecture du Cantal, compte 28 850 habitants et l'aire urbaine 64 991 habitants (au recensement de 2012).

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte : Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville s'établit en position de contact entre le massif volcanique du Cantal, au nord, et les plateaux (Châtaigneraie, Xaintrie...) qui le bordent au sud. Un petit bassin (dit « plaine d'Arpajon ») matérialise le contact géologique et morphologique et vaut à Aurillac des relevés de températures systématiquement minorées dans les bulletins météo. La ville commande ainsi l'accès aux grandes vallées (Jordanne, Cère) d'un massif voué à l'élevage bovin et à la production fromagère (fourme, cantal, salers). Au sud s'établissait le domaine de la polyculture, associant cultures céréalières (seigle puis blé) et élevage. Mais on y était moins riche, sur de petites propriétés, que dans les grosses fermes de la montagne. La modernisation et la diversification de l'élevage, ainsi qu'une production fourragère atténuent aujourd'hui ces différences.

Cette ville de contact doit cependant son existence à une fondation monastique et s'établit autour de l'abbaye fondée par saint Géraud à la fin du ixe siècle, malgré l'existence d'un château fort (Saint-Étienne) perché sur une butte du bassin commandant un rétrécissement du cours de la Jordanne. L'abbaye, considérée comme une « mère » intellectuelle de Cluny, est à l'origine d'une création urbaine douée d'une dynamique relativement riche jusqu'à la fin des Temps modernes.

En effet, jusqu'à la Révolution, Aurillac est le centre économique du système cantalien pris globalement (ville de marché, centre de foires et place commerçante). Mais surtout, autour de la fonction religieuse, s'organise une vie culturelle animée, marquée aussi bien par des épisodes sanglants lors de la Réforme que par l'importance de ses académies et sociétés savantes. De plus, la bourgeoisie commerçante se lance dans l'activité artisanale (tissage, papeterie, voire édition, chaudronnerie, travail du cuir, etc.), toutes activités nées de l'abondance, de la régularité et de la pureté des eaux de la Jordanne. Des colporteurs écoulent les produits dans l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification

Les derniers événements

Mozambique. Mort du président Samora Machel dans un accident d'avion. 19-28 octobre 1986

conseiller aux affaires africaines, et Michel Aurillac, ministre de la Coopération, représentent la France. L'absence de chefs d'État ou de gouvernement de pays communistes étonne cependant les observateurs. Le 3 novembre, Joaquim Chissano est élu président de la République par le comité central du Front […] Lire la suite

France. Attentats terroristes à Paris et renforcement des mesures de sécurité. 1er-30 septembre 1986

» accordées au prélat. Les voyages à Damas de Michel Aurillac, ministre de la Coopération, le 23, et de Bernard Gérard, directeur de la D.S.T., le 26, sont également critiqués alors que la Syrie est de plus en plus mise en cause par les enquêtes policières. Le 24, Jacques Chirac, devant l'Assemblée générale […] Lire la suite

France. Polémique politique autour de l'affaire du Carrefour du développement. 9-30 juin 1986

Le 9, le scandale financier du Carrefour du développement (du nom d'une association qui dépendait du ministère de la Coopération), fondé en 1983, prend une tournure politique après les demandes d'explication de la Cour des comptes, tandis que Michel Aurillac, ministre de la Coopération, affirme […] Lire la suite

France. Nomination de Jacques Chirac au poste de Premier ministre. 17-26 mars 1986

, délégué à la Sécurité ; Bernard Pons est chargé des Départements et Territoires d'outre-mer et Michel Aurillac de la Coopération ; enfin, Philippe Séguin obtient le ministère des Affaires sociales et de l'Emploi et Michèle Barzach est déléguée auprès de lui pour la Santé et la Famille. En outre, François […] Lire la suite

France. Remplacement du Premier ministre Pierre Mauroy par Laurent Fabius. 2-31 juillet 1984

». La veille, à Aurillac, le chef de l'État avait déclaré : « J'assumerai ma charge sans me laisser intimider par les invectives ou les obstructions. » Le 10, la majorité des députés repousse la motion de censure déposée par l'opposition. Le projet de loi sur la presse est ainsi automatiquement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian JAMOT, « AURILLAC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aurillac/